Chabbat ‘Hayé-Sarah

Partager :

Paracha ‘Hayé-Sarah / פרשה חיי שרה

10/11 novembre 2017 – 22 ‘Hechvan 5778 / כ’ב חשון ה-תשע’ח

chabbath-pain-et-bougies-1810

Chabbat des jeunes : A l’occasion du Chabbat des jeunes, la lecture de la Paracha et les offices seront assurés par les jeunes de la communauté.

Les Horaires :

Vendredi soir :
17h00 : Min’ha suivi d’un cours par le Rav Mikaël Mouyal
16h55 : Allumage des bougies de Chabbat (heure maximum pour l’allumage : 16h58)
17h45 : Chir Hachirim, Kabbalat Chabbat et Arvit
D’var Thora par le Rav Mikaël Mouyal

Samedi matin :
09h10 : Cha’harit
D’var Thora par Oriel LUBOTSKI
L’office sera suivi d’un Kiddouch offert par Jessica et Eric TAIEB pour Hodaya l’Hachem et pour l’anniversaire de leurs enfants Ethan 3 ans et Ishay 1 an. Nous souhaitons un grand Mazal Tov aux familles Eric TAIEB et René BITTON.

Samedi après-midi :
16h15 : Téhilim – Lecture collective des Téhilim – Alpha/Beta
16h30 : Min’ha
Suivi de la séouda chélichit offerte par Linda et Michel BOUSSIDAN léilouy nichmat David ben Zamila HaCohen (ז״ל).
D’var Thora par le Rav Mikaël Mouyal
17h15 : Shquiya / שקעת החמה

Samedi soir :
18h06 : Fin de Chabbat, Arvit et Havdala

Dimanche matin :
08h00 : Cha’harit


Carnet de familles :

Naissance :
Nous avons la joie d’annoncer la naissance Chabbat dernier d’un petit garçon chez Wanda et Cyril SAADA. Nous adressons un grand Mazal Tov aux parents, ainsi qu’à toute la famille SAADA et TUIL.
Nous vous tiendrons au courant de la date de la Brit Mila quand la santé du bébé le permettra, Réfoua Chéléma.

Nous avons également la joie d’annoncer la naissance d’un petit garçon chez le Rav Michael SOJCHER et son épouse Déborah. Nous adressons un grand Mazal Tov aux parents et aux grands-parents le Rav Mordéhai SOJCHER et son épouse ainsi qu’au Rav ZERBIB et son épouse, ainsi qu’à toute la famille SOJCHER et ZERBIB.
La Brit Mila aura lieu ב’ה le lundi 13 novembre à 08h00, au Beth Habad, 1 rue des longs près, 92100 Boulogne Billancourt.


Roch ‘Hodech Kislev :

Roch ‘Hodech Kislev aura lieu dimanche 19 novembre (à partir de samedi 18 novembre au soir).


Beth Hamidrach :

Le Rabbin Didier Kassabi donne un cours de Guemara pour jeunes adultes chaque lundi soir à 20h00 à la Synagogue de Boulogne Billancourt, 43 rue des abondances.


Talmud Thorah :

Les cours de Talmud Torah ont repris. Vous pouvez cependant déjà prendre contact avec le Rabbin Didier Kassabi pour vous renseigner et pour inscrire vos enfants au Talmud Torah.

Les cours ont lieu chaque dimanche (hors période de vacances scolaires) dans l’enceinte de la Synagogue (43 rue des abondances).
L’avenir de nos enfants passent par une éducation juive de qualité que nous devons leur offrir.

Aucun enfant ne doit rester en marge de cette transmission des valeurs de la Torah.

Continuez à inscrire vos enfants. Nous vous attendons nombreux pour les inscriptions auprès du Rabbin Didier Kassabi.

Parlez-en autour de vous. Dites-le autour de vous.


« Les AMIS de la REFOUA » – Visite aux malades :

Des bénévoles de Boulogne proposent aux personnes qui le demandent : l’organisation d’une chaine de lecture de Téhilims pour la guérison de nos malades, de prendre de leurs nouvelles et leur rendre visite dans les hôpitaux.
Ces actions se font dans la plus grande discrétion et s’inscrivent dans le cadre du bénévolat.
Vous pourrez joindre – les AMIS de la REFOUA – au 06.03.75.34.15, ou par courriel à : israelalbert1@gmail.com
Vous pouvez aussi faire partie de ces bénévoles, nous vous remercions par avance.


