Chabbat Balak

Partager :

Paracha Balak / פרשה בלק

19/20 juillet 2019 – 17 Tamouz 5779 / י’ז תמוז ה-תשע’ט

Début : 21h28 – Fin : 22h46

Les Horaires :

Vendredi soir :
20h15 : Allumage des bougies et entrée de Chabbat (heure maximum pour l’allumage : 21h28)
19h00 : Chir haChirim
19h15 : Min’ha, suivi de Kabbalat Chabbat et Arvit
Dvar Torah par le Rav Mickael MOUYAL

Samedi matin :
09h00 : Cha’harit
Dvar Torah par le Rav Mickael MOUYAL
L’office sera suivi d’un kiddouch offert par Raquel et Benjamin BATTINO pour leur mariage. Nous adressons un grand Mazal Tov aux parents, nos amis Stéphanie & Alain SABBAH et Corinne & Jean BATTINO, aux grands-parents, aux frères et sœurs ainsi qu’à toute la famille.

Samedi après-midi :
19h15 : Etude du Alé Chour du Rav Wolbe et cours mixte sur la Paracha par le Rabbin Mickael MOUYAL
20h30 : Téhilim – Lecture collective des Téhilim – Alpha/Beta
20h40 : Min’ha
Suivi de la Séouda Chélichit, des chants de Chabbat et du D’var Torah par le Rav Mickael MOUYAL
La Séouda Chélichit est offerte par les jeunes mariés Raquel et Benjamin BATTINO suivi des Chéva Bérakhot.
21h45 : Shquiya / שקעת החמה

Samedi soir :
22h46 : Fin de Chabbat, Arvit et Havdala

Dimanche (jeûne du 17 Tamouz, Début:3h52 Fin:22h32) :
08h00 : Cha’harit
19h45 : Min’ha suivi de Arvit

Mercredi 24 Juillet :
20h00 : Minha suivi de Arvit
Offices à l’occasion de la Hazkara de Raoul Eliyahou AÏDAN bar Messaouda (ז״ל) Le mari de notre amie Gisèle AÏDAN et papa de nos amis Albert, Aline & Isabelle AÏDAN.
Les offices seront suivis d’une séoudate mitzva.

Chabbat Chalom !


Carnet de familles :

Décès
ברוך דיין האמת
C’est avec avec beaucoup de peine que nous avons appris le décès ce lundi de Nedjma bat Hanna (ז״ל), la maman de notre ami Michaël Lelouche.
Nous renouvelons nos plus sincères condoléances et l’expression de notre parfaite amitié à Michaël et à toute sa famille.


Jeûne du 17 Tamouz :

Cette année, le jeûne du 17 Tamouz est repoussé à ce dimanche 21 juillet 2019. il commencera à 3h52 et se terminera à 22h32.


Ben haMétsarim – Les 3 semaines du 17 Tamouz au 9 Av :

Nos Sages ont institué de s’endeuiller chaque année depuis le 17 Tamouz jusqu’au 9 Av (du dimanche 21 juillet 2019 au dimanche 11 août 2019). Nous commémorons la perte du Beth-Hamikdach. C’est un 17 Tamouz que les romains enfoncèrent la muraille d’enceinte de la ville avant que, le 9 Av, le Temple ne fut détruit.

L’équipe Torah-Box vous offre une fiche-pratique récapitulant les principales interdictions et permissions pendant ces 3 semaines, afin de respecter cette période de deuil dont l’intensité augmente graduellement chaque semaine. Cette année, le jeûne du 9 Av étant repoussé au dimanche 11 août, les règles et restrictions concernant « la semaine où tombe Ticha béAv » ne s’appliquent pas.


Offices et cours de la semaine à la Synagogue :

43 rue des abondances

Cha’harit – 1er office :
6h55 : Lundi et jeudi
7h00 : Mardi, mercredi et vendredi
8h00 : Dimanche et jours fériés

Cha’harit – 2ème Office :
7h45 : dans la Soucah/Pergola
suivi d’une étude par le Rabbin Didier Kassabi du lundi au jeudi, et par le Rav Avner Ibgui le vendredi

Min’ha suivi de Arvit :
19h45 : du dimanche au jeudi

Retrouvez les horaires de la synagogue ici.


