Août 24

Chabbat Choftim

Partager :

Paracha Choftim / פרשה שופטים

25/26 août 2017 – 4 Eloul 5777 / ד’ אלול ה-תשע’ז

chabbath-pain-et-bougies-1810

Les Horaires :

Vendredi soir :
19h15 : Min’ha suivi de Chir Hachirim, Kabbalat Chabbat et Arvit
20h15 : Allumage des bougies de Chabbat (heure maximum pour l’allumage : 20h29)
D’var Thora par David ELBILIA

Samedi matin :
09h10 : Cha’harit
D’var Thora par Alain CERNES
L’office sera suivi d’un Kiddouch communautaire.

19h45 : Téhilim – Lecture collective des Téhilim – Alpha/Beta
20h00 : Min’ha
Suivi de la séouda chélichit.
D’var Thora par Alain CERNES
20h45 : Shquiya / שקעת החמה

Samedi soir :
21h36 : Fin de Chabbat, Arvit et Havdala

Dimanche matin :
07h00 : Séli’hots
08h00 : Cha’harit


Carnet de Familles :

Mariage :
Nous sommes heureux et fiers d’annoncer le mariage de Samuel COHEN SALMON avec Ayala GOLDSTEIN cette semaine en Israël.
Nous souhaitons un grand Mazal Tov à Samuel et Ayala, à nos amis Maud et Laurent COHEN SALMON, aux frères et sœurs, aux grands-parents, à la famille Batshéva et Douglas GOLDSTEIN ainsi qu’à toute la famille. Puissent-ils construire une bayit nééman bé-Israël !!!.


Birkat Ha-Lévana :

La Birkat Ha-Lévana (prière pour la lune) pourra être faite entre le mardi soir 29 août et le mardi soir 5 septembre 2017, lorsque la lune est visible.


Fêtes de Tichri :

Chers Amis,

L’Office de Boulogne Sud a repris depuis le 18 mars 2016 dans nos locaux du 134 bis rue du Point du Jour.

Nous nous retrouverons donc à nouveau cette année dans ce lieu pour célébrer BH’ les fêtes de TICHRI en attendant la construction du Nouveau Centre Culturel Juif de Boulogne-Billancourt dont le permis de construire est purgé et dont les travaux devraient commencer cet automne.

Les offices de Roch Hachana auront lieu les 20/21/22 septembre, les offices de Yom Kippour auront lieu les 29 et 30 septembre. Comme les années précédentes, nous aurons le plaisir d’accueillir notre Hazan Ariel LASRY qui viendra d’Israël.

Les horaires des offices seront identiques à ceux de la synagogue de la rue des Abondances sauf en ce qui concerne les offices du matin :

  • Shabbat : 9h10
  • Roch Hachana et Kippour : 9h
  • Souccot : 9h10

Pensez à réserver rapidement vos places !!

Vous pouvez dès à présent réserver vos places tous les matins auprès de M. Daniel LASRY (06 26 94 51 58). Attention, nos locaux ne nous permettent malheureusement pas d’accueillir autant de fidèles que les années précédentes. Il est donc impératif de réserver vos places au plus tôt afin d’être sûr d’avoir une place assise.

Le prix des places pour Kippour est fixé à 170€ pour les hommes et 110€ pour les femmes. Ces montants incluent cotisation(s) de membre de l’ACIP, tous les règlements de places sont à faire à l’ordre de l’ACIP.

Si vous souhaitez effectuer votre règlement en plusieurs fois, il vous suffit d’envoyer plusieurs chèques en spécifiant simplement au dos des chèques les dates d’encaissement souhaitées.

Téléchargez le coupon et renvoyez le avec votre règlement pour confirmer votre réservation.

L’équipe de l’Office de Boulogne Sud vous souhaite de bonnes vacances et une excellente année 5778 pour vous et vos proches et espère avoir le plaisir de vous rencontrer rapidement.


