Chabbat Bamidbar – Chavouot

Partager :

Paracha Bamidbar / פרשה במדבר

18/19 mai 2018 – 5 Sivan 5778 / ה’ סיון ה-תשע’ח

Chavouot / שבעות

19/21 mai 2018 – 6/7 Sivan 5778 / ו’/ז’ סיון ה-תשע’ח

Début vendredi soir à 21h11 – Fin lundi soir à 22h34

Chavouot

Chabbat des jeunes : A l’occasion du Chabbat des jeunes, la lecture de la Paracha et les offices seront assurés par les jeunes de la communauté.

Les Horaires :

Vendredi 18 mai – soir :
19h00 : Min’ha suivi de Chir haChirim, Kabbalat Chabbat et Arvit
20h00 : Allumage des bougies et entrée de Chabbat (heure maximum pour l’allumage : 21h11)
Allumer une bougie de 48H pour pouvoir allumer les bougies du 1er soir de Chavouot samedi soir, après Chabbat, à partir d’un flamme existante.
D’var Thora par le Rav Mikaël MOUYAL.

Samedi 19 mai – matin :
09h10 : Cha’harit
D’var Thora par Alain CERNES.
L’office sera suivi d’un kiddouch.

Samedi après-midi :
19h15 : Cours mixte sur la paracha et étude du livre Alé Chour par le Rav Mikaël MOUYAL.
19h30 : Pirké Avoth des enfants : Une étude père-fils est organisée chaque Chabbat afin d’apprendre les Pirké Avoth aux enfants. Les enfants pourront lire ces Pirké Avoth lors des offices. Nous vous attendons donc nombreux avec vos enfants pour participer à cette étude “Pirké Avoth ouBanims”.

20h30 : Téhilim – Lecture collective des Téhilim – Alpha/Beta
20h45 : Min’ha
Suivi d’une légère séouda chélichit.
D’var Thora par le Rav Mikaël MOUYAL.
21h30 : Shquiya / שקעת החמה

Samedi soir :
22h00 : Arvit du 1er soir de Chavouot
Attention, Chabbat ne se termine qu’à 22h30, il sera donc interdit de porter, préparer pour le 1er soir de Chavouot, ou encore allumer une bougie ou cuisiner à partir d’un flamme existante avant cette heure !

22h30 : Allumage des bougies du 1er soir de Chavouot (à partir d’une bougie allumée la veille, avant Chabbat)
Allumer une bougie de 24H pour pouvoir allumer les bougies du 2ème soir de Chavouot.

Veillée de Chavouot :

Dimanche 20 mai :
de 00h30 à 05h15 : Veillée de Chavouot, Venez très nombreux !!!

de 00h30 à 01h30 : Cours par le Rav Mikaël MOUYAL : « Entre unicité et royauté, comment percevons-nous Hachem ? »
de 01h45 à 02h45 : Cours par Benjamin BATTINO : « Étude sur texte : Les repas de Chavouot »
de 03h00 à 04h00 : Cours par Alain CERNES : « Pourquoi étudier la Guémara ? » dédié à la réfoua chéléma de notre ami Élie BOTBOL.
de 04h15 à 05h15 : Cours par Samuel COHEN SALMON : « Permis – Interdit, comment s’y retrouver au milieu des avis des décisionnaires ? »

1er jour de Chavouot :

Dimanche 20 mai (matin) :
05h15 : Cha’harit (1er office)
06h02 : Netz / נץ החמה

09h10 : Cha’harit (2ème office)
L’office sera suivi d’un magnifique Kiddouch laitage offert par Hervé HERSZKORN, Franck CHICHE, Jonathan CAHEN, Jonathan FLOURY et Patrick BENAIS.
Que le mérite de la fête de Chavouot et du don de la Thorah rejaillisse sur eux et toute leurs familles !

Dimanche après-midi :
18h30 : Cours par le Rav Mikaël MOUYAL
19h00 : Lecture du livre de Ruth et des Azharoth
19h30 : Min’ha suivi de Arvit du 2ème jour de fête
22h30 : Allumage des bougies du 2ème soir de Chavouot (à partir d’une bougie ou d’une flamme existante)

2ème jour de Chavouot :

Lundi 21 mai (matin) :
09h10 : Cha’harit
11h15 : Yzkor

Lundi après-midi :
19h15 : Cours par le Rav Mikaël MOUYAL
20h15 : Lecture du livre de Ruth et des Azharoth
21h00 : Min’ha
Suivi d’un cours par le Rav Mickael MOUYAL
21h33 : Shquiya / שקעת החמה

Lundi soir :
22h34 : Arvit, fin de la fête de Chavouot
Havdalah sans feu ni aromates.