Beth Hamidrach :

Le Rabbin Didier Kassabi donne un cours de Guémara chaque lundi soir à 20h00 à la Synagogue de Boulogne Billancourt, 43 rue des abondances. Les cours reprendront en septembre !

Retrouvez tous les cours du Rabbin Kassabi sur cette page !!


Talmud Thorah :

Les cours ont lieu chaque dimanche (hors période de vacances scolaires) dans l’enceinte de la Synagogue (43 rue des abondances).
L’avenir de nos enfants passent par une éducation juive de qualité que nous devons leur offrir.

Aucun enfant ne doit rester en marge de cette transmission des valeurs de la Torah.

Continuez à inscrire vos enfants. Nous vous attendons nombreux pour les inscriptions auprès du Rabbin Didier Kassabi.


Participons à la collecte des fondations du Centre Culturel Juif de Boulogne Billancourt :

La construction du Centre Culturel Juif de Boulogne a été lancée le 23 juin 2019. En plus de la campagne de collecte, nous avons décidé d’entreprendre une collecte « des Fondations du Centre Culturel« . A l’image de la construction du Michkan, où Moché a demandé à tous les Bnei Israel de verser un demi-shekel pour financer les socles qui soutiennent les poutres du Michkan, nous invitons tous les boulonnais, hommes, femmes et enfants, à contribuer aux fondations du Centre Culturel.

La liste de tous les contributeurs sera affichée pour que chacun puisse dire qu’il a fait partie des fondateurs.

Le montant est unique pour que dans cette phase, chacun puisse avoir une part égale à son voisin, quels que soient ses moyens et sa générosité, chacun à part égale.

Nous invitons donc tous les fidèles de notre communauté à participer et surtout à inviter tous nos coreligionnaires, familles, amis, voisins à participer aussi au projet.

Ainsi nous aurons collectivement le mérite de répondre à l’injonction divine de la Paracha Térouma :
« וְעָשׂוּ לִי, מִקְדָּשׁ; וְשָׁכַנְתִּי, בְּתוֹכָם. » – « Et ils me construiront un sanctuaire, pour que je réside au milieu d’eux » Amen !

Robert Ejnes
Président

Mobilisons-nous :
Je participe à la collecte des fondations du Centre Culturel Juif !


Commémoration de la Rafle du Vél’ d’Hiv ce dimanche 21 juillet 2019 :

Chers amis,
nous avons l’honneur et le plaisir de vous convier à la cérémonie départementale organisée par le Préfet des Hauts-de-Seine, M. Pierre SOUBELET, le Président du CCJ 92, Me Elie KORCHIA et le Président du Conseil du Département, M. Patrick DEVEDJIAN, en présence du Président du Consistoire Central M. Joël MERGUI, à l’occasion de la Commémoration de la Rafle du Vél’ d’Hiv et d’hommage aux Justes de France.

La cérémonie se déroulera avec la participation de Madame Yvette LEVY, rescapée du camp d’extermination d’Auschwitz-Birkenau et Résistante, et du Grand Rabbin de France, M. Haïm KORSIA, le dimanche 21 juillet 2019 à 15h00 précises (arrivée à prévoir pour 14h30 au Parc de Sceaux). Le CCJ 92 étant chargé de l’organisation de cet événement, en ce qui concerne le déroulé de la cérémonie et les différents intervenants qui y participeront, nous comptons sur vous pour relayer le plus largement possible cette information ainsi que l’affiche réalisée pour l’occasion. Nous devons en effet être nombreux à la commémoration de ce tragique et dramatique événement qui aura marqué à jamais l’histoire de notre pays et celle des Juifs de France.
Par ailleurs, comme nous le faisons chaque année, nous tenons à renforcer la participation de nos jeunes et nous demandons aux responsables de centres aérés de nous contacter le plus rapidement possible afin de cadrer au mieux le déroulement de la cérémonie et la participation de nos enfants, garants de la transmission de notre Mémoire.Enfin, nous vous remercions de bien vouloir nous faire savoir si vous avez la possibilité d’affréter un car, afin que nous puissions vous recevoir dans les meilleures conditions.
Dans l’attente de vous retrouver le 21 juillet prochain au Parc de Sceaux (entrée avenue Sully Prud’homme sur la commune d’Antony ; voir plan joint).

