Chabbat Mikets ‘Hanouccah

Partager :

Paracha Mikets / פרשה מקץ

‘Hanouccah / חנוכה

Chabbat Mévaré’him / שבת מברכים

15/16 décembre 2017 – 28 Kislev 5778 / כ’ח כסלו ה-תשע’ח

chabbath-pain-et-bougies-1810

Chabbat des jeunes : A l’occasion du Chabbat des jeunes, la lecture de la Paracha et les offices seront assurés par les jeunes de la communauté.

Les Horaires :

Vendredi soir :
16h30 : Allumage de la ‘Hanoukiah
16h40 : Min’ha suivi d’un cours
16h35 : Allumage des bougies de Chabbat (heure maximum pour l’allumage : 16h36)
17h45 : Chir Hachirim, Kabbalat Chabbat et Arvit
D’var Thora par Mickaël Cohen Salmon

Samedi matin :
09h10 : Cha’harit
D’var Thora par Oriel Lubotsky
La Haftarah sera lue par le jeune Noah ROZOWYKWIAT.
L’office sera suivi d’un Kiddouch offert par les familles ROZOWYKWIAT, GANEM et HERSZKORN.
Après le Kiddouch, étude de 30 minutes sur la Paracha par le Rav Mikaël MOUYAL.

Samedi après-midi :
16h00 : Téhilim – Lecture collective des Téhilim – Alpha/Beta
16h10 : Min’ha
Suivi de la séouda chélichit.
D’var Thora par le Rav Mikaël MOUYAL
16h54 : Shquiya / שקעת החמה

Samedi soir :
17h49 : Fin de Chabbat, Arvit et Havdala

18h00 : Cours mixte durant une heure après la Havdala. Le Rabbin Mickael MOUYAL vous offre la possibilité d’étudier le livre « Alé Chour » afin de construire sa personnalité.
Le Alé Chour est un véritable classique de la philosophie rabbinique rédigé par le Rav Chlomo WOLBE.

Dimanche matin :
08h10 : Cha’harit (pour arriver à la Amida au Nets à 08h39), suivi d’un petit déjeuner avec dégustation de beignets de ‘Hanouka.


‘Hanouka :


‘Hanouka aura lieu du mardi 12 décembre au soir avec l’allumage de la 1ère bougie, jusqu’au mercredi 20 décembre, avec l’allumage de la 8ème bougie mardi 19 décembre au soir.


Grande fête de ‘Hanouka de la Communauté :

Venez passer un grand moment dans votre communauté, Samedi soir, motsaé Chabbat, à partir de 19h30, dans l’Espace Communautaire Alfred Zemmour de la Synagogue de Boulogne, 43 rue des Abondances pour  l’allumage de la 5éme bougie de Hanoucah.

Le programme:
19h30 : Accueil du public et distribution des beignets pour TOUS.
20h00 : Spectacle de clown et magie.
20h45 : Allumage de la 5ème bougie par Mr le Rabbin Didier Kassabi.
21H00 : Quizz sur hanouccah organisé par le Bné Akiva
21h20 : Distribution des cadeaux pour tous les enfants présents.

​Nous vous attendons nombreux, avec vos enfants, votre famille et ​vos amis. C’est l’occasion d’emmener avec  vous ceux qui n’ont pas l’occasion ou l’habitude de fréquenter les activités de la Communauté juive de Boulogne.

Entrée libre et gratuite.


Roch ‘Hodech Tévet :

Roch ‘Hodech Tévet aura lieu ce lundi 18 décembre et mardi 19 décembre (à partir de ce dimanche 17 décembre au soir).


Allumage public de Hanouca :

Le Beth Loubavitch de Boulogne avec la participation de la Communauté Juive de Boulogne est heureux de vous convier à :

L’allumage public de Hanouca précédé d’un Grand concert de Yoni Shlomo
mardi 19 décembre 2017 à partir de 18h30.

à la Maison Walewska, 7 rue de Montmorency, 92100 Boulogne Billancourt

en présence du Maire.

Au programme, à partir de 18h30 :

Grand concert de Yoni Shlomo

Jongleur — distribution de cadeaux aux enfants — barbe à papa et pop corn — dégustation de beignets et boissons chaudes.

Allumage de la 8ème lumière sur ménorah géante à 19h15.


Gagnants du tirage au sort :

Merci à toutes et à tous pour votre générosité et votre participation par vos dons mensuels. Vous avez été nombreux à mettre en place des virements mensuels, et nous vous en remercions.

Lors du Mélavé Malkah la semaine dernière, le Rav CEYLON à tirer au sort les gagnants. Les gagnants sont Laurent COHEN-SALMON, Yona BOTBOL et Olivier MULLER.

Vous pouvez cependant toujours continuer à participer à la vie de l’office en mettant en place des virements mensuels. Vous trouverez toutes les modalités pour mettre en place vos virements mensuels sur cette page.

Tizkou la-Mitsvot, que votre générosité soit récompensée !


Beth Hamidrach :

Le Rabbin Didier Kassabi donne un cours de Guemara pour jeunes adultes chaque lundi soir à 20h00 à la Synagogue de Boulogne Billancourt, 43 rue des abondances.


Talmud Thorah :

Les cours de Talmud Torah ont repris. Vous pouvez cependant déjà prendre contact avec le Rabbin Didier Kassabi pour vous renseigner et pour inscrire vos enfants au Talmud Torah.

Les cours ont lieu chaque dimanche (hors période de vacances scolaires) dans l’enceinte de la Synagogue (43 rue des abondances).
L’avenir de nos enfants passent par une éducation juive de qualité que nous devons leur offrir.

Aucun enfant ne doit rester en marge de cette transmission des valeurs de la Torah.

Continuez à inscrire vos enfants. Nous vous attendons nombreux pour les inscriptions auprès du Rabbin Didier Kassabi.

Parlez-en autour de vous. Dites-le autour de vous.


« Les AMIS de la REFOUA » – Visite aux malades :

Des bénévoles de Boulogne proposent aux personnes qui le demandent : l’organisation d’une chaine de lecture de Téhilims pour la guérison de nos malades, de prendre de leurs nouvelles et leur rendre visite dans les hôpitaux.
Ces actions se font dans la plus grande discrétion et s’inscrivent dans le cadre du bénévolat.
Vous pourrez joindre – les AMIS de la REFOUA – au 06.03.75.34.15, ou par courriel à : israelalbert1@gmail.com
Vous pouvez aussi faire partie de ces bénévoles, nous vous remercions par avance.


Sécurité SPCJ :

La sécurité est l’affaire de tous ! Le SPCJ a besoin de chacun d’entre nous !
La protection de la vie communautaire est plus que jamais l’affaire de tous ! Vous en êtes les premiers acteurs ! Votre mobilisation est essentielle et nécessaire !
Si vous souhaitez nous aider à assurer la protection de l’office, rapprochez-vous de nous !
Plus nous serons nombreux à nous mobiliser et assurer des relais de garde, plus nous passerons du temps à prier !


Information ACJBB Boulogne Sud :

Retrouvez toutes les informations de l’office sur : www.acjbb-sud.org.
Si vous souhaitez recevoir par mail la newsletter de l’office, inscrivez-vous en nous envoyant un mail à officeboulognesud@gmail.com.
Retrouvez également toutes les informations sur la page Facebook de l’office : facebook.com/acjbbsud et sur Twitter : twitter.com/acjbbsud.


Réservation des espaces communautaires :

Vous souhaitez organiser une manifestation (Brith-Mila, Bar-Mitsvah et Bat-Mitsvah, Mariage, Azkara, Soirée Mikvé Kala, etc… ) dans les espaces de la Synagogue de Boulogne, 43 rue des Abondances, contactez M. Alain Chicheportiche 06.95.62.58.41 – alainchicheportiche92@gmail.com

Vous souhaitez réserver la salle de Boulogne Sud, 134 bis rue du point du jour Boulogne Billancourt, contactez M. Patrick Sebban 06.03.02.30.78 – patrick.sebban2@paris.fr


Mikvé :

Mikvé pour les femmes
Dimanche 19h-21h
Lundi au jeudi 20h-22h
Vendredi soir : sur rendez vous auprès de Mme Yaël Kassabi au 0622761504 (merci d’envoyer un SMS )
Samedi soir : 1h après Shabbat pendant 2h.