Sécurité SPCJ :

La sécurité est l’affaire de tous ! Le SPCJ a besoin de chacun d’entre nous !
La protection de la vie communautaire est plus que jamais l’affaire de tous ! Vous en êtes les premiers acteurs ! Votre mobilisation est essentielle et nécessaire !
Si vous souhaitez nous aider à assurer la protection de l’office, rapprochez-vous de nous !
Plus nous serons nombreux à nous mobiliser et assurer des relais de garde, plus nous passerons du temps à prier !


Information ACJBB Boulogne Sud :

Retrouvez toutes les informations de l’office sur : www.acjbb-sud.org.
Si vous souhaitez recevoir par mail la newsletter de l’office, inscrivez-vous en nous envoyant un mail à officeboulognesud@gmail.com.
Retrouvez également toutes les informations sur la page Facebook de l’office : facebook.com/acjbbsud et sur Twitter : twitter.com/acjbbsud.


Réservation des espaces communautaires :

Vous souhaitez organiser une manifestation (Brith-Mila, Bar-Mitsvah et Bat-Mitsvah, Mariage, Azkara, Soirée Mikvé Kala, etc… ) dans les espaces de la Synagogue de Boulogne, 43 rue des Abondances, contactez M. Alain Chicheportiche 06.95.62.58.41 – alainchicheportiche92@gmail.com

Vous souhaitez réserver la salle de Boulogne Sud, 134 bis rue du point du jour Boulogne Billancourt, contactez M. Patrick Sebban 06.03.02.30.78 – patrick.sebban2@paris.fr


Mikvé :

Mikvé pour les femmes

Horaires d’hiver : Le Mikvé ouvre tous les soirs de 20h à 22h. Les samedis soirs, et fin de fête, le Mikvé ouvre 1h après la fin de Chabbat pendant 1h30. Pour les soirs de fêtes et Chabbat sur rendez-vous uniquement, en envoyant un message au +33 6 85 75 37 85.

Mikvé vaisselle

Le Mikvé Kelim est ouvert tous les matins du dimanche au vendredi depuis l’heure de la Tefila jusqu’à midi.


Faire un don :

Pour faire vivre et participer activement à cet office, faites un don par internet ou envoyez vos chèques au 134 bis rue du Point du Jour. Toutes les participations sont bienvenues, les petits ruisseaux faisant de grandes rivières, nous parviendrons, tous ensemble, à faire vivre l’Office de Boulogne Sud.

Tizkou Lé-Mitsvot !!


Dons pour le Centre Culturel de Boulogne Billancourt :

Le nouveau centre culturel sera situé à l’angle des rues Marcel Dassault et d’Anjou. Le permis de construire, déposé en mars à la mairie a été purgé. Les travaux devraient commencer en automne. Il comprendra notamment :

  • Une Synagogue
  • Le Centre Communautaire (CCIBB)
  • Une salle polyvalente
  • et une salle des fêtes

Vous pouvez consulter la plaquette de présentation du Centre Culturel de Boulogne

Etat du dossier

Le projet architectural a été finalisé suite à de multiples réunions du Comité de pilotage. Le projet a maintenant été transmis à plusieurs constructeurs, qui vont remettre leurs projets détaillé dans les prochaines semaines.

Ces projets feront l’objet d’une analyse, puis d’audition des prestataires retenus.

Nous vous aviserons ici de l’état d’avancement d’opération.

Devenez acteur du devenir de la vie juive à Boulogne en faisant un don pour la construction du Centre Culturel de Boulogne. Vous pouvez décider de diriger votre don vers la synagogue ou vers le CCIBB, en nous l’indiquant par message.

Je participe à la collecte pour la construction


Tirage au sort :

Merci à toutes et à tous pour votre générosité et votre participation lors de ces fêtes de Tichri qui ont été riches et intenses.

Afin de vous remercier, nous organisons un tirage au sort pour vous faire gagner un iPhone 8 et 2 Samsung S8 !!!

Pour participer, rien de plus simple, engagez-vous dans un virement mensuel d’un montant minimum de 26 € et pour une durée minimum de un an et prévenez-nous d’un simple mail à officeboulognesud@gmail.com dès sa mise en place.

Vous trouverez toutes les modalités pour mettre en place vos virements mensuels sur cette page.

Nous annoncerons les gagnants lors de l’office le Chabbat Hanouka le 16 décembre et dans la newsletter.

Afin que votre participation soit prise en compte, votre premier virement ou don doit être effectué avant la fin du mois de novembre.