« Les AMIS de la REFOUA » – Visite aux malades :

Des bénévoles de Boulogne proposent aux personnes qui le demandent : l’organisation d’une chaine de lecture de Téhilims pour la guérison de nos malades, de prendre de leurs nouvelles et leur rendre visite dans les hôpitaux.
Ces actions se font dans la plus grande discrétion et s’inscrivent dans le cadre du bénévolat.
Vous pourrez joindre – les AMIS de la REFOUA – au 06.03.75.34.15, ou par courriel à : israelalbert1@gmail.com
Vous pouvez aussi faire partie de ces bénévoles, nous vous remercions par avance.


Sécurité SPCJ :

La sécurité est l’affaire de tous ! Le SPCJ a besoin de chacun d’entre nous !
La protection de la vie communautaire est plus que jamais l’affaire de tous ! Vous en êtes les premiers acteurs ! Votre mobilisation est essentielle et nécessaire !
Si vous souhaitez nous aider à assurer la protection de l’office, rapprochez-vous de nous !
Plus nous serons nombreux à nous mobiliser et assurer des relais de garde, plus nous passerons du temps à prier !


Information ACJBB Boulogne Sud :

Retrouvez toutes les informations de l’office sur : www.acjbb-sud.org.
Si vous souhaitez recevoir par mail la newsletter de l’office, inscrivez-vous en nous envoyant un mail à officeboulognesud@gmail.com.
Retrouvez également toutes les informations sur la page Facebook de l’office : facebook.com/acjbbsud.


Réservation des espaces communautaires :

Vous souhaitez organiser une manifestation (Brith-Mila, Bar-Mitsvah et Bat-Mitsvah, Mariage, Azkara, Soirée Mikvé Kala, etc… ) dans les espaces de la Synagogue de Boulogne, 43 rue des Abondances, contactez M. Alain Chicheportiche 06.95.62.58.41 – alainchicheportiche92@gmail.com

Vous souhaitez réserver la salle de Boulogne Sud, 134 bis rue du point du jour Boulogne Billancourt, contactez M. Patrick Sebban 06.03.02.30.78 – patrick.sebban2@paris.fr


Faire un don :

Pour faire vivre et participer activement à cet office, faites un don par internet ou envoyez vos chèques au 134 bis rue du Point du Jour. Toutes les participations sont bienvenues, les petits ruisseaux faisant de grandes rivières, nous parviendrons, tous ensemble, à faire vivre l’Office de Boulogne Sud.

Tizkou Lé-Mitsvot !!


Dons pour le Centre Culturel de Boulogne Billancourt :

Jeudi 27 juillet à 18h à la Mairie de Boulogne, le Maire Pierre-Christophe Baguet a signé le Bail emphytéotique pour le terrain. L’ACJBB est donc locataire du terrain pour construire le nouveau Centre Culturel Juif de Boulogne.

Au cours de son allocution, Pierre-Christophe Baguet a par ailleurs annoncé que la municipalité renonçait à l’encaissement des taxes et frais de voirie, ce qui constitue une subvention de 309.000 €.

Nous adressons ici nos très sincères remerciements au Maire de Boulogne Billancourt et à la municipalité pour cette subvention pour le Centre Culturel de Boulogne.

Le nouveau centre culturel sera situé à l’angle des rues Marcel Dassault et d’Anjou. Le permis de construire, déposé en mars à la mairie, est en cours d’instruction. Les travaux devraient commencer en automne. Il comprendra notamment

  • Une Synagogue
  • Le Centre Communautaire (CCIBB)
  • Une salle polyvalente
  • et une salle des fêtes

Vous pouvez consulter la plaquette de présentation du Centre Culturel de Boulogne

Travaux

Nous avons commencé les discussion avec le Constructeur – Contractant général – qui a été retenu. Le panneau annonçant les travaux sera posé à la fin du mois et le bardage de protection du chantier sera installé en septembre.