Chabbat Chalom et ‘Hag Saméa’h !!!


Carnet de familles :

Naissance
Nous souhaitons un grand Mazal Tov à nos amis Alexandra et Yossi BITTON pour la naissance de leur petite fille Shira . Nous souhaitons un grand Mazal Tov aux parents, aux grands parents, ainsi qu’à toute la famille BITTON et GOLDMAN.

Nous souhaitons également un grand Mazal Tov à nos amis Aurélie et Yohan NIDDAM pour la naissance de leur petite fille Esther Haya Mazal, et un Réfoua Chéléma à la petite princesse. Nous souhaitons un grand Mazal Tov aux familles NIDDAM, ATTIAS et ISRAEL.


Birkat ha-Lévana :

La Birkat ha-Lévana (prière pour le renouvellement de la lune) pourra être récitée entre le lundi 21 mai au soir et le lundi 28 mai 2018 au soir, lorsque la lune est visible.


Beth Hamidrach :

Le Rabbin Didier Kassabi donne un cours de Guemara pour jeunes adultes chaque lundi soir à 20h15 à la Synagogue de Boulogne Billancourt, 43 rue des abondances.


Talmud Thorah :

Les cours ont lieu chaque dimanche (hors période de vacances scolaires) dans l’enceinte de la Synagogue (43 rue des abondances).
L’avenir de nos enfants passent par une éducation juive de qualité que nous devons leur offrir.

Aucun enfant ne doit rester en marge de cette transmission des valeurs de la Torah.

Continuez à inscrire vos enfants. Nous vous attendons nombreux pour les inscriptions auprès du Rabbin Didier Kassabi.


« Les AMIS de la REFOUA » – Visite aux malades :

Des bénévoles de Boulogne proposent aux personnes qui le demandent : l’organisation d’une chaine de lecture de Téhilims pour la guérison de nos malades, de prendre de leurs nouvelles et leur rendre visite dans les hôpitaux.
Ces actions se font dans la plus grande discrétion et s’inscrivent dans le cadre du bénévolat.
Vous pourrez joindre – les AMIS de la REFOUA – au 06.03.75.34.15, ou par courriel à : israelalbert1@gmail.com
Vous pouvez aussi faire partie de ces bénévoles, nous vous remercions par avance.


Sécurité SPCJ :

La sécurité est l’affaire de tous ! Le SPCJ a besoin de chacun d’entre nous !
La protection de la vie communautaire est plus que jamais l’affaire de tous ! Vous en êtes les premiers acteurs ! Votre mobilisation est essentielle et nécessaire !
Si vous souhaitez nous aider à assurer la protection de l’office, rapprochez-vous de nous !
Plus nous serons nombreux à nous mobiliser et assurer des relais de garde, plus nous passerons du temps à prier !


Information ACJBB Boulogne Sud :

Retrouvez toutes les informations de l’office sur : www.acjbb-sud.org.
Si vous souhaitez recevoir par mail la newsletter de l’office, inscrivez-vous en nous envoyant un mail à officeboulognesud@gmail.com.
Retrouvez également toutes les informations sur la page Facebook de l’office : facebook.com/acjbbsud et sur Twitter : twitter.com/acjbbsud.


Réservation des espaces communautaires :

Vous souhaitez organiser une manifestation (Brith-Mila, Bar-Mitsvah et Bat-Mitsvah, Mariage, Azkara, Soirée Mikvé Kala, etc… ) dans les espaces de la Synagogue de Boulogne, 43 rue des Abondances, contactez M. Alain Chicheportiche 06.95.62.58.41 – alainchicheportiche92@gmail.com

Vous souhaitez réserver la salle de Boulogne Sud, 134 bis rue du point du jour Boulogne Billancourt, contactez M. Patrick Sebban 06.03.02.30.78 – patrick.sebban2@paris.fr


Mikvé :

Mikvé pour les femmes
Le Mikvé est ouvert tous les soirs, du dimanche au jeudi 10 minutes avant l’heure de la fin du Chabbat précédent, pendant 1h30.
Le samedi soir, le Mikvé ouvre 1h après la fin de Chabbat, pendant 1h30.
Pour les vendredis soirs et soirs de fête, prendre rendez-vous avec Mme Kassabi, au moins 2 jours avant au 06 22 76 15 04.

Mikvé vaisselle
Le Mikvé Kélim est ouvert tous les matins du dimanche au vendredi depuis l’heure de la Téfila jusqu’à midi.


Faire un don :

Pour faire vivre et participer activement à cet office, faites un don par internet ou envoyez vos chèques au 134 bis rue du Point du Jour. Toutes les participations sont bienvenues, les petits ruisseaux faisant de grandes rivières, nous parviendrons, tous ensemble, à faire vivre l’Office de Boulogne Sud.

Tizkou Lé-Mitsvot !!


Dons pour le Centre Culturel de Boulogne Billancourt :

Le nouveau centre culturel sera situé à l’angle des rues Marcel Dassault et d’Anjou. Le permis de construire, déposé en mars à la mairie a été purgé. Les travaux devraient commencer prochainement. Il comprendra notamment :

  • Une Synagogue
  • Le Centre Communautaire (CCIBB)
  • Une salle polyvalente
  • et une salle des fêtes

Vous pouvez consulter la plaquette de présentation du Centre Culturel de Boulogne

Etat du dossier

Nous avons reçu 5 offres qui sont en cours d’analyse et de mise en forme chez l’architecte. Nous avons auditionné les 5 candidats. La première phase de l’appel d’offre est donc terminée.

Nous avons demandé aux candidats de fournir leur offre révisée pour la fin avril. Nous allons maintenant sélectionner les 2 finalistes qui seront reçus pour une deuxième audition qui permettra le choix définitif du constructeur et la signature du contrat.

Le prêt a été signé avec la banque qui attend cependant toujours que la mairie de Boulogne lui transmette le texte de la garantie.

Nous continuerons de vous aviser ici de l’état d’avancement d’opération.

Devenez acteur du devenir de la vie juive à Boulogne en faisant un don pour la construction du Centre Culturel de Boulogne. Vous pouvez décider de diriger votre don vers la synagogue ou vers le CCIBB, en nous l’indiquant par message.

Si vous avez des question, envoyez-nous un message !

Je participe à la collecte pour la construction


CCIBB Centre de Loisirs – Été 2018 :

Les directeurs du Centre de loisirs Anne Marie Amsallem et Jonathan Cahen, ainsi que la fantastique équipe d’animation accueilleront pour les prochaines vacances du 9 au 27 juillet 2018 vos enfants de 5 à 12 ans dans une ambiance juive exceptionnelle !!!

Informations et réservations auprès de Jonathan 06.21.07.17.09 ou sur ccibb.net.


Mahané d’été 2018 avec le Bné Akiva :

Envoyez vos enfants en colonie de vacances cet été avec le Bné Akiva de France. Plusieurs formules sont proposées en fonction de l’age de vos enfants :

Informations et réservations : 01.42.40.13.44 – 06.98.55.77.91 ou bneakivafrance@gmail.com.


Dvar Thorah et enseignements :

par le Rav Mikaël Mouyal

Léïlouy Nichmat Avraham Ben Mikhaël, ‘Haï Victor Ben Yakouta, Jaqueline Bat Esther et Paula Yakouta Bat Rosette

Le coin ‘Hidouchim

« Le nombre des noms » (1, 2) :

Le verset dit que les Hébreux furent comptés selon le nombre des noms, c’est à dire le nombre des personnes. Mais le verset parle de noms pour évoquer les Juifs. En effet, nos Sages enseignent que de même qu’il y a 600 mille lettres dans la Thora, il y a aussi 600 mille âmes dans le peuple Juif. Chaque âme a sa racine dans une lettre de la Thora. Or, il est aussi rapporté que toute la Thora est constituée de Noms Divins. Ainsi, chaque Juif, qui a sa racine dans la Thora, est relié aux Noms Divins. De fait, pour parler du nombre de Juifs, la Thora dit : « Le nombre de noms », allusion aux Noms Divins auxquels chaque Juif est relié. (‘Hidouché Harim)

« Comme ils camperont, ainsi ils voyageront » (2, 17) :

En plus de son sens simple, ce verset vient aussi nous donner une leçon de moral. Souvent, les gens maintiennent leurs bonnes conduites et la rigueur dans leurs actions quand ils sont dans leur milieu habituel. Mais, quand ils sont en déplacement, loin de leur entourage, ils se permettent alors d’alléger certaines choses. Il est plus difficile de tenir à toutes ses exigences en voyage que chez soi.
Le verset fait allusion à cela. « Comme ils camperont, ainsi ils voyageront ». Le comportement en voyage, quand on n’est pas dans son milieu, doit être le même qu’en campement, quand on est chez soi, sans baisser dans la rigueur de la pratique. (Ateret Yéhochoua)

« Nadav et Avihou moururent…, et ils n’eurent pas d’enfants » (3, 4) :

Nadav et Avihou sont morts en s’élevant spirituellement au point d’être tellement proches d’Hachem qu’ils moururent. En effet, l’homme vit dans ce monde pour s’approcher d’Hachem. Après cette mission, il peut remonter vers Lui. Nadav et Avihou ont atteint leur objectif en s’approchant d’Hachem. Leur mission achevée, ils moururent. Mais quelqu’un qui a des enfants, même s’il a fini sa mission, Hachem peut le laisser encore vivre, pour qu’il s’occupe encore d’eux, matériellement comme spirituellement. Certes, Nadav et Avihou moururent, une fois leur mission achevée. Mais, ils ne bénéficièrent pas d’un supplément, car « ils n’eurent pas d’enfants », et n’avaient donc pas de raison de rester encore sur terre, une fois leur perfectionnement personnel atteint. (‘Hatam Sofer)

« Ils mettront par dessus une couverture de peau de Ta’hach, et y étendront un tissu tout en bleu azur par dessus » (4, 6) :

Pendant les déplacements, l’arche sainte devait être couverte d’une couverture en peau de Ta’hach (animal multicolore), et par dessus, avec un tissu en bleu azur. Cela vient nous apprendre une leçon concernant l’étude de la Thora symbolisée par l’arche sainte.
La Thora contient de nombreux sujets difficiles et complexes, qui nous paraissent cachés et loin de notre compréhension. C’est à cela que fait allusion la couverture de Ta’hach qui recouvre et cache l’arche sainte. Mais, cette couverture était elle-même recouverte d’un tissu bleu azur. En effet, nos Sages disent que le bleu azur évoque le ciel et le Trône Divin. Cette couleur représente donc la foi en Hachem. Car, même si la Thora nous semble parfois cachée et inaccessible, celui qui s’arme d’une foi pure en Hachem, Qui nous a donné la Thora, méritera d’arriver à comprendre tous ses enseignements. Peu importe la couverture qui cache la Thora. Il doit y avoir par dessus le bleu azur, cette foi pure, grâce à laquelle tous les mystères de la Thora pourront être éclaircis. (Darach Moché)

Le coin Halakha (lois de Chavouot)

Il y a une coutume répandue de veiller toute la nuit de Chavouot (cette année la nuit du samedi 19 mai). Il faut veiller à ne pas perdre le temps précieux de cette veillée par des discussions futiles. A la fin de la veillée, nous devons réciter toutes les Birkot Hacha’har (bénédictions de l’aube), en dehors de Nétilat Yadaïm. De même, on ne récitera la bénédiction de Acher Yatsar que si on a été aux toilettes (du moins pour les Sefaradim). On devra aussi réciter les bénédictions de la Thora, mais pour cela, on attendra Alot Hacha’har (levée de l’aube) qui sera cette année à 3 h 47.
On veillera à être bien réveillé pendant la prière de Cha’harit, surtout pour le Chéma et la Amida, car celui qui somnole pendant la prière, aura malheureusement entaché le mérite de la veillée par la perte du manque d’éveil pendant la prière. De même on prendra soin d’écouter les 10 Commandements dimanche matin, avec grande attention. Nos Sages disent que celui qui écoute les 10 Paroles à Chavouot, Hachem lui comptera comme s’il était présent à ce moment-là devant le Mont Sinaï et qu’il recevait la Thora.

Le coin histoire

Dans une certaine école israélienne, un Moré (maître) enseignait avec un grand dévouement. Il investissait beaucoup d’effort dans son travail et veillait très sérieusement à ne jamais être en retard. Mais un jour, suite à un impondérable qui ne dépendait pas de lui, il a dû arriver avec un peu de retard. Il en fut très peiné même si le retard n’était somme toute que de 5 minutes. Il arriva finalement essoufflé de s’être tant dépêché et là, devant la porte, l’attendit un élève, le sourire aux lèvres, qui était en train de pointer du doigt sa montre. Comme s’il signifiait à son Moré qu’il était en retard. Celui-ci en fut très peiné. Était-ce cela sa récompense pour tout son dévouement ?! Sur place, le Moré lui enjoint de quitter la classe et de se rendre chez le directeur.
Le soir même, il reçut un appel de la mère de cet élève. Elle lui expliqua que son fils avait fêté son anniversaire la veille, et qu’il reçut en cadeau une belle montre. Ainsi, l’enfant voulait simplement montrer à son Moré cette nouvelle montre qu’il était heureux d’avoir reçu. Il ne cherchait pas du tout à “se jouer” de son Moré en pointant sur son retard…
Ce récit illustre combien on doit être vigilent de toujours juger les gens favorablement. Même si parfois on pense être sûr que l’autre nous a offensé, nous devons malgré tout nous dire que peut-être qu’il en est tout autre. Beaucoup de querelles ne viennent que du fait que l’on juge l’autre un peu trop rapidement. En lui laissant toujours le bénéfice du doute, combien d’histoires pourraient être évitées !

Le coin étude

L’individu dans la communauté

Nos Sages enseignent que la Paracha de la semaine dernière, Bé’houkotay, tombe toujours avant Chavouot, pour que les malédictions de cette Paracha s’épuisent avant la fête. Seulement, entre Bé’houkotay et Chavouot, il y a la Paracha de Bamidbar. La raison de cela c’est qu’on ne veut pas complètement juxtaposer les malédictions à la fête. On fait donc une interruption par la Paracha de Bamidbar.
Mais pourquoi est-ce précisément la Paracha de Bamidbar qui est la plus apte à faire cet écran entre les malédictions de Bé’houkotay et Chavouot ? De plus, on peut se demander comment la Paracha de Bamidbar nous prépare-t-elle à célébrer le don de la Thora ?
Pour comprendre cela, nous devons nous poser une question concernant notre Paracha. Celle-ci commence par le décompte des Hébreux. Ce recensement se fait en deux temps. Tout d’abord, il y a le compte individuel où chaque personne par tribu fut comptée (Bamidbar 1, 20-43). Puis, intervient le décompte global où la Thora donne le nombre de tous ceux qui ont été dénombrés.
La deuxième partie de la Paracha consiste à placer chaque tribu sous des drapeaux autour du camp d’Israël. Là aussi tout d’abord chaque tribu, placée à une certaine position, est comptée. C’est la dimension individuelle. Puis la Thora englobe tout le peuple et donne le nombre de toute la communauté. On peut se demander pourquoi la Thora, qui est d’une précision et d’une exactitude absolue, a tenu à réaliser ces deux décomptes, l’un individuel, et l’autre collectif ?
En fait, le décompte individuel est nécessaire, car chaque Juif a son importance de par lui-même. Il a un rôle spécifique à jouer que personne d’autre ne pourra faire à part lui. Il a son originalité et des forces uniques. Mais, même après que chacun ait été compté selon cet aspect, pour mettre en valeur sa personnalité qui est unique, il est indispensable ensuite d’inclure chaque individu dans le groupe et l’ensemble du peuple Juif. Tout exceptionnel, unique et nécessaire puisse être la personnalité de chaque Juif, il est tout autant indispensable qu’il soit inclus dans l’ensemble du peuple. Mais pourquoi ?
En fait, chaque personne, à part ses qualités uniques, a aussi des défauts et des manques. Personne n’est parfait, comme le dit si bien le verset : « Il n’existe point d’homme sur terre qui fasse le bien sans jamais fauter ». Quand un homme est observé de façon individuelle, ses défauts apparaissent. Mais, quand il est intégré dans la collectivité, alors tous ses défauts sont neutralisés. On ne les voit plus. Si au titre personnel, l’individu a des défauts, au titre global, la collectivité d’Israël est parfaite. Comme le dit le verset : « Tu es toute entière belle, ma compagne, et tu n’as aucun défaut ». C’est à dire que quand tu es “toute entière”, c’est à dire que toute la communauté est rassemblée, alors “tu es belle, sans aucun défaut”. Tous les défauts de l’individu se dissolvent quand il fait partie de l’ensemble. Ainsi, les accusations qui peuvent exister quand on regarde chacun séparément n’ont plus de place dans la collectivité.
C’est pourquoi, après avoir dénombré chaque Juif pour faire apparaître sa spécificité, il est nécessaire de l’inclure ensuite dans le groupe. C’est alors que les accusations disparaissent. Après la Paracha de Bé’houkotay, qui décrit les malédictions, la Thora doit introduire Bamidbar, pour inclure chaque Juif dans la totalité, de sorte que par rapport à cette collectivité, toutes les malédictions et les accusations se taisent. On peut dire que Bamidbar permet de se protéger de Bé’houkotay, c’est le remède à ses malédictions.
Quand Balak cherche à obtenir les malédictions de Bil’am à l’encontre d’Israël, il l’amène à un certain endroit et lui dit que là « tu le verras en partie, mais pas en entier ». C’est le moyen que Balak a trouvé pour maudire Israël. Quand on le voit en partie. Là les défauts apparaissent. Mais, si on le voit en entier, on ne peut plus maudire. « Ton peuple est tout entier des Justes ». Quand le peuple est réuni, tout entier, il n’y a alors que des Justes. Les imperfections de chacun disparaissent.
A l’image de Bamidbar pour Bé’houkotay, la Paracha de Ki Tetsé aussi rapporte de dures malédictions. Mais là aussi, la Paracha qui la suit, Nitsavim, vient s’en prémunir. En effet, cette Paracha commence par les mots : « Vous êtes debout aujourd’hui vous tous ». Là encore, c’est le « vous tous », c’est l’union de toute la communauté, qui a la force de se protéger des malédictions et de s’en prémunir.
Dans la même direction, nos Sages disent que la prière de la communauté n’est jamais refusée. Si quand un individu prie tout seul, ses manquements personnels peuvent empêcher sa prière d’être acceptée, quand c’est la communauté qui prie, toutes les imperfections disparaissent. La prière collective ne peut donc jamais être rejetée. C’est une prière parfaite, sans qu’aucun défaut n’interfère.
Quand le peuple d’Israël sortit d’Egypte et avança dans le désert, la Thora ne pouvait pas encore leur être donnée. En effet, la Thora est parfaite. Elle ne peut donc être reçue que si le peuple relève de cette perfection. Et là alors, comme le verset le dit : « Les Juifs campa face à la montagne ». Le verbe “camper” est au singulier. Et Rachi d’expliquer que tous les Juifs étaient tous unis, comme un seul homme, avec un seul coeur. Quand l’union est apparue, le moment de leur donner la Thora était arrivé. Car alors, le peuple atteint la perfection. Plus aucun défaut ne pouvait être perçu. Dans cet état de perfection, la Thora si parfaite pouvait leur être transmise.
La notion de communauté crée une dimension nouvelle, qui n’existait pas auparavant quand chacun était à part. Cette nouvelle entité est parfaite, et c’est à elle que la Thora pouvait être donnée.
D’après cela, on peut comprendre pourquoi le décret de la mort des 24.000 élèves de Rabbi Akiva s’est réalisé pendant le Omer, entre Pessa’h et Chavouot, c’est à dire pendant la période de préparation au don de la Thora. C’est que la préparation la plus adaptée pour recevoir la Thora c’est de s’inclure dans la communauté, de constituer un seul homme avec un seul coeur (“les Juifs campa”, au singulier). C’est à cette entité entière, sans manquement, que la Thora peut être transmise. Et c’est exactement ce point là qui était fragile pour les élèves de Rabbi Akiva. Comme nos Sages le disent, ils sont morts parce qu’ils manquaient de respect l’un pour l’autre.
Il manquait l’union entre eux. C’est comme si chacun était pour soi. Or, cette faute prend toute sa gravité dans la période de préparation à Chavouot, puisque l’ultime préparation pour recevoir la Thora c’est de former une seule communauté et de vivre dans l’union. C’est sur ce point qu’ils étaient manquants. C’est donc dans cette période, où le travail pour atteindre l’unité en vue de recevoir la Thora est le plus d’actualité, qu’ils sont morts. Et même s’ils étaient très érudits en Thora et que leur mort provoqua la perte de toute cette Thora, malgré tout, leur Sagesse n’était pas valable. Car seule une Thora dans l’unité a toute sa valeur. Et comme il manquait l’union dans leur Thora, elle ne fut pas agréée. Hachem ne souhaitait donc pas qu’une telle Thora se diffuse. (Basé sur le Véhigadeta)

Le coin ‘Hizouk

Quand une personne énerve son prochain, si ensuite elle regrette et qu’elle implore son pardon, en général même si celui qui a été offensé lui pardonne, il ne reviendra pas à l’aimer autant qu’avant. Il restera une certaine trace dans son coeur. Mais Hachem, si un homme faute envers Lui et qu’il se repente par la suite, Hachem aura pour lui encore plus d’estime et d’amour qu’avant. (Tomer Dévora)


Chabbat Chalom et ‘Hag Saméa’h !!!

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

%d blogueurs aiment cette page :