Tizkou la-Mitsvot, que votre générosité soit récompensée !


Campagne nationale pour la Tsedaka :

La Communauté juive de Boulogne est heureuse de se joindre à l’invitation de la Campagne nationale pour la Tsedaka, jeudi 16 novembre au Théâtre de Neuilly, pour le Sectacle d’Anne Roumanoff « aimons-nous les uns les autres ».

Jeudi 16 Novembre au Théâtre de Neuilly – 167 avenue Charles de Gaulle 92200 Neuilly

A l’instar de Michel Boujenah et Michel Drucker les années précédentes, cette année Anne Roumanoff dédie une représentation de son spectacle « Aimons-nous les uns les autres » au 25 ans de l’Appel national pour la tsédaka.

Une représentation unique d’un spectacle à succès au profit de ceux qui ont besoin de notre solidarité !

P.A.F : 100 euros avec cerfa
50 euros avec cerfa
25 euros

Infos et réservations : Babeth au 07 83 68 36 25 ou sur http://www.weezevent.com/spectacle-anne-roumanoff


Conférence du Rav Drai :

Venez nombreuses et nombreux assister à la conférence du Rav DRAI sur le thème : « Comment motiver un enfant ? » samedi 18 novembre 2017 à 20h00 à l’ACJBB Sud, 134bis rue du Point du Jour, 92100 Boulogne Billancourt.

Entrée libre et public mixte. Un buffet suivra la conférence.

N’hésitez pas à partager et surtout à venir !


Conférence de Eliane Maarek :

La Communauté Juive de Boulogne Billancourt vous invite à une conférence animée par Nina Maarek sur le thème « Ne pas mélanger le lait et la viande, pourquoi ? » le mardi 21 novembre 2017 à 20h00, à la Synagogue de Boulogne-Billancourt, 43 rue des Abondances .

Entrée libre, public mixte.


Conférence de Hanna Behar :

Venez nombreuses assister à la conférence de Hanna Behar : “Le bonheur, j’y ai droit !

Dimanche 26 novembre à 20h00 à l’ACJBB Sud, 134 bis rue du Point du Jour, 92100 Boulogne.

Entrée libre et public féminin. Un buffet suivra la conférence.

N’hésitez pas à partager et surtout à venir !


Soirée Gala du CCJ 92 :

La Communauté juive de Boulogne est heureuse de se joindre à l’invitation du CCJ 92 et de la Mairie de Boulogne pour la Soirée de Gala du CCJ 92, avec la représentation privée du spectacle de Dany Boon « Dany de Boon, des Hauts-de-France », le 4 décembre 2017 au Carré Belle-Feuille à Boulogne.

Réservez rapidement vos places !!!

Chers Amis,

Nous sommes heureux de vous inviter à la nouvelle soirée de Gala du CCJ 92, Lundi 4 décembre 2017 à 20h00 au Carré Belle-Feuille (60 rue de la Belle-Feuille à Boulogne), en partenariat avec la Ville de Boulogne-Billancourt.

Au programme, le tout nouveau « One Man Show » de DANY BOON qui sera interprété en exclusivité pour le CCJ 92 !

Nous vous attendons nombreux à cette nouvelle soirée exceptionnelle qui aura lieu sous l’égide du Consistoire et avec le soutien du FSJU.

Comme à notre habitude, cette soirée républicaine réunira de très nombreuses personnalités dont le Préfet des Hauts-de-Seine, M. Pierre Soubelet et les représentants des forces de police du département, qui font un travail remarquable et discret tout au long de l’année.

Le tarif des places est le suivant :
Tarif unique (1ère catégorie) : 60 euros
– Quelques places en seconde catégorie pour les -20 ans : 40 euros

Les réservations se font uniquement par mail à l’adresse contactccj92@gmail.com et seront validées par la réception du règlement des places. Attention : Places limitées.

Dans l’attente et le plaisir de vous retrouver prochainement, nous vous souhaitons une excellente semaine.