La réalisation de ce projet tant attendu va entrer dans sa phase active de construction. Ne ratez pas l’opportunité d’être parmi les bâtisseurs de la Communauté.

Devenez acteur du devenir de la vie juive à Boulogne en faisant un don pour la construction du Centre Culturel de Boulogne.
Vous pouvez décider de diriger votre don vers la synagogue ou vers le CCIBB, en nous l’indiquant par message.
Je participe à la collecte pour la construction


Inscriptions aux activités du CCIBB :

Le CCIBB a le plaisir de vous présenter la liste des activités pour adultes et enfants proposées pour 2017-2018 :
Krav-maga, Oulpan adultes et enfants, Football, Basketball, Running, Danse Modern-Jazz, Sophrologie, Danse Israélienne, Gymnastique Douce, Cours de Dessin, et d’autres à venir !!!

Informations et Inscriptions : dimanche 10 septembre 2017 de 08h00 à 17h00 au forum des associations à la Mairie de Boulogne-Billancourt.

Plus d’informations sur ccibb.net.


Grand Concert des Chevatim :

A l’occasion de l’Aliyah d’Elie Botbol, fondateur et animateur des Chevatim depuis plus de 40 ans, et de son épouse Claude, la Communauté juive de Boulogne vous invite au :

Grand Concert des Chevatim
avec le concours exceptionnel
d’Ouriel Elbilia

dimanche 17 septembre
A l’Espace Landowski – 28 Avenue André Morizet, 92100 Boulogne-Billancourt

Paf : 25€ Adulte / 10€ enfants / Places Carré d’Or 100€ (Reçu Cerfa)
Réservation en ligne


Dvar Thorah et enseignements :

par le Rav Mikaël Mouyal

Le coin ‘Hidouchim

« Des juges et des policiers tu placeras pour toi » (16, 18) :

En général, les gens ont plutôt l’habitude de juger les autres avec une certaine de sévérité, quant à eux-mêmes, ils se jugent plus favorablement. Pour soi, on essaie souvent de se trouver des bonnes excuses, mais ce n’est pas le cas par rapport aux autres. La Thora vient ici faire allusion qu’en vérité, on ne doit pas avoir deux poids et deux mesures. Le même mode de jugement que l’on emploie pour les autres (souvent dans le sens de la rigueur), on doit aussi se l’appliquer à soi-même. « Des juges et des policiers tu placeras pour toi ». Le même jugement que tu utilises pour les autres, tu placeras et tu appliqueras aussi “pour toi”.
(Toldot Yaacov Yosseph)

« La justice la justice tu rechercheras » (16, 20) :

Pourquoi la Thora répète-t-elle le terme “justice” ?
Cela vient nous apprendre que même la justice doit être recherchée par des moyens justes et droits. On ne peut pas utiliser des moyens tortueuses et fallacieuses pour cause que l’on recherche la justice. Ainsi, c’est comme si le verset disait : « La justice par la justice tu rechercheras ». Par cela, la Thora vient nous transmettre une leçon très importante, à savoir que la fin ne justifie pas les moyens. Le fait de rechercher la justice et le bien ne doit pas justifier tous les méfaits et tous les crimes.
(Rabbi Bounam de Pchis’ha)

« (Le livre de la Thora) sera avec lui (le roi) et il lira dedans, tous les jours de sa vie » (17, 19) :

Ce verset enseigne que le roi doit étudier la Thora toute sa vie. Mais on peut lire et comprendre ce verset d’une autre manière. En effet, certes le roi lira dans la Thora. Mais qu’est ce qu’il y lira ? Il y lira tous les jours de sa vie. C’est à dire que tous les événements qu’il vivra chaque jour dans sa vie seront élucidés et gérés par la Thora. La loi de la Thora sera le code de toute sa vie. Dès qu’il aura le moindre problème et la moindre situation à régler, il la solutionnera uniquement en fonction de la loi et de l’esprit de la Thora. Ainsi, ce verset dit que ce sont « tous les jours de sa vie » qu’« il lira dedans », dans la Thora. Il y trouvera la manière d’agir dans chaque situation qu’il vivra dans sa vie et appliquera la décision de la Thora à chaque mouvement.
(‘Hatam Sofer)

