Chabbat ‘Houkat

Partager :

Paracha ‘Houkat / פרשה חקת

22/23 juin 2018 – 10 Tamouz 5778 / י’ תמוז ה-תשע’ח

Début : 21h40 – Fin : 23h05

chabbath-pain-et-bougies-1810

Nous souhaitons un grand Mazal-Tov au Grand Rabbin Alain Goldmann qui fête ce Chabbat ses 60 ans de Rabbinat.

Les Horaires :

Vendredi soir :
19h15 : Min’ha suivi de Chir haChirim, Kabbalat Chabbat et Arvit
20h20 : Allumage des bougies et entrée de Chabbat (heure maximum pour l’allumage : 21h40)
D’var Thora par le Rav Mikaël MOUYAL

Samedi matin :
09h10 : Cha’harit
D’var Thora par le Rav Mikaël MOUYAL
L’office sera suivi d’un kiddouch communautaire

Samedi après-midi :
19h30 : Cours mixte sur la Paracha par le Rav Mikaël MOUYAL
20h30 : Pirké Avoth et cours pour les enfants (et les parents)

21h00 : Téhilim – Lecture collective des Téhilim – Alpha/Beta
21h15 : Min’ha
Suivi de la séouda chélichit offerte conjointement par Marlène et Pascal CHOUKROUNE, Léilouï Nichmat Rivka bat Bentkia ZERBIB (ז״ל), et par Alexandra et Xavier COHEN, Léilouï Nichmat Aharon ben Nissim ha-Cohen (ז״ל)
D’var Thora par le Rav Mikaël MOUYAL
21h58 : Shquiya / שקעת החמה

Samedi soir :
23h05 : Fin de Chabbat, Arvit et Havdala

Dimanche matin :
08h00 : Cha’harit

Chabbat Chalom !!!


Birkat ha-Lévana :

La Birkat ha-Lévana (prière pour le renouvellement de la lune) pourra être récitée entre le mercredi 20 juin au soir et le mercredi 27 juin 2018 au soir, lorsque la lune est visible.


Jeûne de 17 Tamouz :

Cette année, le jeûne de 17 Tamouz est repoussé au dimanche 1er juillet. il commencera à 3h09 et se terminera à 22h50.


Beth Hamidrach :

Le Rabbin Didier Kassabi donne un cours de Guemara pour jeunes adultes chaque lundi soir à 20h15 à la Synagogue de Boulogne Billancourt, 43 rue des abondances.


Talmud Thorah :

Les cours ont lieu chaque dimanche (hors période de vacances scolaires) dans l’enceinte de la Synagogue (43 rue des abondances).
L’avenir de nos enfants passent par une éducation juive de qualité que nous devons leur offrir.

Aucun enfant ne doit rester en marge de cette transmission des valeurs de la Torah.

Continuez à inscrire vos enfants. Nous vous attendons nombreux pour les inscriptions auprès du Rabbin Didier Kassabi.


« Les AMIS de la REFOUA » – Visite aux malades :

Des bénévoles de Boulogne proposent aux personnes qui le demandent : l’organisation d’une chaine de lecture de Téhilims pour la guérison de nos malades, de prendre de leurs nouvelles et leur rendre visite dans les hôpitaux.
Ces actions se font dans la plus grande discrétion et s’inscrivent dans le cadre du bénévolat.
Vous pourrez joindre – les AMIS de la REFOUA – au 06.03.75.34.15, ou par courriel à : israelalbert1@gmail.com
Vous pouvez aussi faire partie de ces bénévoles, nous vous remercions par avance.


Sécurité SPCJ :

La sécurité est l’affaire de tous ! Le SPCJ a besoin de chacun d’entre nous !
La protection de la vie communautaire est plus que jamais l’affaire de tous ! Vous en êtes les premiers acteurs ! Votre mobilisation est essentielle et nécessaire !
Si vous souhaitez nous aider à assurer la protection de l’office, rapprochez-vous de nous !
Plus nous serons nombreux à nous mobiliser et assurer des relais de garde, plus nous passerons du temps à prier !


Information ACJBB Boulogne Sud :

Retrouvez toutes les informations de l’office sur : www.acjbb-sud.org.
Si vous souhaitez recevoir par mail la newsletter de l’office, inscrivez-vous en nous envoyant un mail à officeboulognesud@gmail.com.
Retrouvez également toutes les informations sur la page Facebook de l’office : facebook.com/acjbbsud et sur Twitter : twitter.com/acjbbsud.


Assemblée générale de la Communauté juive de Boulogne :

L’assemblée générale de la Communauté juive de Boulogne aura lieu jeudi 5 juillet à 20h dans l’Espace communautaire Alfred Zemmour de la Synagogue de Boulogne – 43 rue des Abondances , 92100 Boulogne.
(métro Pont de Saint Cloud)

Ordre du jour :

  • Introduction par le Rabbin Didier Kassabi et le Président Robert Ejnes
  • Rapport moral 2017, par Séverine Sebagh, secrétaire générale
  • Rapport financier 2017 (ACJBB et ACIP Boulogne) par Philippe Samama, trésorier
  • Rapport des commissaires aux comptes ACJBB, par M. Franck Rubinsztejn, Commissaire aux comptes
  • Budget 2018, par Philippe Samama, trésorier
  • Présentation de la Construction du Centre culturel de Boulogne, par Pascal Hofstein, Architecte
  • Questions et réponses
  • Rapport du Président et conclusion, par Robert Ejnes

Cette invitation par voie électronique vaut convocation, conformément aux statuts de l’association.

Vous pouvez vous inscrire et poser vos questions par avance en utilisant ce formulaire.


Réservation des espaces communautaires :

Vous souhaitez organiser une manifestation (Brith-Mila, Bar-Mitsvah et Bat-Mitsvah, Mariage, Azkara, Soirée Mikvé Kala, etc… ) dans les espaces de la Synagogue de Boulogne, 43 rue des Abondances, contactez M. Alain Chicheportiche 06.95.62.58.41 – alainchicheportiche92@gmail.com

Vous souhaitez réserver la salle de Boulogne Sud, 134 bis rue du point du jour Boulogne Billancourt, contactez M. Patrick Sebban 06.03.02.30.78 – patrick.sebban2@paris.fr


Mikvé :

Mikvé pour les femmes
Le Mikvé est ouvert tous les soirs, du dimanche au jeudi 10 minutes avant l’heure de la fin du Chabbat précédent, pendant 1h30.
Le samedi soir, le Mikvé ouvre 1h après la fin de Chabbat, pendant 1h30.
Pour les vendredis soirs et soirs de fête, prendre rendez-vous avec Mme Kassabi, au moins 2 jours avant au 06 22 76 15 04.

Mikvé vaisselle
Le Mikvé Kélim est ouvert tous les matins du dimanche au vendredi depuis l’heure de la Téfila jusqu’à midi.


Faire un don :

Pour faire vivre et participer activement à cet office, faites un don par internet ou envoyez vos chèques au 134 bis rue du Point du Jour. Toutes les participations sont bienvenues, les petits ruisseaux faisant de grandes rivières, nous parviendrons, tous ensemble, à faire vivre l’Office de Boulogne Sud.

Tizkou Lé-Mitsvot !!


Dons pour le Centre Culturel de Boulogne Billancourt :

Le nouveau centre culturel sera situé à l’angle des rues Marcel Dassault et d’Anjou. Le permis de construire, déposé en mars à la mairie a été purgé. Les travaux devraient commencer prochainement. Il comprendra notamment :

  • Une Synagogue
  • Le Centre Communautaire (CCIBB)
  • Une salle polyvalente
  • et une salle des fêtes

Vous pouvez consulter la plaquette de présentation du Centre Culturel de Boulogne

Etat du dossier

Nous avons reçu 5 offres qui sont en cours d’analyse et de mise en forme chez l’architecte. Nous avons auditionné les 5 candidats. La première phase de l’appel d’offre est donc terminée.

Nous avons demandé aux candidats de fournir leur offre révisée pour la fin avril. Nous allons maintenant sélectionner les 2 finalistes qui seront reçus pour une deuxième audition qui permettra le choix définitif du constructeur et la signature du contrat.

Le prêt a été signé avec la banque qui attend cependant toujours que la mairie de Boulogne lui transmette le texte de la garantie.

Nous continuerons de vous aviser ici de l’état d’avancement d’opération.

Devenez acteur du devenir de la vie juive à Boulogne en faisant un don pour la construction du Centre Culturel de Boulogne. Vous pouvez décider de diriger votre don vers la synagogue ou vers le CCIBB, en nous l’indiquant par message.