Elie KORCHIA
Président du CCJ 92
Vice-président du Consistoire de Paris

Dvar Thorah et enseignements :

par le Rav Mikaël Mouyal

Le coin ‘Hidouchim

« Avraham pesa pour Efron (עפרן) l’argent dont il avait parlé aux oreilles des habitants de ‘Het » (23, 16) :

Dans tout ce paragraphe, le nom de Efron est écrit en entier, avec la lettre Vav : “עפרון”, sauf dans ce verset où il est écrit sans le Vav (עפרן). Rachi explique que la Thora vient ici faire allusion au fait que Efron a certes au début, tenu de belles paroles, offrant le terrain (où se trouvait la grotte de Makhpela) à Avraham. Mais finalement, il n’en a rien fait, prenant de Avraham beaucoup d’argent.
Ce grand défaut de sa part s’est exprimé par la réduction d’une lettre de son nom.
Nos Maîtres disent que le nom d’une personne reflète l’essence profonde de cette personne. Ainsi, si le nom de Efron est réduit, c’est que par le mauvais comportement qu’il a adopté, il en a été réduit dans son être, celui-ci a donc changé négativement. Cela vient nous apprendre que les actions d’une personne ne restent pas extérieures à elle. En réalité, elles influent sur son identité et sa nature pour même les modifier, en bien comme en mal.
(Lé’ovdekha Béémet)

« Hachem bénit Avraham en tout » (24, 1) :

L’essentiel de la bénédiction que peut recevoir un homme Juste, c’est lorsque tout le monde est béni. Il ne recherche pas son bien-être individuel mais bien la réussite collective. C’est ce que dit le verset, en allusion : « Hachem bénit Avraham en tout (בכל) », que l’on peut aussi traduire par « par tous ». Ainsi, Avraham a été béni par le fait que tous l’ont été. C’est seulement quand tout le monde est béni que Avraham peut considérer l’être également.
(Kedouchat Levy)

« L’homme prit une boucle en or qui pesait un demi-sicle, et deux bracelets…, d’un poids de dix pièces d’or » (24,22) » :

Rachi explique que par la boucle d’un demi-sicle, Eliezer voulait faire allusion à Rivka au don du demi Chekel qui se réalisera dans le futur. De même, par les deux bracelets de dix pièces d’or, il lui fit allusion aux deux Tables de la loi qui contiendront les dix commandements. Mais on peut se demander pourquoi toutes ces allusions ?
En fait, le demi Chekel symbolise le Service d’Hachem par les sacrifices qui étaient achetés par le don des demis Chekel. D’autre part, les Tables de la loi rappellent bien-sûr la Thora. Quand Eliezer constata chez Rivka qu’elle développait le pilier de la bonté de la façon la plus remarquable et exceptionnelle, il lui “offrit” les deux autres piliers, celui du Service et celui de la Thora. (Selon nos Sages, le monde tient sur ces trois piliers : la Thora, le Service et la bonté). Ceci vient enseigner que celui qui se donne au maximum pour développer une qualité, les autres qualités lui viendront naturellement, comme si elles lui seront offertes.
(‘Hidouché Harim)

« Yits’hak sortit discuter dans le champ vers le soir » (24, 63) :

Nos Sages disent que cette discussion exprime en fait une prière. Cela vient nous apprendre qu’il a institué la prière de Min’ha, que l’on récite l’après-midi.
Le Talmud enseigne que la prière la plus importante, à laquelle il faut être le plus vigilent, c’est Min’ha. La raison en est qu’elle est prononcée l’après-midi, quand l’homme est encore affairé à son travail. En revanche, Cha’harit est récité le matin, avant le travail, et Arvit, le soir, quand on est de retour à la maison. Pour prier Min’ha, il faut arrêter son travail parfois même en plein milieu, ce qui peut être difficile, d’où son importance. A l’époque, le travail le plus courant était l’agriculture. Ainsi, la valeur de Min’ha, c’est qu’elle est récitée quand on est encore dans le champ : « Yits’hak sortit discuter (= prier) dans le champ », c’est bien Min’ha.
(Rav Zévin)

Le coin Halakha

Si on souhaite enlever une partie de la ‘Halla qui est trop grillée, on pourra le faire si on retire aussi un peu de ‘Halla non grillée avec.
Si on souhaite servir de la soupe qui contient des légumes ou de la viande, on ne pourra pas enlever la viande ou les légumes de la soupe pour ensuite servir la soupe. Cependant, certains décisionnaires permettent de faire cela si on va consommer cette viande ou ce légume juste après la soupe. Mais, si on a déjà servi la soupe et que quelqu’un souhaite manger la viande ou les légumes séparément de la soupe, alors on pourra les enlever et les manger de suite, simultanément avec la soupe.
On ne peut pas sortir la viande ou les légumes de la soupe, même avec une cuillère trouée faite pour cela.
Si une mouche (par exemple) est tombée dans un liquide (soupe, eau, jus…), on pourra verser du bol ou du verre un peu de ce liquide, jusqu’à ce que la mouche tombe.

Le coin histoire

Yé’hiel, le petit-fils de Rabbi Baroukh, jouait un jour à cache-cache avec un autre garçon. Il se cacha bien et attendit que son camarade le trouve. Il attendit longtemps.
Finalement il sortit de sa cachette, mais l’autre avait disparu, et Yé’hiel comprit qu’il ne l’avait pas cherché du tout.
Cela le fit pleurer, et c’est en pleurant qu’il courut chez son grand-père se plaindre de ce mauvais camarade.
Alors, les yeux pleins de larmes, Rabbi Baroukh s’écria : « Hachem dit la même chose : Je me cache, mais personne ne veut Me chercher » …
Hachem a créé un monde où Il est caché, essentiellement pour donner le travail à l’homme de Le retrouver. Mais malheureusement, il arrive souvent qu’on essaye même pas de Le chercher.

Le coin étude

Réunir les deux mondes

Après la mort de Sarah, Avraham se prépare à l’enterrer dans la grotte de Makhpela. Cette grotte porte ce nom, qui a la racine du mot Kafoul (signifiant : double), car elle est doublée par des couples. En effet, y sont enterrés Adam et ‘Hava, et vont y être enterrés Avraham et Sarah, Yits’hak et Rivka, ainsi que Yaacov et Léa. Mais quelle est la spécificité de cette grotte, pour que ce soient justement des couples qui y sont enterrés ?
D’autre part, le Midrash dit que l’éloge funèbre que Avraham a prononcé pour Sarah était le texte du « Echet ‘Haïl » (que l’on récite avant le Kidouch du vendredi soir). Il y est dit : « Elle désira le champ et l’a acquis ». Cela se réfère, selon ce Midrash, à Sarah, qui désira le champ de Makhpela et en fit l’acquisition, pour y être enterrée. Cela est bien-sûr très étonnant. Ce n’est pas Sarah qui a acquis le champ de Makhpela ! C’est Avraham, comme on le voit en longueur dans notre Paracha !
En fait, pour comprendre cela, il convient de rapporter un enseignement du Zohar, qui dit que la grotte de Makhpela, c’est la porte du Paradis (Gan Eden). C’est à dire que c’est la porte entre les deux mondes : le monde d’en-bas et le monde d’en-haut. Une porte, c’est ce qui marque le passage entre deux domaines. On passe d’un lieu à un autre en traversant la porte. En cela, une porte permet aussi de relier ces deux endroits. La porte du Paradis, c’est ce qui relie notre monde au monde d’en-haut, c’est ce qui relie le ciel et la terre.
Apparemment, le ciel et la terre constituent deux opposés. D’une part, le ciel symbolise la spiritualité, c’est le lieu qui se réfère à Hachem, notre Père qui est dans les Cieux. Il est bien dit : « Le Ciel appartient à Hachem ». En revanche, la terre est le lieu de la matérialité, de la bassesse. Les créatures qui y vivent sont réduites à une vie plutôt grossière, et vaquent à des occupations physiques, tels que manger, boire, dormir, accumuler de l’argent et des biens… Comme le dit la suite du verset précédemment cité : « Et la terre, Il l’a donnée aux êtres humains ». La terre est le lieu où l’homme vie et mène une existence plutôt banale.
Et malgré tout, un autre verset vient dire que : « A Hachem appartient la terre et ce qu’elle contient ». C’est à dire que, de façon dissimulée et cachée, la terre renferme aussi l’Honneur d’Hachem. Et ce, au point que nos Sages affirment que : « Tout ce qu’Hachem a créé, Il ne l’a créé que pour Son Honneur ». Rien n’est fortuit ou inutile. Ainsi, malgré l’apparence de la terre comme grossière et matérielle, au fond elle cache la Présence du Créateur.
Cela signifie que chaque élément que Hachem a créé sur terre, peut servir à attester de Son Existence et peut être utilisé pour Son Service. L’homme peut utiliser le monde et tout ce qu’il renferme, pour servir Hachem. Et alors, par cela, il s’élève et élève le monde avec lui. La dimension spirituelle et Divine présente dans le monde de façon voilée, peut alors se révéler. De cette façon, le ciel et la terre se réunissent. L’homme, par le Service d’Hachem, arrive à élever la terre vers le ciel, ou encore à révéler ce ciel qui se cache dans la terre. C’est cela même le but de l’Homme. Hachem l’a créé dans ce monde, pour utiliser les existences matérielles qui se présentent à lui, pour les raffiner et les élever. Chacun de ses comportements devraient tendre vers cet idéal.