« Un prophète en ton sein, de tes frères, comme moi, Hachem te dressera » (18, 15) :

Ce verset signifie qu’Hachem placera un prophète pour les Juifs qui sera de tes frères, c’est à dire qui appartiendra au peuple Juif. Mais, on peut aussi expliquer que ce verset fait allusion à une autre notion. En effet, si les enfants d’Israël vivent dans l’harmonie et la fraternité, alors Hachem leur donnera le mérite d’avoir parmi eux des prophètes, à savoir des personnes d’une piété très élevée, qui les rapprocheront d’Hachem. Ainsi, ce verset dit : « Un prophète en ton sein, de tes frères », à comprendre dans le sens de « du fait de ta fraternité ». Hachem dressera un prophète en ton sein du fait que les Juifs vivent tous comme des frères, dans l’amour et la paix. C’est par le mérite de la fraternité et de l’harmonie au sein d’Israël que l’on mérite d’avoir des prophètes et des prédicateurs.
(Sefat Emet)

« Quand tu t’approcheras d’une ville pour lui faire la guerre, tu déclareras pour elle la paix » (20, 18) :

La ville fait référence à l’homme qui ressemble à une ville dont tous les membres sont les rues. De plus, la guerre en question représente la guerre que l’homme doit mener contre son mauvais penchant. On peut remarquer que les termes “Tu t’approcheras”, qui se disent dans le Texte “תקרב (Tikrav)”, ont la valeur numérique de 702, la même que celle du mot “שבת (Chabbat)”. Ainsi, la Thora vient faire allusion au fait que si une personne souhaite s’approcher de cette ville, c’est à dire de son corps, et vaincre le mauvais penchant qui la hante, il doit essentiellement s’attacher au respect du Chabbat. De la sorte, il vaincra son penchant et atteindra même la paix avec lui. C’est pourquoi, on se souhaite “Chabbat Chalom”, c’est à dire “Chabbat de paix”. Car par le respect, la joie et la délectation du Chabbat, on en vient à obtenir la paix avec son mauvais penchant.
(Rabbi Mendele de Vichnits)

Le coin Halakha

Depuis le 2 Elloul, il est d’usage de se lever plus tôt pour réciter les Seli’hot et ce, jusqu’à la veille de Kippour. En effet, le Roch ‘Hodech Elloul (1er Elloul), Moché monta chercher les deuxième Table de la loi et redescendit à Kippour. Depuis, il a été fixé que ces 40 jours sont propices pour le peuple Juif pour trouver grâce auprès d’Hachem. Seulement, le jour même de Roch ‘Hodech, on n’a pas coutume d’y réciter les Seli’hot.
On peut commencer à réciter les Seli’hot toute la deuxième partie de la nuit, c’est à dire à partir de ‘Hatsot (le milieu de la nuit). Mais, avant ‘Hatsot, lors de la première partie de la nuit, on ne les récite pas et il est même interdit d’y prononcer les 13 Attributs de Miséricorde (Vaya’avor…). Et même si on se trouve dans un lieu où ils récitent ces Attributs avant ‘Hatsot, on ne les dira pas.
Une personne qui sait que s’il se lève tôt pour les Seli’hot aura du mal à étudier la Thora dans la journée, il en sera dispensé. Néanmoins, il essaiera de se lever pour les Seli’hot les lundis et jeudis du mois d’Elloul, ainsi que les jours entre Roch Hachana et Kippour. Il en est de même pour des ouvriers qui auront du mal à travailler pour leur patron s’ils se lèvent tôt pour les Seli’hot. Il faudra s’efforcer de rester bien concentré lors de la prière du matin qui suit les Seli’hot et de ne pas somnoler.
Il convient de réciter les Seli’hot avec un coeur brisé et humble, en méditant au repentir, et surtout pas en essayant de montrer sa voix. Il est de coutume que celui qui écrit une lettre à son ami en Elloul, qu’il y inscrive : “Soyez inscrits et scellés pour une bonne année”.

Le coin discours

La Paracha de cette semaine traite du thème du témoignage. Dans ce contexte, le Texte rapporte que si deux témoins attestent d’un fait condamnant une tierce personne et qu’ils se retrouvent confondus par deux autres témoins, alors on appliquera aux faux témoins (Edim Zomemim) la peine qu’ils ont voulu imposer à la tierce personne. Ainsi, par exemple, si leur témoignage avait entraîné que l’on condamne à mort une autre personne, alors les faux témoins seront exécutés. Seulement, nos Sages expliquent que l’on exécute les faux témoins que si la tierce personne a uniquement été condamnée à mort, mais n’a pas encore été tuée du fait de leur témoignage.
Mais, si le tribunal a déjà mis à mort l’accusé, alors les témoins ne seront pas exécutés. En effet, la Thora dit : « On lui fera (au témoin) comme il a voulu faire à son frère », et la Thora orale explique : « Comme il a voulu faire mais pas comme il a fait ».
Seulement, cette loi paraît très étonnante. Si déjà quand l’accusé a simplement été condamné à mort, alors les témoins seront tués, quand il a été effectivement mis à mort suite au témoignage, la logique voudrait qu’à fortiori les témoins soient tués !
Plusieurs explication ont été rapportées.
Tout d’abord, le Ramban explique que Hachem siège avec les Sages dans le tribunal rabbinique. Ainsi, si un homme a été exécuté par le tribunal suite au témoignage de deux témoins, et qu’il s’avère par la suite que les témoins ont été confondus, si le Juge Suprême (c’est à dire Hachem) a laissé faire une telle chose que le tribunal mette à mort un individu, c’est qu’Il a trouvé bon que l’accusé soit tué. En effet, ce dernier avait certainement commis des actions qui le condamnaient par le Tribunal d’En-Haut. Hachem a donc entraîné que celui-ci soit exécuté. Ainsi, si le tribunal rabbinique exécute un homme c’est que cela a été décidé par le Très Haut. C’est pourquoi, les témoins, même s’ils ont été confondus, ont permis de réaliser la Décision Divine, et ne seront donc pas exécutés. En revanche, si l’accusé a été condamné à mort, puis les témoins ont été démentis avant l’exécution de l’accusé, alors on mettra à mort les témoins. Car le Ciel n’a pas décidé que l’accusé mérite la mort. Les témoins ont donc réellement mis en place un plan pour tuer un véritable innocent, c’est pourquoi ils seront exécutés.
De son côté, le Maguid de Douvna apporte une parabole pour expliquer ce sujet. Réouven fait convoquer Chimon au tribunal parce que ce dernier l’a giflé. Alors, le juge tranche que Réouven doit rendre une gifle à Chimon. Alors, Réouven proteste : « Voilà que Chimon m’a giflé alors que je ne lui avais rien fait. En revanche, moi je vais lui donner un coup alors qu’il le mérite. La punition ne correspond donc pas à la faute ! »
Il en est de même pour le sujet des faux témoins. Si ces derniers ont simplement cherché à entraîner la mort de quelqu’un d’innocent sans être parvenus à leur fin, alors quand on les met à mort, cette punition est équitable. En effet, ils seront tués sans avoir non plus réussi à commettre de faute concrètement. Mais, si l’accusé est exécuté suite à leur témoignage, alors le fait de tuer les témoins n’est pas une punition équitable. En effet, ils ont entraîné la mort d’un innocent alors qu’eux seront tués suite à un réel crime. Ainsi, cette punition n’est pas suffisante par rapport à leur si grave faute et ne pourra donc pas réparer cette faute. Or, puisque les peines de la Thora ne viennent que pour réparer la faute commise (et non pas en tant que vengeance, D.ieu préserve), quel est donc l’intérêt de tuer ces faux témoins si cette peine ne suffit pas pour compenser et réparer leur faute ?!
Le Maharal de Prague, quant à lui, explique que tant que le mauvais projet des faux témoins n’a pas encore été réalisé et que l’accusé n’a pas encore été exécuté, alors cette volonté sinistre de tuer leur prochain continue toujours a être “collée” à leur âme. Ils restent toujours attachés à cette idée et cherchent encore éperdument à réaliser leur plan. C’est pourquoi, la Thora décrète qu’il faudra tuer les témoins, pour supprimer le mal du sein du peuple Juif. En effet, ce mal brûle dans le cœur des témoins et il faut le supprimer. Mais, si leur mauvais dessein a été réalisé et que l’accusé a été mis à mort, alors le mal et le désir du crime se trouvent séparés du cœur des témoins. En effet, quand quelqu’un désire commettre une faute, tant que la faute n’est pas réalisée, cette personne “brûle” pour celle-ci. Mais une fois que la transgression a été commise, la personne se “refroidie”, se calme, et son mauvais penchant le laisse seul avec sa conscience. C’est pourquoi, nos Sages enseignent que « les impies sont remplis de regrets ». Car une fois la faute commise, le mal se détache de leur coeur et les regrets commencent à prendre la place. De ce fait, si les témoins ont entraîné la mort de l’accusé, la Thora tranche qu’on ne les tue pas. Étant donné que le mal s’est détaché de leur personne, les tuer ne reviendrait donc pas à supprimer ce mal.
Enfin, Rabbénou Bé’hayé rapporte une réponse plutôt technique. Il dit que si l’accusé a été exécuté, il se trouve que les deux témoins confondus s’opposent aux deux autres témoins qui les ont démentis. Ainsi, il n’y a que deux personnes (à savoir les deux autres témoins) qui s’opposent aux dires des deux témoins confondus. C’est la parole de deux personnes contre deux autres personnes. Puisqu’il n’y a pas de majorité contre les témoins confondus, on ne peut donc pas les exécuter. En revanche, si l’accusé n’a pas été exécuté, alors lui aussi s’ajoute aux deux autres témoins pour s’opposer aux témoins confondus et dire qu’ils ont menti. Ainsi, il y a trois personnes (les deux autres témoins et l’accusé) qui s’opposent aux deux témoins confondus. Du fait d’une majorité qui s’opposent à eux, on peut donc mettre à mort les deux faux témoins.

Le coin histoire

Un jeune homme de valeur, qui habitait aux États-Unis, rencontrait beaucoup de mal à trouver son âme sœur. Aussi, il se rendit en Israël pour prier sur les lieux saints et éveiller la Miséricorde Divine.
Un des jours de son parcours, il arriva devant le tombeau de Rabbi Aharon de Belz, à Har Hamenou’hot. Il commença à prier, quand une tempête se leva et fit envoler son chapeau. Le jeune homme courut pour le ramasser. Seulement, avec le chapeau, le vent avait également envoler des bouts de papier écrits par des Juifs, qui y avaient inscrits leurs prières au Créateur, par le mérite de ce Juste.
Le jeune homme décida de ramasser un morceau de papier qui était tombé près de son chapeau, pour le remettre devant le tombeau.
Mais sans le faire vraiment exprès, il se mit à lire le mot, qui disait : « Je suis unetelle fille de unetelle, habitant telle ville, je recherche l’homme qui m’est destiné. Hachem, s’il te plaît, présente-le moi devant moi ! »
Les parents du garçon contactèrent ceux de cette jeune fille et, en fin de compte, le mariage eut lieu…
Cette histoire montre bien comment Hachem dirige Son monde dans le moindre détail. Et c’est bien Lui qui organise les rencontres.


Chabbat Chalom !!

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

%d blogueurs aiment cette page :