Pour le Bureau du CCJ 92,

Paul Silvéra – Secrétaire Général


Participez à l’écriture d’un Sefer Torah à la mémoire d’Elie Botbol :

La Communauté juive de Boulogne-Billancourt, s’associe au projet de la famille d’Elie (ז״ל) et vous propose de participer à l’écriture du Sefer Tora qui sera écrit à la mémoire et pour l’élévation de l’âme de notre cher ami Eliahou ben Aaron ve Ra’hel BOTBOL (ז״ל)

Le Sefer Tora sera inauguré sDv pour à l’issue de la première année de deuil.
Chaque lettre est à acquérir pour un montant de 52€, et donne droit à un reçu Cerfa.
Vous pouvez acquérir une ou plusieurs lettres, un Passouk ou une Paracha dans ce Sefer Tora.

Tizkou leMitsvoth !

Je participe au Sefer Tora à la mémoire d’Elie Botbol (ז״ל)


« Les AMIS de la REFOUA » – Visite aux malades :

Des bénévoles de Boulogne proposent aux personnes qui le demandent : l’organisation d’une chaine de lecture de Téhilims pour la guérison de nos malades, de prendre de leurs nouvelles et leur rendre visite dans les hôpitaux.
Ces actions se font dans la plus grande discrétion et s’inscrivent dans le cadre du bénévolat.
Vous pourrez joindre – les AMIS de la REFOUA – au 06.03.75.34.15, ou par courriel à : israelalbert1@gmail.com
Vous pouvez aussi faire partie de ces bénévoles, nous vous remercions par avance.


Information ACJBB Boulogne Sud :

Retrouvez toutes les informations de l’office sur : www.acjbb-sud.org.
Si vous souhaitez recevoir par mail la newsletter de l’office, inscrivez-vous en nous envoyant un mail à officeboulognesud@gmail.com.
Retrouvez également toutes les informations sur la page Facebook de l’office : facebook.com/acjbbsud et sur Twitter : twitter.com/acjbbsud.


Sécurité SPCJ :

La sécurité est l’affaire de tous ! Le SPCJ a besoin de chacun d’entre nous !
La protection de la vie communautaire est plus que jamais l’affaire de tous ! Vous en êtes les premiers acteurs ! Votre mobilisation est essentielle et nécessaire !
Si vous souhaitez nous aider à assurer la protection de l’office, rapprochez-vous de nous !
Plus nous serons nombreux à nous mobiliser et assurer des relais de garde, plus nous passerons du temps à prier !


Réservation des espaces communautaires :

Vous souhaitez organiser une manifestation (Brith-Mila, Bar-Mitsvah et Bat-Mitsvah, Mariage, Azkara, Soirée Mikvé Kala, etc… ) dans les espaces de la Synagogue de Boulogne, 43 rue des Abondances, contactez M. Alain Chicheportiche 06.95.62.58.41 – alainchicheportiche92@gmail.com

Vous souhaitez réserver la salle de Boulogne Sud, 134 bis rue du point du jour Boulogne Billancourt, contactez M. Patrick Sebban 06.03.02.30.78 – patrick.sebban2@paris.fr


Mikvé :

Mikvé pour les femmes
Le Mikvé est ouvert tous les soirs, du dimanche au jeudi 10 minutes avant l’heure de la fin du Chabbat précédent, pendant 1h30.
Le samedi soir, le mikvé ouvre 1h après la fin de Chabbat, pendant 1h30.
Pour les vendredis soirs et soirs de fête, prendre rendez-vous avec Mme Kassabi, au moins 2 jours avant au 06 22 76 15 04.

Mikvé vaisselle
Le Mikvé Kélim est ouvert tous les matins du dimanche au vendredi depuis l’heure de la Téfila jusqu’à midi.


Faire un don :

Pour faire vivre et participer activement à cet office, faites un don par internet ou envoyez vos chèques au 134 bis rue du Point du Jour. Toutes les participations sont bienvenues, les petits ruisseaux faisant de grandes rivières, nous parviendrons, tous ensemble, à faire vivre l’Office de Boulogne Sud.

Tizkou Lé-Mitsvot !!


