Déc 28

Chabbat Vaye’hi

Partager :

Paracha Vaye’hi / פרשה ויחי

29/30 décembre 2017 – 12 Tevet 5778 / י’ב טבת ה-תשע’ח

chabbath-pain-et-bougies-1810

Les Horaires :

Vendredi soir :
16h45 : Min’ha suivi d’un cours
16h40 : Allumage des bougies de Chabbat (heure maximum pour l’allumage : 16h43)
17h45 : Chir Hachirim, Kabbalat Chabbat et Arvit
D’var Thora par le Rav Mikaël MOUYAL.

Samedi matin :
09h10 : Cha’harit
D’var Thora par Alain CERNES.
La Haftarah sera lue par le jeune Avner MIMRAN. Nous souhaitons un grand Mazal-Tov à toute la famille MIMRAN.
L’office sera suivi d’un Kiddouch offert par Audrey et Romuald HAZIZA pour séoudate odaya. Puisse Hachem les couvrir de toutes les bénédictions, Amen !
Après le Kiddouch, étude de 30 minutes sur la Paracha par le Rav Mikaël MOUYAL.

Samedi après-midi :
16h00 : Téhilim – Lecture collective des Téhilim – Alpha/Beta
16h15 : Min’ha
Suivi de la séouda chélichit.
D’var Thora par le Rav Mikaël MOUYAL
17h02 : Shquiya / שקעת החמה

Samedi soir :
17h57 : Fin de Chabbat, Arvit et Havdala

18h00 : Cours mixte durant une heure après la Havdala. Le Rabbin Mickael MOUYAL vous offre la possibilité d’étudier le livre « Alé Chour » afin de construire sa personnalité.
Le Alé Chour est un véritable classique de la philosophie rabbinique rédigé par le Rav Chlomo WOLBE.

Dimanche matin :
08h15 : Cha’harit (pour arriver à la Amida au Nets à 08h44).

Lundi matin (1er janvier 2018 – Férié) :
08h15 : Cha’harit


Régularisez vos dons :

Afin de recevoir vos reçus CERFA 2017, et bénéficier ainsi d’une réduction d’impôts de 66% sur vos dons effectués, adressez-nous vos dons avant le 31 décembre 2017.
Vous pouvez envoyer vos dons au 134 bis rue du Point du jour, ou par simple virement bancaire. Vous trouverez toutes les modalités ici.


Birkat Ha-Lévana :

La Birkat Ha-Lévana (prière pour le renouvellement de la lune) pourra être faite entre le lundi 25 décembre au soir et le lundi 1er janvier 2018 au soir, lorsque la lune est visible.


Beth Hamidrach :

Le Rabbin Didier Kassabi donne un cours de Guemara pour jeunes adultes chaque lundi soir à 20h00 à la Synagogue de Boulogne Billancourt, 43 rue des abondances.


Talmud Thorah :

Les cours de Talmud Torah ont repris. Vous pouvez cependant déjà prendre contact avec le Rabbin Didier Kassabi pour vous renseigner et pour inscrire vos enfants au Talmud Torah.

Les cours ont lieu chaque dimanche (hors période de vacances scolaires) dans l’enceinte de la Synagogue (43 rue des abondances).
L’avenir de nos enfants passent par une éducation juive de qualité que nous devons leur offrir.

Aucun enfant ne doit rester en marge de cette transmission des valeurs de la Torah.

Continuez à inscrire vos enfants. Nous vous attendons nombreux pour les inscriptions auprès du Rabbin Didier Kassabi.

Parlez-en autour de vous. Dites-le autour de vous.


« Les AMIS de la REFOUA » – Visite aux malades :

Des bénévoles de Boulogne proposent aux personnes qui le demandent : l’organisation d’une chaine de lecture de Téhilims pour la guérison de nos malades, de prendre de leurs nouvelles et leur rendre visite dans les hôpitaux.
Ces actions se font dans la plus grande discrétion et s’inscrivent dans le cadre du bénévolat.
Vous pourrez joindre – les AMIS de la REFOUA – au 06.03.75.34.15, ou par courriel à : israelalbert1@gmail.com
Vous pouvez aussi faire partie de ces bénévoles, nous vous remercions par avance.


Sécurité SPCJ :

La sécurité est l’affaire de tous ! Le SPCJ a besoin de chacun d’entre nous !
La protection de la vie communautaire est plus que jamais l’affaire de tous ! Vous en êtes les premiers acteurs ! Votre mobilisation est essentielle et nécessaire !
Si vous souhaitez nous aider à assurer la protection de l’office, rapprochez-vous de nous !
Plus nous serons nombreux à nous mobiliser et assurer des relais de garde, plus nous passerons du temps à prier !


Information ACJBB Boulogne Sud :

Retrouvez toutes les informations de l’office sur : www.acjbb-sud.org.
Si vous souhaitez recevoir par mail la newsletter de l’office, inscrivez-vous en nous envoyant un mail à officeboulognesud@gmail.com.
Retrouvez également toutes les informations sur la page Facebook de l’office : facebook.com/acjbbsud et sur Twitter : twitter.com/acjbbsud.


Réservation des espaces communautaires :

Vous souhaitez organiser une manifestation (Brith-Mila, Bar-Mitsvah et Bat-Mitsvah, Mariage, Azkara, Soirée Mikvé Kala, etc… ) dans les espaces de la Synagogue de Boulogne, 43 rue des Abondances, contactez M. Alain Chicheportiche 06.95.62.58.41 – alainchicheportiche92@gmail.com

Vous souhaitez réserver la salle de Boulogne Sud, 134 bis rue du point du jour Boulogne Billancourt, contactez M. Patrick Sebban 06.03.02.30.78 – patrick.sebban2@paris.fr


Mikvé :

Mikvé pour les femmes
Dimanche 19h-21h
Lundi au jeudi 20h-22h
Vendredi soir : sur rendez vous auprès de Mme Yaël Kassabi au 0622761504 (merci d’envoyer un SMS )
Samedi soir : 1h après Shabbat pendant 2h.

Mikvé vaisselle
Le Mikvé Kelim est ouvert tous les matins du dimanche au vendredi depuis l’heure de la Tefila jusqu’à midi.


Faire un don :

Pour faire vivre et participer activement à cet office, faites un don par internet ou envoyez vos chèques au 134 bis rue du Point du Jour. Toutes les participations sont bienvenues, les petits ruisseaux faisant de grandes rivières, nous parviendrons, tous ensemble, à faire vivre l’Office de Boulogne Sud.

Tizkou Lé-Mitsvot !!


Dons pour le Centre Culturel de Boulogne Billancourt :

Le nouveau centre culturel sera situé à l’angle des rues Marcel Dassault et d’Anjou. Le permis de construire, déposé en mars à la mairie a été purgé. Les travaux devraient commencer prochainement. Il comprendra notamment :

  • Une Synagogue
  • Le Centre Communautaire (CCIBB)
  • Une salle polyvalente
  • et une salle des fêtes

Vous pouvez consulter la plaquette de présentation du Centre Culturel de Boulogne

Etat du dossier

Nous attendons cette semaine la remise des projets des constructeurs interrogés. Ces projets vont maintenant faire l’objet d’une analyse, puis d’audition des prestataires retenus.

Nous vous aviserons ici de l’état d’avancement d’opération.

Devenez acteur du devenir de la vie juive à Boulogne en faisant un don pour la construction du Centre Culturel de Boulogne. Vous pouvez décider de diriger votre don vers la synagogue ou vers le CCIBB, en nous l’indiquant par message.

Je participe à la collecte pour la construction


Dvar Thorah et enseignements :

par le Rav Mikaël Mouyal

Léïlouy Nichmat Avraham Ben Mikhaël, ‘Haï Victor Ben Yakouta, Jaqueline Bat Esther et Paula Yakouta Bat Rosette

Le coin ‘Hidouchim

« Fais-moi bonté et vérité, ne m’enterre pas en Egypte » (47, 29) :

Rachi explique que la bonté que l’on réalise pour un mort, s’appelle “une bonté de vérité”, une bonté authentique, pour laquelle on n’attend pas de récompense, le mort ne pouvant plus le récompenser. Mais, on peut encore comprendre l’expression “bonté et vérité” autrement. En effet, Rachi explique que Yaacov avait trois raisons pour ne pas être enterré en Egypte. La première était qu’il savait que l’Egypte allait être frappée par les poux, provenant de la terre, et il ne voulait pas que les poux s’approchent de son corps. De plus, lors de la résurrection, les morts enterrés en dehors d’Israël devront subir la peine de rouler dans des tunnels sous-terrains pour revivre en Israël, et lui, il voulait être épargné de cette souffrance. Enfin, il craignait que les égyptiens fassent de lui un objet d’idolâtrie. Sur ces trois raisons, les deux premières (être épargné des poux et de la peine des tunnels) constituent une bonté qu’il demande à son fils, la bonté de lui épargner ces souffrances. En revanche, la raison de ne pas être idolâtré, constitue une vérité, car bien sûr l’idolâtrie est un culte de mensonge, le Seul Vrai D.ieu étant Hachem. Par sa requête de ne pas l’enterrer en Egypte, Yaacov demanda donc à Yosseph de lui faire “bonté et vérité”. (Admour de Skolin)