Si vous avez des question, envoyez-nous un message !

Je participe à la collecte pour la construction


Fête annuelle du CCIBB :

Afin de finir l’année en beauté, le CCIBB est heureux de vous convier à sa grande fête annuelle 2018 qui aura lieu le :

Ce dimanche 24 juin 2018 à partir de 12h00
au gymnase Denfert Rochereau,
42 rue Denfert Rochereau
9210 Boulogne-Billancourt

Au programme :

  • Tournoi de football
  • Tournoi de ping-pong
  • Animation musicale

Un grand barbecue et un coin buvette sera sur place afin de se restaurer et de passer un bon moment !

Dans le but d’organiser au mieux les tournois de ping-pong et football, contacter Michel CABALO au 06.64.08.99.13


CCIBB Centre de Loisirs – Été 2018 :

Les directeurs du Centre de loisirs Anne Marie Amsallem et Jonathan Cahen, ainsi que la fantastique équipe d’animation accueilleront pour les prochaines vacances du 9 au 27 juillet 2018 vos enfants de 5 à 12 ans dans une ambiance juive exceptionnelle !!!

Informations et réservations auprès de Jonathan 06.21.07.17.09 ou sur ccibb.net.


Oulpan : Stage intensif d’hébreu :

Vous voulez apprendre ou améliorer votre pratique de l’hébreu ?
Pour votre prochain voyage en Israël, pour parler avec votre famille, vos amis…
Le C.C.I.B.B en partenariat avec l’Association Millangues organise un stage intensif centré sur la conversation.
L’oulpan se déroule sur quatre semaines en juillet, deux fois deux heures par semaine pour un total de 16 heures de cours.

plus d’informations : ici !


Mahané d’été 2018 avec le Bné Akiva :

Envoyez vos enfants en colonie de vacances cet été avec le Bné Akiva de France. Plusieurs formules sont proposées en fonction de l’age de vos enfants :

Informations et réservations : 01.42.40.13.44 – 06.98.55.77.91 ou bneakivafrance@gmail.com.


Dvar Thorah et enseignements :

par le Rav Mikaël Mouyal

Léïlouy Nichmat Avraham Ben Mikhaël, ‘Haï Victor Ben Yakouta, Jaqueline Bat Esther et Paula Yakouta Bat Rosette

Le coin ‘Hidouchim

« Ils prendront vers toi une vache rousse » (19, 2) :

Rachi explique que la vache rousse venait expier la faute du veau d’or. A l’image d’un fils de servante qui salirait le palais du roi, il reviendrait alors à la mère de nettoyer. De même, c’est la vache qui doit venir nettoyer la faute de son petit, le veau. On voit que le peuple Juif qui a fauté est comparé à un fils de servante. Pourquoi une telle comparaison ?
En fait, le roi ne peut pas punir la servante pour la faute de son fils pour deux raisons. La première est que l’enfant n’est pas conscient de la gravité de son acte. De même, peu importe sa faute, un Juif n’est pas conscient de la gravité de son péché. Au fond, il ne désire pas fauter. Mais, la deuxième raison est que finalement, le roi a besoin de la servante pour faire “marcher” le palais. De même, Hachem a aussi besoin du peuple Juif pour faire “marcher” le monde. Car c’est par les Mitsvot que les Juifs accomplissent, qu’Hachem fait exister le monde. Pour ces deux raisons, Hachem reste clément avec un Juif qui faute, à l’image du roi qui ne se montre pas sévère concernant les dégâts causés par le fils de la servante. (Ohel Thora)

« Tu abreuveras l’assemblée et leurs animaux » (20, 8) :

Nos Sages disent que l’on doit donner à manger d’abord à ses animaux avant soi-même, comme il est dit : « Je donnerai de l’herbe dans ton champ pour ton animal, et tu mangeras… », d’abord “à ton animal” et après “tu mangeras”. En revanche, en ce qui concerne le fait de boire, d’abord l’homme boira, et ensuite il donnera à boire à ses animaux. Comme il est dit : « Tu abreuveras l’assemblée », c’est à dire d’abord les hommes, « et leurs animaux », ensuite on donnera à boire aux animaux. (Sefer ‘Hassidim)

« Ne traverse pas de peur que je sorte vers toi avec l’épée » (20, 18) :

Edom a menacé le peuple Juif de sortir vers lui avec l’épée. Rachi explique que puisque Israël se vante de son héritage qui est la prière, Edom (qui est Essav) aussi se vante de son héritage, qui est l’épée. Seulement, nos Sages enseignent que quand la voix de Yaacov s’éveille par l’étude et les prières, alors les mains de Essav et son agressivité sont neutralisées. Ainsi, puisque ici Israël s’est renforcé dans la prière, Comment Edom peut-il donc sortir avec son épée ?!
En fait, Rachi précise que Israël “se vante de son héritage qui est la prière”. Même si la prière est la force des Juifs contre leurs ennemis, dès lors qu’ils s’en vantent et en tire de l’orgueil, ils en perdent le bénéfice. Car l’orgueil est détestée par Hachem. Et une Mitsva pour laquelle en s’en enorgueillit, cette Mitsva perd de sa force et de son impact. (Yifra’h Béyamav Tsadik)

« Notre âme est excédée de ce pain léger » (21, 5) :

Comment comprendre ces paroles négatives dites par les Hébreux sur la Manne ? Surtout qu’ils se sont exprimés ainsi après 40 ans !
En fait, la Manne était une nourriture hautement spirituelle. Elle convenait parfaitement à des personnes très élevées comme la génération de la sortie d’Egypte, qui ont reçu la Thora, et étaient tous des prophètes. Mais à présent, nous sommes face à la nouvelle génération, moins élevée, qui est destinée à entrer en Terre Sainte et se confronter avec la matérialité et la nature. Cette génération ne se sentait pas au niveau de consommer cette Manne. C’est pourquoi, ils la critiquèrent. Mais malgré tout, Hachem leur donna à eux aussi cette Manne ! Car, s’ils avaient su accepter leur situation avec joie, sans se plaindre, alors la difficulté aurait été dépassée.
Parfois, face à une épreuve, l’homme se plaint, pensant ne pas pouvoir la surmonter. Mais, c’est en acceptant malgré tout la Décision Divine avec joie, que la dureté s’adoucit, et alors on trouve en soi les forces de la surmonter. (‘Hidouché Harim)

Le coin Halakha (lois de Chabbat)

Il est interdit de construire une tente provisoire pendant Chabbat, même sans parois. Ainsi, on ne pourra pas étendre un drap ou un paillasson sur 4 poteaux, et même pour un temps court. De même, il sera interdit d’enlever cette “tente”.
Si la tente, c’est à dire par exemple le drap que l’on souhaite étendre, est déjà déroulée d’au moins un Tefa’h (environ 8 cm) depuis avant Chabbat, alors on pourra continuer et la dérouler complètement Chabbat. Ainsi, par exemple, concernant l’auvent d’une poussette qui protège l’enfant du soleil ou de la pluie, on devra laisser ouvert au moins 1 Tefa’h de l’auvent avant Chabbat. Par cela, on pourra ensuite l’ouvrir complètement pendant Chabbat. D’après certains, si la tente, à savoir ici l’auvent, est fixée sur la poussette, alors on pourra l’ouvrir complètement pendant Chabbat, à l’image d’une porte que l’on peut ouvrir ou fermer sans restriction.
Malgré tout, du fait d’une discussion à ce sujet, il est néanmoins préférable de laisser l’auvent ouvert d’un Tefa’h avant Chabbat.

Le coin histoire

Une fois, Rabbi Evli Posbouler rencontra un villageois qui faisait avancer sa charrue qui était attelée avec un cheval et une vache, chose interdite par la Thora. Rabbi Evli tenta de lui expliquer la gravité de cet acte, mais l’homme n’y prêta aucune attention. Alors, le Rav essaya de lui montrer les sanctions Divines que cela pourra entraîner. Mais comme l’homme resta imperméable, alors le Rav lui dit d’un ton très grave : « Sais-tu qui te parle ? Je suis le grand Rav de Vilna et l’un des Rabbanim les plus importants du monde. Je suis connu dans tous les pays. Quand je vais rentrer à Vilna, je vais décréter une excommunication contre toi.
Le villageois fut troublé en réalisant qu’il avait affaire à un si grand Rav, et craignait de désobéir du fait de ce qui allait lui arriver. Il se dépêcha donc d’aller détacher la vache de la charrue.
Ce récit présente un Rav qui fit preuve d’autorité et même d’orgueil devant cet homme, se montrant comme un Rav très important…
Tout trait de caractère peut être utilisé en bien. Et même l’orgueil peut et doit être utilisé dans le Service d’Hachem, pour imposer un certain respect et autorité dans le but de sauver des Juifs de la faute. Certains cas imposent en effet de mettre de côté l’humilité.

Le coin étude

La confiance dans la Mitsva

La Paracha de la semaine parle de la faute de Mé Mériva. Le peuple d’Israël a soif. Hachem recommande à Moché de parler à un rocher après quoi il sortira de l’eau. Moché frappe le rocher au lieu de lui parler. Certes l’eau sort, mais Hachem punit Moché pour ne pas avoir respecté l’ordre de parler. Hachem lui dit : « Parce que vous (Moché et Aharon) n’avez pas eu confiance en Moi pour Me sanctifier aux yeux des enfants d’Israël, c’est pourquoi vous ne ferez pas entrer cette assemblée dans la terre que Je leur donne ». On reproche à Moché un manque de confiance en Hachem.
Cela est étonnant. A priori Moché a certes désobéi et n’a pas respecté l’ordre de parler, mais où y a-t-il eu un manque de confiance ?
De plus, quel est le lien entre la confiance et la sanctification du Nom Divin ?
Et plus généralement, quelle était exactement la faute ? Et surtout, pourquoi Moché n’a-t-il pas parlé au rocher et l’a-t-il frappé ?
Pour expliquer tout cela, rapportons un Midrash qui dit qu’Hachem a spécifié un certain rocher devant lequel il devait parler. Ce devait être ce rocher et non un autre. De plus, toute la raison pour laquelle Hachem réalise des miracles, c’est pour que l’on reconnaisse Sa Grandeur et Sa Toute-Puissance de sorte que Son Nom soit sanctifié. Le Midrash ajoute que les Juifs ont commencé à dire : « Moché connaît le secret de ce rocher-là. S’il souhaite nous montrer un vrai miracle, qu’il sorte de l’eau de cet autre rocher ! »
Moché se trouva alors dans un véritable dilemme. S’il suit le peuple et qu’il parle à un autre rocher qui sortira de l’eau, certes cela conviendrait au peuple et le miracle sera accepté par tous. Le Nom Divin pourra donc être sanctifié. Seulement, d’un autre côté, par cela il contreviendrait à la Parole Divine Qui lui a spécifié un certain rocher explicitement. Et s’il parle au rocher désigné par Hachem, il respecterait ainsi l’ordre reçu, mais il en ressortirait une certaine profanation du Grand Nom, car le miracle ne sera pas accepté. Moché se trouvait donc dans un doute énorme. Il ne savait pas vraiment quoi faire, quel chemin choisir. Il voulait bien-sûr obéir à l’Ordre d’Hachem. Mais il craignait que la glorification du Nom Divin, qui est l’objectif de tout miracle, ne soit pas obtenu. Le peuple risquait de dire qu’il n’y a là aucun miracle et que Moché connaissait simplement le secret de ce rocher.
Ainsi, Moché cherchait éperdument à trouver une solution pour que le Nom d’Hachem soit malgré tout sanctifié.
Et finalement, la volonté de Moché de révéler le miracle et de grandir le Nom du Créateur prit le dessus. Il se mit à parler au rocher désigné par le peuple, estimant qu’en s’écartant légèrement de l’ordre d’Hachem, cela révélerait encore plus Sa Grandeur, en faisant taire les fausses rumeurs du peuple. De ce fait, Moché s’approcha du rocher choisi par le peuple et commença par lui parler. Mais alors, l’eau ne sortit pas, car finalement ce n’était pas le bon rocher. Voyant que sa parole n’aboutissait pas, il en vint à frapper le rocher à deux reprises et finalement, malgré tout, l’eau finit par sortir.
Mais d’après tout cela, Moché avait de pures intentions. Il ne souhaitait que sanctifier le Nom Divin. Ce qu’il craignait le plus, c’est que le peuple ne reconnaisse pas le miracle. De ce fait, pourquoi fut-il puni ? Où était l’erreur ? Fallait-il qu’il s’adresse au “bon” rocher au prix de sacrifier la valeur du miracle et ses conséquences ?
La solution à ce problème se trouve dans un Midrash qui dit que quand l’eau sortit du rocher que Moché a frappé, alors tous les rochers du désert se fendirent et sortirent de l’eau. Il est même rapporté que les petites pierres aussi donnèrent de l’eau !
Il ressort de cela que malgré toute sa bonne volonté, le calcul de Moché était erroné. Car même si Moché avait suivi scrupuleusement l’ordre Divin et qu’il avait parlé au “bon” rocher, alors là aussi le Nom Divin aurait été sanctifié comme il le fallait. Car tout le peuple aurait constaté que tous les rochers sortirent de l’eau, et parmi eux, le rocher qu’ils souhaitaient aussi en aurait fait parti. Dès lors, même en suivant l’ordre reçu, le Nom Divin aurait été sanctifié, et le calcul de Moché contenait donc une erreur. Car, en “désobéissant”, même s’il cherchait à bien faire, malgré tout cela a entraîné encore moins de Gloire pour Hachem, puisque le miracle a été finalement diminué dans le sens où Moché fut contraint de frapper le rocher, et ce à deux reprises. Alors que s’il avait suivi l’ordre, l’eau serait sorti par sa simple parole, et même de tous les rochers du désert !
Mais on peut néanmoins s’interroger. Moché voulait bien faire, et comment pouvait-il à l’avance savoir que tous les rochers allaient sortir de l’eau et que le miracle finirait par être reconnu. Au stade où Moché se trouvait, dans le présent, Moché ne pouvait pas savoir ce qui allait se passer, comment comprendre qu’il fut puni pour ne pas avoir considéré un élément du futur qu’il ignorait à l’avance ?!
C’est précisément pour cette raison que dans la réprimande qu’Hachem lui fit, Il lui reprocha le manque de confiance, et pas d’avoir désobéi ! Car puisqu’il reçut un Ordre explicite d’Hachem, il aurait dû croire et avoir confiance, que d’une Mitsva et du respect d’un Commandement Divin, rien de mal ne peut sortir. Et même au contraire, il ne peut en sortir qu’une sanctification du Nom Divin. Et puisque Moché ne désirait que sanctifier le Saint Nom, il aurait dû reconnaître qu’aucune profanation ne pourrait sortir du respect d’une Mitsva, D.ieu Préserve. Cela est absolument impossible ! C’est plutôt en déviant de l’ordre reçu, même avec de bonnes intentions, que l’on diminue Sa Gloire. C’est cela la confiance qui lui manquait. Il devait avoir confiance que, même si la logique prouvait le contraire, malgré tout la réalité est qu’en respectant l’ordre d’Hachem il y aura forcément une sanctification du Nom.
C’est pourquoi, Hachem lui dit : « Vous n’avez pas eu confiance en Moi pour Me sanctifier ». C’est à dire que même si toute son intention n’était que de “Me sanctifier”, l’erreur était de ne pas avoir assez “eu confiance” que d’un Ordre d’Hachem sortira forcément une sanctification du Nom Divin. Et même si toutes les considérations logiques allaient dans le sens contraire, prônant que c’est en s’écartant un peu de l’ordre que l’on glorifiera encore plus le Nom d’Hachem, malgré tout la confiance commence là où la logique s’arrête. Et Moché aurait dû s’armer de cette confiance simple que rien de mal ne peut sortir d’une Mitsva. Bien plus, l’essentiel de la sanctification du Nom d’Hachem ne peut venir que de par l’accomplissement des Mitsvot, et de rien d’autre.
Il en ressort que l’homme ne doit pas s’écarter des moindres détails dans la pratique des Mitsvot, et ce, peu importe le calcul que l’on peut avoir. Car c’est le seul chemin pour réussir. Mais pour y arriver, il faut renforcer sa foi et sa confiance dans ce grand principe qu’aucun mal ne peut venir de l’accomplissement des Mitsvot. (Basé sur le Madrégat Haadam)

Le coin ‘Hizouk

La joie que l’on met dans l’accomplissement d’une Mitsva est en soi déjà une Mitsva. Et de même que la Mitsva en elle-même permet de servir Hachem, la joie aussi est en soi un service d’Hachem, comme il est dit: “Servez Hachem avec joie”, car la joie c’est l’aboutissement du Service d’Hachem. Sans cette joie, tout le service d’Hachem est manquant. Ce n’est donc pas juste un simple plus. (Rabbénou Be’hayé)


Chabbat Chalom !!!

Lien Permanent pour cet article : https://acjbb-sud.org/index.php/2018/06/21/chabbat-houkat-5778/

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

%d blogueurs aiment cette page :