Dons pour le Centre Culturel de Boulogne Billancourt :

Le nouveau centre culturel sera situé à l’angle des rues Marcel Dassault et d’Anjou. Le permis de construire, déposé en mars à la mairie a été purgé. Les travaux devraient commencer prochainement. Il comprendra notamment :

  • Une Synagogue
  • Le Centre Communautaire (CCIBB)
  • Une salle polyvalente
  • Une salle des fêtes
  • Et un Mikvé

Vous pouvez consulter la plaquette de présentation du Centre Culturel de Boulogne

Etat du dossier

Le mardi 25 juin 2019, le contrat de construction a été signé avec Eiffage Construction. Les travaux commenceront d’ici le mois d’août.

Vous avez une occasion unique d’inscrire votre nom, celui de vos familles, celui de vos disparus, dans un projet qui marquera l’avenir de la vie juive à Boulogne-Billancourt.

Devenez acteur du devenir de la vie juive à Boulogne en faisant un don pour la construction du Centre Culturel de Boulogne. Vous pouvez décider de diriger votre don vers la synagogue ACJBB ou vers le CCIBB, en nous l’indiquant par message.

Si vous avez des question, envoyez-nous un message !

Je participe à la collecte pour la construction


Pourimland – Opération cartables :

Pourimland lance sa campagne annuelle : UN ENFANT, UN CARTABLE …
Objectif 400 cartables avant le 15 juillet …
Ils comptent sur nous!!! Nous comptons sur vous !!!!!

Faites un don par internet.


CCIBB – Centre de Loisirs Été 2019 :

Les directeurs du Centre de loisirs Anne-Marie AMSALLEM et Jonathan CAHEN, ainsi que la fantastique équipe d’animation accueilleront pour les prochaines vacances du 8 au 26 juillet 2019 vos enfants de 6 à 13 ans dans une ambiance juive exceptionnelle !!!

Le programme, toujours diversifié, alliera loisirs, sports, culture et identité juive.


Au programme : Parc Astérix, Parc St Paul, Mer de Sable, France Miniature, Bateaux mouches et autres sorties … Stage de hip-hop, stages sportifs, jeux, ateliers artistiques, maccabiades, journée israélienne et de nombreuses surprises …

145 € la semaine (possibilité de bourse) – Places limitées
Informations et réservations auprès de Jonathan 06.21.07.17.09 ou sur ccibb.net.


Dvar Thorah et enseignements :

par le Rav Mikaël Mouyal

Léïlouy Nichmat Avraham Ben Mikhaël, ‘Haï Victor Ben Yakouta, Jaqueline Bat Esther et Paula Yakouta Bat Rosette

Le coin ‘Hidouchim

« Balak fils de Tsipor a vu… » (22, 2) :

Le Zohar explique que Bilam s’opposait à Moché par sa force de la parole, et Balak s’opposait à Aharon par sa force de l’action. A présent que Aharon était décédé, Balak a senti qu’il pouvait attaquer Israël. Mais en réalité, il pouvait nuire à Israël par sa propre force, car Aharon n’était plus là face à lui. Mais Hachem a “saboté” son plan et, dans Sa Bonté, Il lui a mis dans le coeur de faire intervenir Bilam pour cela. Seulement, Bilam ne pouvait pas réussir, car la force de Moché se tenait toujours contre lui. (Sefat Emet)

« Car je sais que celui que tu bénis est béni et celui que tu maudis sera maudit » (22, 6) :

Si Balak est conscient de la force de bénédiction de Bilam, tout autant que sa force de malédiction, alors au lieu de lui demander de maudire le peuple Juif, pourquoi ne lui a-t-il pas plutôt demandé de bénir son peuple, le peuple de Moav ?
C’est que les nations qui haïssent Israël ne cherchent pas leurs propres intérêts et avantages, mais ils ne cherchent qu’à faire du mal au peuple Juif. Encore plus que d’être intéressé à être béni, ce que cherche Balak c’est surtout de maudire le peuple Juif, même si parfois par cela, ils se causent des dégâts à eux-mêmes, ce qui compte pour eux avant tout, c’est de faire souffrir les Juifs. (Beit Rama)

« Il attela son ânesse » (22, 21) :