Le lieu par excellence qui exprime cette union entre le ciel et la terre, c’est la ville de ‘Hevron. Le nom de cette ville, a la même racine hébraïque que le mot ‘Hibour, qui signifie “lien”, “réunion”. Car, c’est le lieu où se réunissent la terre et le ciel. C’est dans cette ville où se trouve la grotte de Makhpela, où sont enterrés nos patriarches et leurs épouses, nos matriarches. Ce sont eux qui ont atteints, de leur vivant, la dimension la plus parfaite d’une vie matérielle, sur terre, sanctifiée le plus possible par le Service d’Hachem, pour l’élever et la relier avec le Ciel. Ils ont donc été enterrés dans cette ville qui relie ces deux dimensions.
Nos Sages enseignent que l’homme et la femme sont associés dans cette mission. L’homme est celui qui doit étudier la Thora (la femme est essentiellement dispensée de cette étude). Il doit rester connecté avec le monde d’en-haut. La femme, en revanche, s’occupe de tout ce qui est lié à la maison. Elle est plus terre à terre. En fait, l’association idéale entre un homme et une femme s’exprime par le fait que le mari amène la Thora et la spiritualité à la maison. Alors, la femme va utiliser cette Thora apportée par son mari, pour l’appliquer aux différentes situations de la vie concrète et matérielle auxquelles ils sont confrontés. De la sorte, c’est à travers le couple que ce travail de raffinement de la matière pourra se faire de la meilleure façon. L’homme tout seul ne pourra pas appliquer sa Thora dans le monde. La femme toute seule n’aura pas cette Thora pour raffiner son monde. C’est pourquoi, la réunion du ciel et de la terre, qui se réalise surtout par le couple, passe par la grotte de Makhpela, la porte du paradis, le lieu qui réunie les deux mondes.
On peut à présent comprendre pourquoi dans cette grotte, ce sont justement des couples qui y sont enterrés. C’est le travail du couple par excellence qui permet justement la réunion entre la matière et l’esprit, pour vivre une vie élevée, à proximité avec Hachem, dans un monde bas, où se dissimule Sa Présence.
Mais c’est surtout la femme qui joue le rôle essentiel, car c’est elle qui entre le plus en contact avec la vie matérielle. C’est elle qui, concrètement, élève le monde, même si pour cela elle a besoin d’utiliser la Thora de son mari. L’homme, qui est plus en retrait de la matérialité, joue un rôle plus limité dans l’élévation du monde. C’est ainsi que Sarah, en tant que femme d’Avraham, n’a pas cessé, de son vivant, d’imprégner toutes les situations du monde qu’elle rencontrait, par la Sainteté d’Hachem. Elle profitait de chaque occasion pour révéler l’Honneur Divine dans chaque élément.
On peut ainsi comprendre l’éloge qu’Avraham lui fit. « Elle a désiré le champ et l’a acquis ». Effectivement, Sarah a acquis la grotte de Makhpela. Et ce, par tout le travail de sa vie. En vivant pour révéler le Divin caché dans le monde physique, elle a réussi à réunir les deux mondes. Par ce travail, elle a réellement fait l’acquisition de cette grotte, qui est la porte qui fait le lien entre le monde matériel et le monde spirituel. Elle n’accomplissait aucun acte matériel pour répondre à un besoin matériel, mais uniquement pour pouvoir encore plus Servir Hachem. Ainsi, c’est bien elle qui a acquis la grotte de Makhpela, car elle a su donner de la grandeur à une vie dans ce monde, en la vouant au Nom d’Hachem.
(Basé sur Chiour Léyom HaChabbat)

Le coin ‘Hizouk

Le peuple d’Israël est comparé, dans la Thora, aux étoiles du ciel. En effet, de la même façon que les étoiles paraissent toutes petites ici-bas, alors qu’en-haut, dans le ciel, elles sont très grandes. Ainsi, le peuple d’Israël est perçu comme insignifiant ici-bas, dans notre monde. En revanche, dans les Cieux, auprès d’Hachem, il est très grand et très important.
(Baal Chem Tov)


Chabbat Chalom !!!

Lien Permanent pour cet article : https://acjbb-sud.org/index.php/2017/11/09/chabbat-haye-sarah-5778/

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :