Avr 12

Chabbat Chémini

Partager :

Paracha Chémini / פרשה שמיני

Chabbat Mévaré’him / שבת מברכים

13/14 avril 2018 – 29 Nissan 5778 / כ’ט ניסן ה-תשע’ח

Début : 20h20 – Fin : 21h31

chabbath-pain-et-bougies-1810

Chabbat des jeunes : A l’occasion du Chabbat des jeunes, la lecture de la Paracha et les offices seront assurés par les jeunes de la communauté.

Les Horaires :

Vendredi soir :
19h00 : Min’ha suivi de Chir haChirim, Kabbalat Chabbat et Arvit
19h45 : Allumage des bougies de Chabbat (heure maximum pour l’allumage : 20h20)
D’var Thora par Alexis DANA.

Samedi matin :
09h10 : Cha’harit
D’var Thora par Laurent COHEN SALMON.
L’office sera suivi d’un kiddouch offert par Agnés et David CHICHEPORTICHE léilouy nichmat : Oumsaad bat Hnini (ז״ל).

Samedi après-midi :
19h40 : Téhilim – Lecture collective des Téhilim – Alpha/Beta
19h50 : Min’ha
Suivi de la séouda chélichit.
D’var Thora par Alain CERNES.
20h40 : Shquiya / שקעת החמה

Samedi soir :
21h31 : Fin de Chabbat, Arvit et Havdala

Dimanche matin :
08h00 : Cha’harit de Roch ‘Hodech


Roch ‘Hodech Iyar :

Roch ‘Hodech Iyar aura lieu le dimanche 15 avril et le lundi 16 avril (à partir de samedi 14 avril au soir).


Yom haZikaron :

Yom haZikaron, jour du souvenir de tous ceux qui sont tombés pour l’édification et la protection de l’État d’Israël, aura lieu le mercredi 18 avril.


Yom haAtsmaout :

Yom haAtsmaout, date de l’anniversaire de la création de l’État d’Israël le 5 Iyar en 1948, aura lieu le jeudi 19 avril.


Yom haZikaron / Yom haAtsmaout :

Venez nombreuses et nombreux mercredi 18 avril 2018 à partir de 19h00 pour participer à la cérémonie de Yom HaZikaron, jour du souvenir en hommage à toutes les personnes victimes des guerres en Israël et les victimes du terrorisme.

Cette cérémonie sera suivie de Yom HaAtsmaout, la fête de l’indépendance de l’État d’Israël.

Les cérémonies seront suivies d’un grand buffet israélien dans une ambiance musicale conviviale.


Beth Hamidrach :

Le Rabbin Didier Kassabi donne un cours de Guemara pour jeunes adultes chaque lundi soir à 20h00 à la Synagogue de Boulogne Billancourt, 43 rue des abondances.


Talmud Thorah :

Les cours ont lieu chaque dimanche (hors période de vacances scolaires) dans l’enceinte de la Synagogue (43 rue des abondances).
L’avenir de nos enfants passent par une éducation juive de qualité que nous devons leur offrir.

Aucun enfant ne doit rester en marge de cette transmission des valeurs de la Torah.

Continuez à inscrire vos enfants. Nous vous attendons nombreux pour les inscriptions auprès du Rabbin Didier Kassabi.


Yom haShoah :

A l’occasion de Yom haShoah, journée pour rappeler la mémoire des Juifs déportés et assassinés dans les camps d’extermination nazis, qui a été célébré dans le monde le soir du mercredi 11 et la journée du jeudi 12 avril, la Mairie de Boulogne organise une conférence à l’Espace Landowski, 28 avenue André Morizet à Boulogne Billancourt, le dimanche 15 avril 2018 à 16h00 de Mme Stéphanie Trouillard, journaliste à France 24.

Elle parlera des recherches qu’elle a effectuées sur les courriers retrouvés récemment d’une jeune lycéenne juive de Boulogne, qui a écrit à sa professeur de français pendant son internement à Drancy.

Il est important d’assister à cette conférence pour montrer notamment l’intérêt et l’attachement de la Communauté juive de Boulogne pour ce sujet.


« Les AMIS de la REFOUA » – Visite aux malades :

Des bénévoles de Boulogne proposent aux personnes qui le demandent : l’organisation d’une chaine de lecture de Téhilims pour la guérison de nos malades, de prendre de leurs nouvelles et leur rendre visite dans les hôpitaux.
Ces actions se font dans la plus grande discrétion et s’inscrivent dans le cadre du bénévolat.
Vous pourrez joindre – les AMIS de la REFOUA – au 06.03.75.34.15, ou par courriel à : israelalbert1@gmail.com
Vous pouvez aussi faire partie de ces bénévoles, nous vous remercions par avance.


Sécurité SPCJ :

La sécurité est l’affaire de tous ! Le SPCJ a besoin de chacun d’entre nous !
La protection de la vie communautaire est plus que jamais l’affaire de tous ! Vous en êtes les premiers acteurs ! Votre mobilisation est essentielle et nécessaire !
Si vous souhaitez nous aider à assurer la protection de l’office, rapprochez-vous de nous !
Plus nous serons nombreux à nous mobiliser et assurer des relais de garde, plus nous passerons du temps à prier !


Information ACJBB Boulogne Sud :

Retrouvez toutes les informations de l’office sur : www.acjbb-sud.org.
Si vous souhaitez recevoir par mail la newsletter de l’office, inscrivez-vous en nous envoyant un mail à officeboulognesud@gmail.com.
Retrouvez également toutes les informations sur la page Facebook de l’office : facebook.com/acjbbsud et sur Twitter : twitter.com/acjbbsud.


Réservation des espaces communautaires :

Vous souhaitez organiser une manifestation (Brith-Mila, Bar-Mitsvah et Bat-Mitsvah, Mariage, Azkara, Soirée Mikvé Kala, etc… ) dans les espaces de la Synagogue de Boulogne, 43 rue des Abondances, contactez M. Alain Chicheportiche 06.95.62.58.41 – alainchicheportiche92@gmail.com

Vous souhaitez réserver la salle de Boulogne Sud, 134 bis rue du point du jour Boulogne Billancourt, contactez M. Patrick Sebban 06.03.02.30.78 – patrick.sebban2@paris.fr


Mikvé :

Mikvé pour les femmes
Le Mikvé est ouvert tous les soirs, du dimanche au jeudi 10′ avant lh’eure de la fin du Chabbat précédent, pendant 1h30.
Le samedi soir, le mikvé ouvre 1h après la fin de Chabbat, pendant 1h30.
Pour les vendredis soirs et soirs de fête, prendre rendez-vous avec Mme Kassabi, au moins 2 jours avant au 06 22 76 15 04.

Mikvé vaisselle
Le Mikvé Kelim est ouvert tous les matins du dimanche au vendredi depuis l’heure de la Tefila jusqu’à midi.


Faire un don :

Pour faire vivre et participer activement à cet office, faites un don par internet ou envoyez vos chèques au 134 bis rue du Point du Jour. Toutes les participations sont bienvenues, les petits ruisseaux faisant de grandes rivières, nous parviendrons, tous ensemble, à faire vivre l’Office de Boulogne Sud.

Tizkou Lé-Mitsvot !!


Dons pour le Centre Culturel de Boulogne Billancourt :

Le nouveau centre culturel sera situé à l’angle des rues Marcel Dassault et d’Anjou. Le permis de construire, déposé en mars à la mairie a été purgé. Les travaux devraient commencer prochainement. Il comprendra notamment :

  • Une Synagogue
  • Le Centre Communautaire (CCIBB)
  • Une salle polyvalente
  • et une salle des fêtes

Vous pouvez consulter la plaquette de présentation du Centre Culturel de Boulogne

Etat du dossier

Nous avons reçu 5 offres qui sont en cours d’analyse et de mise en forme chez l’architecte.

Nous avons reçu cette semaine le troisième des candidats. Les auditions continueront au cours des prochaines semaines.

Nous continuerons de vous aviser ici de l’état d’avancement d’opération.

Devenez acteur du devenir de la vie juive à Boulogne en faisant un don pour la construction du Centre Culturel de Boulogne. Vous pouvez décider de diriger votre don vers la synagogue ou vers le CCIBB, en nous l’indiquant par message.

Si vous avez des question, envoyez-nous un message !

Je participe à la collecte pour la construction


Dvar Thorah et enseignements :

par le Rav Mikaël Mouyal

Léïlouy Nichmat Avraham Ben Mikhaël, ‘Haï Victor Ben Yakouta, Jaqueline Bat Esther et Paula Yakouta Bat Rosette

Le coin ‘Hidouchim

« Ce fut le huitième jour » (9, 1) :

Nos Sages enseignent que ce jour, où le Michkan (Tabernacle) a été inauguré, ce fut un jour de joie pour Hachem comme le jour où le ciel et la terre ont été créés. Comment en comprendre la raison ?
En fait, quand Hachem créa le monde, Sa Présence emplit la création. Mais alors, l’homme commit la faute, et suite à cela, la Présence Divine se retira. Puis, les générations suivantes aussi fautèrent et repoussèrent la Présence Divine. De la sorte, Hachem n’avait plus où résider dans ce monde. Cette situation continua jusqu’à la venue de Moché qui inaugura le Michkan. Alors, la Présence Divine reposa dans le Michkan, et par cela, dans le monde, comme ce fut le cas lors de la création du monde. Ainsi, ce fut la première fois où on revint à la même situation qu’à la création. La joie fut donc semblable à celle de la création du monde. (Apiryon)

« Cela est la chose qu’Hachem a ordonné de faire » (9, 6) :

L’expression utilisée pour dire “cela est la chose” est l’expression “Zé Hadavar – זה הדבר”, à propos de laquelle, nos Sages disent qu’il s’agit de la formule correspondant à la prophétie de Moché. Ainsi, ces mots évoquent un niveau spirituel très haut. Et notre verset dit : « Cela est la chose qu’Hachem a ordonné de faire ». Cela fait référence à une dimension où on accomplit les Mitsvot parce que « Hachem a ordonné de (le) faire ». Ainsi, parmi toutes les intentions les plus profondes et les plus élevées dans la pratique d’une Mitsva,, l’intention la plus haute qu’un homme peut avoir, et à laquelle fait référence l’expression “cela est la chose” correspondant au niveau de Moché, c’est de faire la Mitsva uniquement parce qu’Hachem l’a ordonné. Le fait de se soumettre à Hachem et de réaliser Ses Ordres juste pour faire Sa Volonté, c’est cela le niveau le plus haut. (‘Hidouché Harim)

« Tout ustensile en argile où y tomberait (quelque chose d’impur), tout ce qui sera à l’intérieur sera impur » (11, 33) :

Rachi déduit de ce verset, que l’impureté ne peut souiller un ustensile en argile que dans son espace intérieur, et non dans sa partie extérieur. Mais pourquoi en est-il ainsi ?
En fait, l’argile c’est de la terre. Et la terre n’a pas de valeur et d’importance intrinsèque. Ainsi, toute la valeur d’un ustensile en argile n’est pas de par sa matière, mais uniquement de par sa fonction qui est de pouvoir contenir autre chose. Or, un ustensile peut contenir dans son espace intérieur. C’est pourquoi, un ustensile en argile ne contracte l’impureté que dans son espace intérieur, car c’est là que réside toute la valeur d’un tel objet. Il en est de même pour l’être humain, qu’Hachem a créé à partir de la terre. Un homme n’a d’importance que s’il a de l’intériorité. C’est ce qu’il a à l’intérieur de lui qui lui donne de la valeur. (R. Mena’hem Mendel de Kotsk)

« Je suis Hachem qui vous fais monter du pays d’Egypte » (11, 45) :

Rachi explique ce verset en disant que même si Hachem avait sorti les Hébreux d’Egypte uniquement pour ne pas qu’ils se souillent avec des insectes, cela aurait suffi.Comment comprendre cet enseignement ?
En fait, même sans la Thora, on n’aurait pas mangé d’insectes, car cela est repoussant voire même abominable. Seulement, quand les Juifs n’en mangent pas, ils ne le font pas par rapport à leur répulsion naturelle, mais essentiellement parce que la Thora l’interdit. C’est cela la grandeur de la chose. Même des actes que l’on ne ferait jamais de par notre nature, on les respecte surtout pour réaliser la Parole Divine. Une telle attitude d’acceptation de la Volonté Divine au delà même de notre propre volonté personnelle, est en soi une grandeur qui mérite bien qu’Hachem nous sorte d’Egypte et nous prenne comme peuple. (Darach David)

Le coin Halakha (lois de Chabbat)

Il est interdit de faire, pendant Chabbat, deux nœuds l’un sur l’autre. En revanche, on a le droit de faire une boucle sur un nœud, à condition que cela a été fait pour être défait le jour même. Mais, si c’est pour être conservé, cela est interdit. Par contre, il est autorisé de faire deux boucles, l’une sur l’autre (sans qu’il n’y ait de nœud en dessous), et même si on l’a fait pour être conservé.
Celui qui examine ses Tsitsit pendant Chabbat, s’il constate qu’un nœud s’est relâché, il sera interdit de le resserrer. En revanche, certains décisionnaires autorisent de séparer les fils de ses Tsitsiot, s’il constate qu’ils se sont emmêlés.
Il est interdit de nouer un sac poubelle rempli, en faisant deux nœuds l’un sur l’autre pour attacher ensemble les deux côtés de l’embouchure du sac (dans ce cas on ne pourra faire qu’un seul nœud). De même, il est interdit de nouer l’embouchure elle-même du sac, par un fil ou un cordon, et alors ce sera interdit même en ne faisant qu’un seul nœud.

Le coin histoire

Rabbi Na’houm Dov de Sadigoura se rendit un jour dans une auberge, et quand on lui présenta de la viande et de la soupe pour le repas, il repoussa l’assiette et n’y toucha pas. Quelques instants plus tard, un messager de l’abatteur rituel vient prévenir que la viande présente un problème de Cachrout. Tout le monde fut impressionné qu’avant même cette nouvelle, le Rav avait repoussé l’assiette ! Alors, le Rav, voyant l’enthousiasme de l’entourage, expliqua qu’il n’y avait là rien de merveilleux. « Seulement, dit le Rav, la Guemara dit que si un repas éveille en toi un grand désir, éloigne-toi de ce repas. Or, quand on me présenta ce plat, j’ai senti en moi un grand désir d’en manger, tel que cela ne m’était jamais encore arrivé. C’est pourquoi, je m’en suis éloigné ! »
Le mauvais penchant incite l’homme à la faute. Ainsi, souvent quant l’homme est face à une excitation inhabituelle, il faut se demander si la chose est peut-être interdite et que le penchant s’évertue donc à le conduire à la faute. Rappelons-nous de cela !

Le coin étude

L’inauguration du Michkan par la révélation de l’Unicité

La Paracha de la semaine décrit ce qui s’est passé le jour de l’inauguration du Michkan. Une fois que tous les sacrifices qu’il fallait apporter l’ont été, un feu descendit du Ciel et consuma les offrandes.
Mais alors, Nadav et Avihou, deux des enfants de Aharon, allumèrent un feu étranger dans des encensoirs et y brûlèrent des encens qui ne leur furent pas recommandés. Suite à cette faute, un feu sortit et les consuma, entraînant leur mort.
Juste après, Moché se tourna vers son frère Aharon qui venait de perdre deux enfants, et lui dit : « C’est ce qu’Hachem déclara en disant : “Je serai sanctifié par Mes proches…” » Et Rachi d’expliquer ces propos : « Moché dit à Aharon : “Je savais que cette maison (le Michkan) serait sanctifiée par ceux qu’aime Hachem, et je me demandais si cela allait être par moi ou par toi. A présent, je sais qu’ils (Nadav et Avihou) sont plus grands que moi et que toi !” » Tout cela nous apprend que la mort de Nadav et Avihou n’a pas été une simple punition pour une faute qu’ils ont commises. Mais qu’en réalité, leur mort a constituée une sanctification du Michkan et que l’inauguration du Michkan n’a pu être complète que par cet événement. Et de ce fait, plus encore que d’avoir été simplement le signe d’une faute de leur part, la mort des enfants de Aharon a été un signe de grandeur (« A présent, je sais qu’ils sont plus grands que moi et que toi ! »). Mais comment comprendre cela ?
En fait, l’essentiel de la foi juive et de notre sainte Thora est de proclamer l’Unicité Divine. Hachem est Un ! Il s’agit de l’affirmation de la foi que chaque Juif doit répéter matin et soir dans le Chema Israël. Toute idée qu’il pourrait (D.ieu préserve) exister une autre force ou une autre autorité indépendante en dehors d’Hachem est absolument exclue et formellement interdite.
Nos Sages évoquent l’existence d’hérétiques qui pensent qu’il existe deux forces : celle qui fait le bien et celle qui fait le mal. Selon eux, le mal ne pourrait pas provenir de la même source que le bien. Évidemment, cette idée est complètement fausse. A ce sujet, le verset dit : « Il forme la lumière et crée l’obscurité, Il fait la paix et crée le mal ». Le bien et le mal viennent bien de la même Source. Hachem a créé le mal justement pour laisser la possibilité d’imaginer (D.ieu préserve) qu’il existe une dualité et pour ainsi laisser le libre arbitre. Or, Hachem dirige le monde de sorte à ce que tous les événements mènent à aboutir sur la suppression du mal, comme ce sera le cas dans les temps futurs. En d’autres termes, Hachem a créé le mal pour le supprimer et pour dévoiler par cela l’exclusivité du bien, et alors l’Unicité Absolue d’Hachem sera dévoilée. En effet, l’Unicité d’Hachem se dévoile avec plus de force une fois que le mal qui a été créé finit par être supprimé, plus que si le mal n’avait jamais existé. Car à présent que le mal existe, on peut se rendre compte que même le mal, apparemment opposé au bien, provient de la même source que le bien, et cela renforce la conscience de l’Unicité d’Hachem. L’intention et l’objectif du monde est justement de concourir par tous les événements à révéler cette Unicité. Quand on se rend compte que le mal émane de la même source que le bien et n’a été créé que pour révéler ce bien, alors on prend conscience qu’Hachem est absolument Un, sans aucune dualité, et alors Son Nom est sanctifiée.
Le jour de l’inauguration du Michkan, on apporta des sacrifices. Puis alors, le verset vient relater que : « Un feu sortit de devant Hachem et consuma (les sacrifices de) sur l’autel ». Ce moment était intense en joie et constitua le moment tant désiré et tant espéré par tout le peuple d’Israël, car alors on a pu voir qu’Hachem a agréé tout le travail de la construction du Michkan et par cela, on comprit qu’Hachem a pardonné la faute du veau d’or. Ce fut donc un événement d’une joie intense.
Puis, juste après, lorsque les enfants de Aharon allumèrent un feu étranger et offrirent des encens non ordonnés, alors la Thora emploie exactement la même formule et la même expression pour décrire leur punition : « Un feu sortit de devant Hachem et les consuma ». Cela constitua bien-sûr un moment très dur et d’une extrême sévérité. Et ces deux événements qui se sont suivis, le premier qui constitua un bonheur extrême et l’autre une peine inimaginable, survinrent exactement de la même façon, comme l’atteste l’utilisation de la même formule qui les décrit. Tout le peuple put alors constater que la grande bonté et l’extrême sévérité proviennent de la même Source et alors on s’est rendu compte par cela de l’Unicité Absolue d’Hachem. Effectivement, le bien et le mal proviennent de la même origine. Par cela, la mort de Nadav et Avihou a concouru à dévoiler aux yeux de tous l’Unicité d’Hachem et par cela, le Nom d’Hachem a été sanctifié. Et le Michkan a pu aussi être sanctifié. Son inauguration a pu aboutir. Car ce Michkan, où la Gloire Divine allait résider, se doit d’attester l’Unicité d’Hachem. Ce Michkan qui témoigne du pardon de la faute du veau d’or, quand les Juifs ont laissé apparaître l’idée d’une dualité (D.ieu préserve), se doit de proclamer la totale Unicité d’Hachem, Qui va y résider et par cela, s’installer au sein du peuple d’Israël. Et quand on s’est rendu compte que le mal provient de la même origine que le bien, à travers la mort de Nadav et Avihou, cela a pu renforcer cette Unicité, et constitua justement l’aboutissement de l’inauguration du Michkan, dont la vocation était justement de proclamer cette Unicité. Tout cela attesta de la grandeur de Nadav et Avihou, car ce sont précisément eux qui furent choisis par Hachem pour révéler l’Unicité et ainsi parachever l’inauguration du Michkan.
A une autre occasion, la Thora fait part d’un autre événement qui a révélé cette Unicité. Au moment où Yaacov retrouva Yosseph, après 22 ans de séparation, nos Sages rapportent que sa première réaction fut de lire le Chéma. L’une des raisons rapportées pour expliquer cette attitude est que lorsque Yaacov vit Yosseph, il en retira une grande preuve pour réfuter la théorie de ces hérétiques qui pensent qu’il existe (D.ieu préserve) deux forces distinctes : celle qui fait le bien et celle qui fait le mal. En voyant Yosseph, Yaacov prit conscience que celui-ci souffrit énormément du fait que ses frères l’aient vendu, qu’il se soit retrouvé seul en tant qu’esclave en Egypte, puis devint la proie des tentations de la femme de Potifar, et ensuite fut emprisonné pendant douze ans… Mais tout ce mal précisément déboucha sur le grand bien et bonheur qu’il connaissait à présent, en tant que dirigeant et vice-roi de l’Egypte. Son terrible malheur entraîna justement son meilleur bien. Cela renforça Yaacov dans la conscience qu’il soit bien-sûr impossible qu’il puisse exister une force indépendante qui fait le mal, opposée au bien, et que ce mal devienne l’origine même du plus grand bonheur et de la plus grande réussite. Cela a renforcé la conscience de l’Unicité d’Hachem, Qui est le Seul à être l’Auteur de tout ce qui arrive dans le monde. En comprenant tout cela, Yaacov récita le Chéma, pour proclamer l’Unicité d’Hachem. (Basé sur le Tiférét Thora)

Le coin ‘Hizouk

Il est dit qu’Hachem « protège les restes d’Israël (Chomer Chéérit Israël) ». C’est à dire que même s’il ne reste en un Juif que des “restes” et de simples “résidus” de judaïsme, mais que son cœur et ses yeux sont déjà complètement souillés, malgré tout Hachem Lui-Même protégera cette “trace” de Judaïsme pour ne pas qu’elle sombre complètement. Et ainsi, cette étincelle ne se perdra jamais. (Chéérit Israël)


Chabbat Chalom !!!

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

%d blogueurs aiment cette page :