Rachi explique que quand Bilam attela son ânesse, Hachem dit : « Impie ! Il y a déjà Avraham qui t’a devancé et qui a attelé son âne quand il est allé sacrifier son fils ». Mais pourquoi comparer Bilam à Avraham ?
En fait, Bilam s’apprêtait à anéantir le peuple d’Israël, D.ieu Préserve, par ses malédictions. Alors Hachem fit remarquer qu’Avraham l’a déjà devancé dans cette initiative. En effet, quand Avraham attela son âne pour aller sacrifier Yits’hak, par cet acte, il aurait entraîné la disparition du peuple Juif qui allait sortir de Yits’hak. Et bien qu’il accomplissait par cela la Volonté Divine Qui lui avait demandé d’aller sacrifier son fils, malgré tout cela n’aboutit pas et Yits’hak ne fut pas sacrifié. Cela prouve combien Hachem tient à la préservation du peuple Juif. Il est donc clair qu’à fortiori, le projet de Bilam de supprimer le peuple Juif par sa méchanceté, ne pourra pas réussir ! (Rabbi Mena’hem Mendel de Kotsk)

« Certes ce peuple résidera seul » (23, 9)

On peut expliquer le sens de cette bénédiction de la façon suivante. Nos Sages disent que quand Hachem juge le monde, Il commence par juger le peuple Juif avant les autres nations. En effet, cela est un moyen de juger Israël avant que la Colère Divine ne s’éveille.
Car s’Il jugeait d’abord les autres nations, à la vue de leurs fautes, la Colère Divine risquerait de s’éveiller, et quand Il jugera ensuite Israël, Il le fera avec un “fond” de colère. Pour éviter cela, Hachem juge en premier le peuple Juif, tant qu’il n’y a pas encore de colère. C’est en ce sens que Bilam dit : « Ce peuple résidera seul », c’est à dire que quand ils comparaîtront devant Hachem pour être jugés, ils seront encore seuls. Les autres nations ne se seront pas encore présentés. C’est à dire qu’ils seront les premiers à se faire juger, ce qui est une bénédiction, comme on l’a expliqué. (Panim Yafot)

« J’ai reçu la mission de bénir, Il a béni et je ne puis revenir en arrière » (23, 20) :

Pourquoi Bilam dit-il qu’à présent que le peuple Juif a été béni, il devient impossible de revenir sur cette bénédiction ? A priori, pourquoi ne pourrait-il pas désormais essayer de nouveau de maudire ?
En fait, lors d’une des prises de parole passée de Bilam, il a adressé tellement de bénédictions au peuple Juif qu’il s’est même souhaité de connaître la même fin que celle qui arrivera à Israël. Ainsi, si à présent il maudit le peuple Juif et lui prédit du mal, il s’avérera que par cela il se maudira en même temps à lui-même car, il a déjà dit qu’il lui arrivera la même fin qu’à Israël. Dès lors, il ne peut donc plus revenir en arrière et les maudire, car indirectement, c’est lui-même qu’il maudira. (Ketav Sofer)

« Combien sont belles tes tentes, Yaacov » (24, 5) :

Rachi explique que Bilam a prononcé cette bénédiction quand il a vu que les ouvertures des portes (des tentes) n’étaient pas orientées les unes face aux autres (de sorte que d’une tente on ne voyait pas ce qui se passait dans les autres, cela est une mesure de pudeur et de discretion). Mais on peut expliquer cela de façon allusive. Nos Sages enseignent que celui qui ouvre une petite “porte” dans son coeur, pour le service d’Hachem, alors Hachem lui ouvrira une “porte” grande comme celle du palais. Ainsi, les “portes” ne sont pas orientées l’une face à l’autre, car la “porte” qu’Hachem exige de l’homme est très petite, et celle qu’Il ouvre en réaction est très grande.
Quand Bilam a vu cet immense Amour d’Hachem pour Israël, Il comprit qu’il ne pouvait pas les maudire. (R. Baroukh de Mezibogh)

« Israël s’installa à Chitim, et le peuple commença à se pervertir avec les filles de Moav » (25, 1) :

Quand le peuple Juif est appelé “Israël”, cela évoque les grands du peuple. Mais l’appellation “peuple” évoque les gens simples (la populace). D’autre part, le terme “Chitim”, vient de la racine “Choté” qui évoque la folie. Ainsi, quand “Israël”, c’est à dire les grands du peuple, les Sages et les dirigeants, « s’installent à Chitim », et se comportent de façon insensée (avec folie) en diminuant leur investissement dans l’étude de la Thora, alors le “peuple” les gens simples, « commencent à se pervertir ». L’essentiel des fautes que commet le peuple, commence par une négligence au niveau des chefs et des Sages, car ce sont eux les exemples. Quand ils se relâchent, cela entraîne une chute spirituelle au niveau du reste du peuple. Grande est leur responsabilité ! (‘Hatam Sofer)