Mikvé vaisselle
Le Mikvé Kelim est ouvert tous les matins du dimanche au vendredi depuis l’heure de la Tefila jusqu’à midi.


Faire un don :

Pour faire vivre et participer activement à cet office, faites un don par internet ou envoyez vos chèques au 134 bis rue du Point du Jour. Toutes les participations sont bienvenues, les petits ruisseaux faisant de grandes rivières, nous parviendrons, tous ensemble, à faire vivre l’Office de Boulogne Sud.

Tizkou Lé-Mitsvot !!


Dons pour le Centre Culturel de Boulogne Billancourt :

Le nouveau centre culturel sera situé à l’angle des rues Marcel Dassault et d’Anjou. Le permis de construire, déposé en mars à la mairie a été purgé. Les travaux devraient commencer prochainement. Il comprendra notamment :

  • Une Synagogue
  • Le Centre Communautaire (CCIBB)
  • Une salle polyvalente
  • et une salle des fêtes

Vous pouvez consulter la plaquette de présentation du Centre Culturel de Boulogne

Etat du dossier

Nous attendons cette semaine la remise des projets des constructeurs interrogés. Ces projets vont maintenant faire l’objet d’une analyse, puis d’audition des prestataires retenus.

Nous vous aviserons ici de l’état d’avancement d’opération.

Devenez acteur du devenir de la vie juive à Boulogne en faisant un don pour la construction du Centre Culturel de Boulogne. Vous pouvez décider de diriger votre don vers la synagogue ou vers le CCIBB, en nous l’indiquant par message.

Je participe à la collecte pour la construction


Dvar Thorah et enseignements :

par le Rav Mikaël Mouyal

Léïlouy Nichmat Avraham Ben Mikhaël, ‘Haï Victor Ben Yakouta, Jaqueline Bat Esther et Paula Yakouta Bat Rosette

Le coin ‘Hidouchim

« Ce fut au bout de deux ans, et Pharaon rêve… » (41, 1) :

Le Midrash explique, sur ce verset, que le rêve d’un roi n’est pas semblable au rêve d’un autre homme. Mais pourquoi rapporter cela ? En fait, ce Midrash vient répondre à une question. Quand le maître échanson constata qu’aucun Sage de l’Egypte n’apaisa le roi, pourquoi lui révéla-t-il que Yosseph sait interpréter les rêves ? Puisqu’il était mauvais, comme le disent nos Sages, qu’est-ce qui l’empêcha d’aller trouver Yosseph dans la prison et de lui rapporter le rêve. Alors Yosseph l’aurait interprété et ensuite, il serait revenu donner l’interprétation à Pharaon en son propre nom et aurait récolté tous les honneurs !
C’est à cette question que le Midrash vient répondre. En réalité, dans son impiété, le maître échanson ne se serait pas privé de faire cela. Seulement, il savait que “le rêve d’un roi n’est pas semblable au rêve d’un autre homme”. C’est à dire que l’interprétation du rêve d’un roi n’est pas la même que celle du même rêve, mais fait par un autre homme. Ainsi, s’il avait raconté le rêve à Yosseph, celui-ci lui aurait donné une explication lui correspondant. Et celle-ci n’aurait pas convenu au même rêve, fait par le roi…
(Ohr Chemouel)

« Elles paissaient ensembles » (41, 2) :

Concernant les vaches grasses, il est dit qu’elles paissaient ensemble. Ce qui n’est pas indiqué pour les vaches maigres. Pourquoi ? C’est que le fait d’être ensemble, c’est à dire dans l’unité, est une caractéristique spécifique au bien et à la sainteté. Ainsi, si les vaches maigres avaient aussi cette particularité de paître ensemble, elles n’auraient pas été foncièrement mauvaises. Dès lors, elles n’auraient pas pu dévorer les vaches grasses. Car, engloutir l’autre révèle un mal intrinsèque.
(‘Hidouché Harim)

« C’est que votre D.ieu… vous a donné un trésor dans vos sacs » (43, 23) :

Le vice-roi est en train de dire aux tribus que l’argent qu’ils ont retrouvé dans leurs sacs, leur est arrivé par “votre D.ieu”. C’est comme s’il leur disait que l’argent est tombé du Ciel. Ce qui est bien sûr surprenant ! Mais les tribus avaient une telle confiance en Hachem et étaient tellement certains qu’Il peut tout faire, qu’ils acceptèrent cette déclaration de Yosseph avec simplicité, sans aucune hésitation. Car effectivement, si Hachem le souhaite, Il peut faire tomber de l’argent du Ciel. C’est cela avoir la Emouna (la foi).
(Melits Yocher)

« Ils burent et s’enivrèrent avec lui » (43, 34) :

Rachi explique que depuis la vente de Yosseph, aucune des tribus ne burent du vin. Et ce jour-là, ils burent.
On peut s’interroger. Yosseph a bu, car il a retrouvé ses frères. Mais, les tribus qui n’ont pas reconnu Yosseph, pourquoi ont-ils bu ? En fait, lors de ce repas, Yosseph donna à chacun, des portions de nourriture. Et à Binyamin, il en donna cinq fois plus. Ce traitement de faveur rappelle celui de Yaacov, qui fit une tunique pour Yosseph et non pour les autres, ce qui entraîna la jalousie des frères, les menant jusqu’à la vente de Yosseph. Quand à présent les frères virent que malgré cette “préférence” pour Binyamin, ils n’en ressentirent aucune jalousie, ils en conclurent que la racine de leur faute était corrigée. Ils se permirent donc de boire.
(Kav ‘Hen)

Le coin Halakha (lois de ‘Hanouccah)

On n’allume pas les bougies de ‘Hanouccah avant la tombée de la nuit (cette année environ 17h40). Quand arrive cette heure, on ne doit pas retarder. Cependant, si quelqu’un sait qu’il ne pourra pas allumer à la tombée de la nuit et ni après, il pourra alors allumer après le Pelag Hamin’ha (cette année environ 16h05). Et alors, il récitera même les bénédictions de l’allumage, d’après le Michna Beroura. Cependant, le Kaf Ha’Haïm pense qu’il allumera sans les bénédictions. Malgré tout, selon tout le monde, il devra alors mettre assez d’huile pour que les bougies brûlent encore une demi-heure après la tombée de la nuit (comme on le fait le vendredi).
S’il n’a pas allumé à la tombée de la nuit, à posteriori il pourra allumer toute la nuit, et là aussi les bougies devront brûler une demi- heure. Après la demi-heure de la Mitsva, on pourra les éteindre, si besoin. Mais, à priori, on ne les éteindra pas.
Ceux qui allument avec des bougies en cire, le vendredi où les lumières doivent brûler jusque une demi-heure après la tombée de la nuit (jusque 18h10), si ces bougies ne peuvent durer autant, il allumera alors une bougie qui durera ce temps là (avec de l’huile par exemple) et récitera les bénédictions sur cette bougie. Il pourra alors allumer les autres lumières avec les bougies en cire.
Si une bougie s’est éteinte, même dans la demi-heure, on n’est pas obligé de la rallumer, tant qu’elles pouvaient durer une demi-heure. Même le vendredi, et même si les bougies se sont éteintes avant la tombée de la nuit, on sera malgré tout quitte de la Mitsva.

Le coin histoire

Un jour, un homme se présenta devant le ‘Hozé de Lublin et lui montra une lettre qu’avait écrite une autre personne. Le Juste fixa un moment la lettre. Puis, soudainement, il la repoussa sévèrement. Notre homme reprit le papier et repartit.
Quelque temps après, il revint chez le ‘Hozé avec la même lettre qu’il remontra au Juste. Mais cette fois-ci, il l’agréa avec un visage lumineux. Puis, il expliqua à l’homme qui était surpris de ce changement de réaction :
« La première fois que tu es venu me présenter cette lettre, celui qui l’avait écrite était, au même moment, en train de jouer aux cartes. En revanche, cette fois-ci, il est en train d’allumer les bougies de ‘Hanouccah et je vois cet homme, en train de briller dans tous les mondes ! »
Cette histoire nous révèle combien est grand et lumineux un Juif qui allume les bougies de ‘Hanouccah. Grande est cette Mitsva !

Le coin étude

La confiance de Yosseph et ‘Hanouccah

La Paracha de Mikets s’ouvre sur les rêves de Pharaon, qui menèrent à la libération de Yosseph et à sa montée à la grandeur. Ce rêve eut lieu « au bout de deux ans ». Le Midrash explique qu’en fait, Yosseph resta deux années supplémentaires en prison pour avoir demandé au maître échanson de se rappeler de lui pour le libérer. Et pour cela il utilisa deux termes (זכרתני והזכרתני). Il fut puni pour ce manque de confiance en Hachem. A ce propos, le Midrash applique à Yosseph le verset : « Béni soit l’homme qui place sa confiance en Hachem ». Mais, cela semble contradictoire. Le verset décrit Yosseph comme plaçant sa confiance en Hachem, et en même temps l’accable d’un manque de confiance !
De plus, pourquoi fut-il puni pour ce manque de confiance, alors que la Thora demande à l’homme d’intervenir naturellement tout en plaçant sa confiance en Hachem ? C’est exactement ce qu’il fit !
Dans son Histoire, le peuple Juif a traversé quatre exils : la Babylonie, la Perse, la Grèce et Edom (Rome). Chacun d’entre eux correspond à une dimension. La Babylonie représente la crainte, comme le dit le Texte, concernant Nabuchodonosaure : « Cet homme fait trembler la terre, il terrifie les royaumes ».
La Perse correspond à l’amour et aux désirs. Cela s’exprime à travers tous les festins décrits dans la Méguila. De même, A’hachvéroch a exigé que sa femme paraisse nue. Ces deux attributs (la crainte et l’amour) s’opposent à leurs pendants dans le bien, qui sont Avraham, qui incarne l’amour (“Avraham qui M’aime”) et Yits’hak, la crainte (“La peur d’Yits’hak”).
La Grèce, quant à elle, s’oppose à Yaacov, qui s’appelle aussi Israël. Ainsi, nos Sages disent que les Grecs demandèrent aux Juifs d’écrire sur une corne de taureau qu’ils n’ont pas de part dans le D.ieu d’Israël. Ils demandèrent de se détacher d’Hachem.
Enfin, l’exil d’Edom réunie les trois précédents. Il les inclut tous. L’opposée de cet exil, c’est Yosseph.
Le Midrash rapporte que Hachem a éprouvé Yosseph plus que les trois patriarches. Car, l’épreuve de Yosseph recoupe toutes les trois dimensions précitées. Ainsi, la femme de Potifar essaya par tous les moyens d’éveiller le désir de Yosseph. Cela correspond à la dimension de l’amour inhérente à la Perse. Quand elle vit qu’elle n’arrivait pas à le séduire, elle le menaça de toutes sortes de chose. Cela correspond à la crainte inhérente à la Babylonie. Suite à quoi, Yosseph fut jeté en prison. Il ne savait même pas combien de temps il allait y rester et s’il allait encore voir la lueur du jour. Dans cette situation désespérée, il devait renforcer son attachement en Hachem et sa confiance en Lui. Il devait prouver sa conviction d’être complètement dépendant de son Créateur. Là était son épreuve. En parallèle avec la Grèce, qui ne cherchait qu’à détacher le peuple Juif d’Hachem. Ainsi, dans la prison, pour se parfaire dans cette troisième dimension, Yosseph se devait d’atteindre le niveau le plus haut de confiance en Hachem. Et quand il intervint un tant soit peu naturellement, en faisant participer le maître échanson, ce manque de confiance en Hachem, aussi minime soit-elle, lui fut fatal. Et il dut rester encore deux ans en prison. La cause de cela était que toute la raison d’être même de son épreuve en prison n’était que de prouver sa confiance en Hachem, pour se parfaire dans la qualité opposée à la Grèce. De ce fait, aucune faille dans ce domaine ne lui était permise. Car Yosseph devait être pur dans ces trois dimensions : l’amour, la crainte et la confiance en Hachem. En cela, il pourrait avoir la force de s’opposer à Edom, qui inclut ces trois aspects. Le fait même que Yosseph fut si sévèrement puni pour le moindre écart dans sa confiance en Hachem révèle son si haut niveau en ce domaine. Le Midrash lui attribue donc le verset : « Béni soit l’homme qui place sa confiance en Hachem ». Car il se devait d’avoir une confiance en Lui irréprochable.
La fête de ‘Hanouccah, qui célèbre la victoire d’Israël sur les Grecs, vient mettre en relief cette qualité de confiance en Hachem. C’est ce que les Grecs voulaient supprimer par la déclaration : « Vous n’avez pas de part dans le D.ieu d’Israël ». Ce royaume voulait former une civilisation détachée d’Hachem. La notion même de D.ieu était, pour eux, à rejeter (D.ieu préserve !).
La victoire contre eux consistait à se renforcer dans la prise de conscience d’être placé complètement entre les Mains d’Hachem. C’est ainsi que les ‘Hachmonaïm se livrèrent à une guerre perdue d’avance. Mais, la victoire leur fut miraculeusement accordée. Ils symbolisent le plus le fait de placer entièrement sa confiance en Hachem. C’est bien-sûr dans cet état d’esprit qu’ils se lancèrent dans cette guerre impossible. Et ils vainquirent. Alors, ils allumèrent les bougies de la Menorah.
Quand on allume une bougie, l’huile est naturellement attirée après la mèche. Et ce, bien qu’en s’approchant de la mèche, l’huile est “condamnée” à disparaître. Mais alors, c’est de la lumière qui ressort de cela, et non du mal. Cela même symbolise la dimension de confiance en Hachem. L’homme doit être attiré complètement vers Hachem. Et ce, même si par cela il semble être voué à disparaître, puisque s’il ne s’investit pas dans des démarches naturelles, il semble perdre toute chance de vivre, car d’où viendra sa subsistance ?! Il finira par mourir de faim. Mais malgré tout, il place sa confiance en Hachem, même si cela paraît comme de l’auto-destruction. Et là, Hachem le protège et il ne sort de cela que de la lumière et du bien. Tel est le message de ‘Hanouccah. C’est en cela que les Juifs ont eu la victoire sur les Grecs qui souhaitaient nier la dimension Divine. Et tel a été le message de Yosseph, qui devait se placer uniquement entre les Mains d’Hachem, en rejetant complètement toute intervention humaine et naturelle.
Placer sa confiance en Hachem est plus facile quand tout va bien, quand on se trouve dans la lumière. Cela correspond à la dimension de Chabbat. En ce jour aussi l’homme rejette toute participation naturelle à sa subsistance, tout travail y est interdit. Le Chabbat aussi l’homme doit faire preuve de confiance en Hachem. Seulement, le Chabbat c’est un jour lumineux. Il est alors plus simple d’exprimer sa dépendance en Hachem. Mais quand l’homme se trouve dans l’obscurité et que tout semble aller mal, quand Yosseph se trouve en prison ou que les Juifs sont victimes des terribles décrets des Grecs qui ne souhaitent que les détacher d’Hachem, il est alors plus difficile de se renforcer dans sa confiance totale en Hachem. C’est cela la lumière de ‘Hanouccah. Une lumière qui sort de l’obscurité. Une lumière qui brûle bien que tout semble aller mal. Mais alors, en réaction, Hachem fait ensuite rayonner la réussite et la lumière. Et on peut ensuite se réjouir des Bienfaits d’Hachem. On peut ensuite allumer les bougies de Chabbat et se réjouir de notre confiance en Lui, dans la lumière. D’abord on allume les bougies de ‘Hanouccah… et ensuite celles de Chabbat.
(Basé sur le Chem Michemouel)

Le coin ‘Hizouk

Tout Juif, peu importe là où il tombe (spirituellement), il doit savoir qu’il tombe entre les Mains d’Hachem. Il convient donc de se renforcer puisqu’il n’est donc pas perdu (D.ieu Préserve). Hachem est avec lui et l’aidera dans toutes ses voies à se ressaisir et à remonter.
(D’après le Peri Tsadik)


Chabbat Chalom et ‘Hanouccah Saméa’h !!!

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

%d blogueurs aiment cette page :