« Le D.ieu Qui m’a nourri depuis mon existence, jusqu’à ce jour » (48, 15) :

Yaacov a vécu ses 17 dernières années en Egypte. Son fils Yosseph l’a alors complètement entretenu. Yaacov vient ici faire allusion au fait que de même que ses 130 premières années, c’est Hachem Qui l’a nourri, ainsi ses 17 dernières années, il reconnaît que sa subsistance lui est venue d’Hachem, même si concrètement son fils s’est occupé de lui. « D.ieu m’a nourri depuis mon existence », qui se dit “מעודי – Méodi”, de valeur numérique 130, « et jusqu’à ce jour », qui se dit “היום הזה – Hayom Hazé”, le terme “הזה” ayant la valeur numérique 17. C’est Hachem Qui l’a nourri toute sa vie, depuis ses 130 ans, jusqu’à ses 17 ans, auprès de Yosseph.

« Maudite soit leur colère » (49, 7) :

En maudissant la colère de Chimon et Levi, Yaacov leur supprima justement cette colère. En effet, la Thora dit que Yaacov bénit tous ses enfants (« Chacun, selon sa bénédiction, il les bénit ». Or, une bénédiction ne peut pas résider en même temps qu’une malédiction. Ainsi, si la colère de ses enfants est maudite, alors il fallait donc forcément que cette maudite colère leur soit enlevée, pour que la bénédiction puisse résider avec eux. Or, y a-t-il de plus grande bénédiction à son fils que de lui supprimer sa colère ?!

« C’est un lourd deuil pour l’Egypte » (50, 11) :

Même l’Egypte prit le deuil. En effet, quand Yaacov est descendu en Egypte, la famine s’est arrêtée. Mais, à présent qu’il n’est plus, elle va reprendre. La Thora décrit cette famine comme étant une “lourde famine”. C’est parce qu’ils savaient que par la disparition de Yaacov, la famine allait revenir que les égyptiens en furent affligés. Ils prirent un lourd deuil, pour une lourde famine.
(Keli Yakar)

Le coin Halakha (lois de Chabbat)

Une casserole de soupe, même si elle a été retirée du feu (ou de la plata), tant qu’elle est chaude au niveau de Yad Soledet Bo (à partir de 45° environ), il sera interdit de mettre dans cette casserole des aliments qui n’ont pas encore été complètement cuits. Il sera aussi interdit d’y remettre de la soupe (ou tout autre liquide) qui resterait dans les assiettes.
Mais, des aliments solides qui ont déjà été complètement cuits, même si maintenant ils sont complètement froids, malgré tout on pourra les remettre dans cette casserole, si on ne va pas la remettre sur le feu.
Pour servir un plat à partir de la casserole, on devra avant tout enlever la casserole du feu. On ne servira pas quand celle-ci est encore sur le feu (ou sur la plata).
Quand on enlève le couvercle de la casserole pour servir le plat, et qu’après avoir servi, on souhaite le remettre sur la casserole, on veillera alors à ce que les gouttes d’eaux qui se sont regroupées dessous du fait de la vapeur soient bien restées chaudes, car sinon elles vont de nouveau cuire.

Le coin histoire

Un jour, on a découvert dans le corps d’une certaine personne, qu’il avait des trous dans ses os. Il s’agissait d’une maladie très rare. Aucun docteur ne parvenait à apporter une explication scientifique et médicale à ce problème. Certains trous étaient même très grands. Voyant qu’il ne pouvait rien tirer des médecins, cet homme, qui était pratiquant et craignant Hachem, décida de se rendre chez Rabbi ‘Haïm Kanievski.
Après avoir entendu son problème, Rabbi ‘Haïm commença à le disputer : « Les trous dans tes os proviennent du fait qu’il y a des grands trous dans ta prière et dans ton étude. Si tu combles ces trous spirituels, les trous dans tes os se combleront également ! » Notre homme sortit perplexe de la maison de Rabbi ‘Haïm, et avoua qu’effectivement, il avait ce problème dans son comportement. Il décida qu’à partir de ce jour, il arrêterait de s’interrompre pour des discussions vaines, pendant son étude et sa prière. Et là, se produisit la merveille. Très rapidement, les trous dans ses os disparurent.
Cette anecdote montre que les souffrances physiques ont des racines spirituelles, dans le comportement. Mais ce sont les Grands de la Thora qui ont la capacité de les dévoiler.

Le coin étude

La poussière autour de la Gloire

Dans notre Paracha, Yaacov enjoint à son fils Yosseph de l’enterrer en Terre Sainte, dans la grotte de Makhpela. Dans ce cadre, il lui ajoute la parole suivante : « Et moi, en revenant de Padan (de chez Lavan) Ra’hel est morte en Terre de Canaan sur le chemin, non loin de Efrat. Je l’ai enterré là-bas, sur la route de Efrat, qui est Beth Le’hem ». Rachi explique que l’intention de Yaacov dans ses mots qu’il dit à Yosseph était de l’apaiser. C’est comme s’il lui disait : « Certes je te demande de te fatiguer à m’enterrer en Canaan et ce, même si je n’ai pas procédé de la sorte pour ta mère, Ra’hel. Elle est morte non loin de Beth Le’hem, sur le chemin, et je l’ai enterré là-bas. Ce n’est pas que la pluie m’a empêché de la transporter pour l’enterrer dans la grotte de Makhpela, puisque le temps était sec. Et en plus, elle n’est pas morte bien loin de Beth Le’hem, et je ne l’ai même pas transportée pour l’enterrer à Beth Le’hem. Je sais que tu m’en veux pour cela. Mais sache que je l’ai enterrée là-bas en suivant la Parole et l’Ordre d’Hachem, pour qu’elle vienne en aide à ses descendants quand ils seront exilés ».
On peut s’interroger sur la longueur de ces propos. Pourquoi Yaacov a-t-il besoin de tant de préalables ? Ne pouvait-il pas simplement dire à son fils : « Sache que je l’ai enterrée là-bas en suivant la Parole et l’Ordre d’Hachem » ?! Yosseph aurait-il vraiment imaginé qu’il pleuvait ou que c’était loin, pour avoir besoin de dire que le temps était sec et que le lieu était proche ?!
On apprend de là un grand principe. Quand est-ce que l’on peut être en mesure d’écouter la Parole d’Hachem ? Uniquement quand on retire toute la “poussière” qui l’entoure et la couvre ! Seulement alors, pourra apparaître la Parole d’Hachem. Tant que la poussière qui symbolise la nature a une place, la Parole d’Hachem ne peut pas se dévoiler. C’est pourquoi, c’est seulement après que Yaacov ait évacué toutes les causes et les circonstances naturelles, “le temps était sec” et “le lieu était proche”, qu’il est devenu possible d’entendre la Parole et l’Ordre Divins d’enterrer Ra’hel sur le chemin, pour qu’elle vienne en aide à ses descendants.
La nature et ses circonstances voilent et dissimulent la Providence Divine. La marche naturelle du monde entraîne que l’homme risque de se tromper et de ne pas voir que c’est Hachem Qui dirige le monde. Quand la nature est suspendue, la Présence d’Hachem peut apparaître clairement.
On retrouve ce principe concernant le don de la Thora. Le Midrash enseigne que « lorsque Hachem a donné la Thora, aucun oiseau n’a gazouillé ni ne s’est envolé, aucun animal n’a produit son bruit, les anges n’ont même pas chanté des louanges à Hachem, la mer n’a pas bougé, aucune personne n’a parlé. Le monde resta complètement silencieux. C’est là que la Parole d’Hachem a dit : “Je suis l’Eternel ton D.ieu” ». Pour que l’on puisse entendre la Parole d’Hachem, la Voix du “Je suis l’Eternel ton D.ieu”, il fallait obligatoirement supprimer toutes les voix de la nature. Si un oiseau avait volé ou qu’un animal avait émis un bruit, alors l’homme n’aurait pas pu intégrer dans son cœur que « rien n’existe en dehors de Lui ». Même le mouvement d’une vague dans la mer et même le chant d’un ange, aurait empêché la manifestation de la Parole et de la Gloire d’Hachem.
On trouve un autre exemple, dans l’Histoire, où Hachem a eu besoin de faire taire le monde entier. Quand Eliahou le prophète a réuni les idolâtres pour leur prouver qu’Hachem et le Vrai D.ieu et non le Baal, le Midrash dit que là aussi Hachem a fait taire l’univers tout entier. Et ce, car si le moindre bruit avait été perçu, les idolâtres auraient dit : « Voilà ! C’est le Baal qui nous a répondu ! »
On voit de là que toute participation et toute intervention, la plus infime soit-elle, de la nature, a la force de voiler complètement l’Honneur d’Hachem des yeux de l’individu. C’est seulement quand la création est pleinement épurée de tout mouvement de la nature que peut retentir la Voix du : « Je suis l’Eternel ton D.ieu » !
Tel est le sens du verset : « Que toute chair se taise de devant Hachem, car Il se “secoue” de Sa Sainte Demeure ». Les règles de la nature sont comparables à de la poussière qui dissimule la Gloire d’Hachem. Mais le jour où on méritera de voir la Providence d’Hachem dans le monde, le jour où « Il se “secouera” de Sa Sainte Demeure », quand Il se secouera de toute cette poussière de la nature qui Le couvre, quand cette nature deviendra alors silencieuse et que “toute chaire se taira de devant Hachem”, alors Sa Gloire se dévoilera. Mais on ne peut pas percevoir Sa Gloire dans toute Sa Splendeur tant que tout autour ce n’est que poussière et nature.
Le Ramban demande pourquoi la Thora révèle le miracle de Sarah qui enfanta Yits’hak à 90 ans, alors que le miracle de Yokheved qui enfanta Moché à 120 ans est passé sous silence ? Il répond que les miracles annoncés par un prophète ou un ange, comme pour Sarah qui reçut l’annonce d’un ange qu’elle enfantera, est rapporté dans la Thora. Mais les miracles qui se produisent comme d’eux- même, pour aider un Juste ou punir un impie, ne sont pas mentionnés dans la Bible. La raison de cela est que l’annonce du prophète vient attester de l’origine Divine du miracle. Aucune part n’est laissée aux circonstances naturelles. Mais, un miracle qui n’est pas annoncé par un prophète ou un ange, comme ce fut le cas pour Yokheved, n’a pas sa place dans la Thora, qui est la Parole d’Hachem, car un tel miracle peut être recouvert par des raisons naturelles. Et quand la nature a une place, la Parole d’Hachem est alors cachée. Mais malgré tout, il faut savoir que la nature a un objectif très important. Même si elle camoufle l’Honneur d’Hachem, malgré tout Hachem l’a placée pour permettre à l’homme d’avoir le libre arbitre. Grâce à la nature, l’homme peut avoir la possibilité de se tromper et de penser que le monde fonctionne de lui-même et n’est pas régi par Hachem (D.ieu nous préserve d’une telle erreur !) Dans Son Humilité, Hachem a fixé les règles de la nature justement pour Se dissimuler dans le monde et laisser la place à l’erreur de penser que ce n’est pas Lui Qui dirige. De la sorte, celui qui se renforce et lutte contre les apparences naturelles du monde pour se placer dans le vrai savoir que c’est Hachem Qui dirige tout, une telle personne méritera une grande récompense, car il aura investi des efforts et aura réalisé un vrai travail pour aller à l’encontre de ce que ses yeux lui montrent. Mais tout cela n’est possible que dans notre monde. Car dans les Temps Futurs, Hachem Se révélera, et le temps du travail sera achevé. Tous verront que Seul Hachem dirige le monde. Mais alors, celui qui n’aura pas reconnu Hachem derrière la nature ne pourra plus se rattraper. Il n’aura plus aucun mérite de reconnaître Hachem, car Il se dévoilera alors au grand jour. Saisissons l’occasion et profitons pour se renforcer dans la Connaissance d’Hachem tant que le travail est possible, avant que la Gloire d’Hachem ne se dévoile définitivement.
(Basé sur le Si’hot Moussar)

Le coin ‘Hizouk

Chacun doit penser que peu importe le niveau spirituel où il se trouve, il reste toujours attaché à son Créateur. Il faut savoir que même s’il a pu commettre beaucoup de mal, malgré tout, le simple fait qu’après cela il soit encore vivant, cela prouve qu’Hachem souhaite qu’il vive et Le serve. Ainsi, il faut continuer à servir Hachem dans la joie, puisque telle est la Volonté d’Hachem.
(Divré Thora)


Chabbat Chalom !!!

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

%d blogueurs aiment cette page :