Le coin étude

Vers la fin de la Paracha, quand Balak s’est rendu compte que Bilam n’a fait que bénir le peuple Juif au lieu de le maudire, Bilam dit à Balak : « Maintenant que je vais rejoindre mon peuple, je vais te donner un conseil… ». Nos Sages expliquent que Bilam conseilla à Balak de faire en sorte que les Juifs tombent dans la débauche. Comme le D.ieu d’Israël déteste l’immoralité, par ce moyen, il réussira à Le “monter” contre Son peuple. Mais, on peut se demander pourquoi ce conseil de Bilam est introduit par le terme “maintenant” ?
Comme si le moment était à présent adéquat pour un tel conseil. Il faut comprendre en quoi.
En fait, un verset des psaumes dit : « Le monde est construit sur la bonté ». Cet attribut est à la base du monde. C’est par pure bonté qu’Hachem a créé le monde et c’est par la bonté qu’Il le dirige à chaque instant. Le simple fait de maintenir le monde et d’accorder de la vie aux créatures est déjà une grande bonté. Malgré tout, nos Sages enseignent que chaque jour, Hachem se met en colère le temps d’un instant. Une certaine dose de Colère Divine se manifeste dans le monde chaque jour. Mais même cette rigueur-là est nécessaire pour le maintien du monde. En effet, nos Maîtres enseignent que si la bonté déborde et se manifeste en excès, cela peut déboucher sur les relations interdites. Car finalement, cette faute est une déviation de la bonté. Un homme et une femme se témoignent de l’affection et une envie de se réjouir mutuellement. Mais cela sort du cadre du permis. Et ce qui se cache essentiellement derrière cet acte de bonté, c’est la volonté de se faire plaisir avant tout à soi-même. C’est ainsi que nos Sages qualifient la débauche de “bonté dans l’impureté”. C’est ainsi que pour cadrer et limiter la bonté, pour ne pas qu’elle se propage à outrance débordant sur des fautes d’immoralité, Hachem a trouvé nécessaire de manifester une dose de colère, c’est à dire de rigueur, dans le monde. Par cela, la bonté saura être cadrée pour ne pas dévier sur la débauche.
Cependant, le Talmud enseigne que Bilam avait connaissance de l’instant précis où, chaque jour, Hachem éveille cette mesure de colère. Or, à cet instant-là, la colère est telle, que si quelqu’un prononce une malédiction à ce moment, elle se réalisera très certainement. C’est exactement ce que comptait faire Bilam. Il voulait attendre ce moment précis de colère, pour prononcer une malédiction à l’encontre d’Israël, et ainsi leur causer de grands dégâts, D.ieu Préserve. Mais, Hachem dans Sa grande Bonté a réalisé ce jour-là une chose complètement exceptionnelle. De par Son Amour pour Israël, Il a décidé de ne pas éveiller Sa Colère pour contrecarrer les plans de Bilam, pour ne pas qu’il puisse nuire à Israël. Et c’est ainsi que Bilam n’a pas pu maudire le peuple Juif.
Mais alors, c’est là que cet impie se tourna vers Balak et, dans sa perfidie, lui proposa un conseil funeste : mener le peuple Juif à l’immoralité. Son plan était très calculé. A présent que ce jour-là, Hachem ne s’est pas mis en colère, cela a été certes bénéfique pour les Juifs car il n’a pas pu les maudire, seulement d’un autre côté, ce jour-là, la Bonté Divine s’est éveillée avec plus de force que d’habitude puisque la mesure de rigueur quotidienne qui vient la tempérer ne s’est pas manifestée. Et c’est ainsi que la dose de rigueur nécessaire pour ne pas que la bonté soit excessive et dévie pour virer à la débauche, n’a pas eu sa place ce jour-là. Bilam, conscient de tout cela, comprend bien quel conseil donner à Balak : « Maintenant…, je vais te donner un conseil ». Le terme “maintenant” prend désormais toute sa signification : Maintenant qu’Hachem a retenu Sa Colère pour ne pas que je maudisse Son Peuple, c’est le moment le plus adéquat pour te donner ce conseil de conduire le peuple Juif à l’immoralité. Car sans la mesure de sévérité journalière, la bonté n’est pas cadrée et peut donc se renforcer à excès pour favoriser le penchant à la débauche. Et son conseil réussit.
Suite à cette perversion du peuple, un fléau s’est abattu décimant 24000 personnes. Voyant cela, Pin’has s’approcha et “vengea” l’Honneur d’Hachem qui était bafouée par la débauche de Zimri, chef de la tribu de Chim’on, avec Kozbi, princesse de Midian. Il les tua tous les deux. Et là, l’épidémie prit fin. Pin’has, par son acte, a rétabli de par lui-même la dose de rigueur nécessaire au monde.

Le coin Hala’ha

Quand on a terminé la Amida, avant de reculer des 3 pas, il faut se courber complètement. Puis, on commencera par reculer le pied gauche, de sorte à ce que le pouce (le gros orteil) du pied gauche, se positionne au niveau du talon du pied droit. Ensuite, on recule le pied droit, de sorte à positionner le pouce du pied droit au niveau du talon du pied gauche. Puis on recule encore le pied gauche, et on le place en parallèle avec le pied droit de sorte que les deux pieds se retrouvent joints. Ainsi, a priori, quand on recule les 3 pas, on ne doit pas éloigner les pieds plus que cela. L’officiant ne reculera pas à la fin de la répétition, mais quand il dira “Ossé Chalom” à la fin du Kadish Titkabal. On reculera des 3 pas en restant toujours courbé. Puis on dira “Ossé Chalom Bimromav” en se penchant sur sa gauche. Ensuite on dira “Hou Béra’hamav Yaassé Chalom Alénou”, en se penchant sur sa droite. Puis on se penchera devant soi et on dira “Véal Kol Amo Israël Véimrou Amen”. Et alors on se redressera. Quand on prie avec Minyan, on restera debout, les pieds joints, à l’endroit où on a terminé de reculer les 3 pas, et on ne reviendra à sa place que lorsque l’on devra réciter la Kedoucha, juste avant.

Le coin histoire

Juste avant le décollage d’un avion, un Machguia’h (directeur spirituel) de Yéchiva était plongé dans sa Amida de Min’ha. Tous les passagers étaient assis et l’avion prêt à décoller dans 2 minutes. Mais lui, il était encore dans l’aéroport, faisant sa Amida. Rien ne pouvait le perturber. 10 minutes après, il termina sa prière et se dépêcha de se rendre vers l’avion. Et là, de façon incroyable, l’avion était encore au sol. Le Rav y monta, s’y installa. Alors, il démarra. Ce qui se passa c’est qu’un passager avait remarqué un sac sans surveillance et alerta la sécurité. Le temps de s’occuper de ce sac, 10 minutes passèrent. Et le Rav eut (miraculeusement) le temps de finir sa prière et de monter dans l’avion. Mais alors, on lui demanda pourquoi n’avait-il pas accéléré quelque peu sa prière. Il avait bien failli rater son avion, avec tous les dérangements que cela pouvaient causer ! Il répondit avec un sourire lumineux : « Comment aurais-je pu faire autrement ? Ma prière m’était tellement agréable, que je ne me suis même pas rendu compte que le temps passait ! »
Ce récit montre avec quelle Providence Hachem protège ceux qui Le servent. Mais surtout, nous devons apprendre à trouver agréable nos moments de prière. Tellement agréable que plus rien autour n’ait de l’importance !

Le coin ‘Hizouk

« Il pardonne la faute pour le reste de Son héritage ». Nos Sages expliquent qu’Hachem expie les fautes de ceux qui sont humbles et se considèrent comme un “reste”. Certes il faut être humble, mais on ne doit jamais perdre espoir et se considérer être écarté. Ainsi, nos Sages disent qu’Il pardonne à ceux qui sont comme un reste. Mais, il ne faut jamais se considérer être vraiment un reste. (Tiféret Banim)


Chabbat Chalom !

Lien Permanent pour cet article : https://acjbb-sud.org/index.php/2019/07/18/chabbat-balak-5779/

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :