Déc 21

Chabbat Vayigach

Partager :

Paracha Vayigach / פרשה ויגש

22/23 décembre 2017 – 5 Tevet 5778 / ה’ טבת ה-תשע’ח

chabbath-pain-et-bougies-1810

Ce Chabbat matin, nous avons l’honneur d’accueillir le Rav Haim ELHADDAD, Roch Kollel de Sanhédria à Yérouchalaïm.

Les Horaires :

Vendredi soir :
16h40 : Min’ha suivi d’un cours
16h35 : Allumage des bougies de Chabbat (heure maximum pour l’allumage : 16h38)
17h45 : Chir Hachirim, Kabbalat Chabbat et Arvit
D’var Thora par le Rav Mikaël MOUYAL.

Samedi matin :
09h10 : Cha’harit
D’var Thora par le Rav Mikaël MOUYAL et le Rav Haim ELHADDAD.
La Haftarah sera lue par le jeune Yossef ‘Haim BOCCARA. Nous souhaitons un grand Mazal-Tov aux familles BOCCARA et BETTAN.
L’office sera suivi d’un grand Kiddouch offert pour une Séoudat Odaya.
Après le Kiddouch, étude de 30 minutes sur la Paracha par le Rav Mikaël MOUYAL.

Samedi après-midi :
16h00 : Téhilim – Lecture collective des Téhilim – Alpha/Beta
16h10 : Min’ha
Suivi de la séouda chélichit.
D’var Thora par le Rav Mikaël MOUYAL
16h57 : Shquiya / שקעת החמה

Samedi soir :
17h52 : Fin de Chabbat, Arvit et Havdala

18h00 : Cours mixte durant une heure après la Havdala. Le Rabbin Mickael MOUYAL vous offre la possibilité d’étudier le livre « Alé Chour » afin de construire sa personnalité.
Le Alé Chour est un véritable classique de la philosophie rabbinique rédigé par le Rav Chlomo WOLBE.

Dimanche matin :
08h15 : Cha’harit (pour arriver à la Amida au Nets à 08h43).

Lundi matin (25/12 – Férié) :
08h15 : Cha’harit


Régularisez vos dons :

Afin de recevoir vos reçus CERFA 2017, et bénéficier ainsi d’une réduction d’impôts de 66% sur vos dons effectués, adressez-nous vos dons avant le 31 décembre 2017.
Vous pouvez envoyer vos dons au 134 bis rue du Point du jour, ou par simple virement bancaire. Vous trouverez toutes les modalités ici.


Carnet de familles :

Mariage :
Nous sommes heureux d’annoncer le mariage de Lucie BELLALOU avec Raphaël SPINGARN mardi prochain. Nous souhaitons un grand Mazal Tov aux parents Cathie et Marc BELLALOU, ainsi qu’aux familles BELLALOU, SPINGARN et HASSOUN. Nous souhaitons beaucoup de bonheur à Lucie et Raphaël, puissent-ils construire un Bayit Nééman bé-Israël.


Birkat Ha-Lévana :

La Birkat Ha-Lévana (prière pour le renouvellement de la lune) pourra être faite entre le lundi 25 décembre au soir et le lundi 1er janvier 2018 au soir, lorsque la lune est visible.


Jeûne du 10 Tevet :

La jeûne du 10 Tevet tombera le jeudi 28 décembre. il commencera à 07h00 et se terminera à 17h45.


Beth Hamidrach :

Le Rabbin Didier Kassabi donne un cours de Guemara pour jeunes adultes chaque lundi soir à 20h00 à la Synagogue de Boulogne Billancourt, 43 rue des abondances.


Talmud Thorah :

Les cours de Talmud Torah ont repris. Vous pouvez cependant déjà prendre contact avec le Rabbin Didier Kassabi pour vous renseigner et pour inscrire vos enfants au Talmud Torah.

Les cours ont lieu chaque dimanche (hors période de vacances scolaires) dans l’enceinte de la Synagogue (43 rue des abondances).
L’avenir de nos enfants passent par une éducation juive de qualité que nous devons leur offrir.

Aucun enfant ne doit rester en marge de cette transmission des valeurs de la Torah.

Continuez à inscrire vos enfants. Nous vous attendons nombreux pour les inscriptions auprès du Rabbin Didier Kassabi.

Parlez-en autour de vous. Dites-le autour de vous.


« Les AMIS de la REFOUA » – Visite aux malades :

Des bénévoles de Boulogne proposent aux personnes qui le demandent : l’organisation d’une chaine de lecture de Téhilims pour la guérison de nos malades, de prendre de leurs nouvelles et leur rendre visite dans les hôpitaux.
Ces actions se font dans la plus grande discrétion et s’inscrivent dans le cadre du bénévolat.
Vous pourrez joindre – les AMIS de la REFOUA – au 06.03.75.34.15, ou par courriel à : israelalbert1@gmail.com
Vous pouvez aussi faire partie de ces bénévoles, nous vous remercions par avance.


Sécurité SPCJ :

La sécurité est l’affaire de tous ! Le SPCJ a besoin de chacun d’entre nous !
La protection de la vie communautaire est plus que jamais l’affaire de tous ! Vous en êtes les premiers acteurs ! Votre mobilisation est essentielle et nécessaire !
Si vous souhaitez nous aider à assurer la protection de l’office, rapprochez-vous de nous !
Plus nous serons nombreux à nous mobiliser et assurer des relais de garde, plus nous passerons du temps à prier !


Information ACJBB Boulogne Sud :

Retrouvez toutes les informations de l’office sur : www.acjbb-sud.org.
Si vous souhaitez recevoir par mail la newsletter de l’office, inscrivez-vous en nous envoyant un mail à officeboulognesud@gmail.com.
Retrouvez également toutes les informations sur la page Facebook de l’office : facebook.com/acjbbsud et sur Twitter : twitter.com/acjbbsud.


Réservation des espaces communautaires :

Vous souhaitez organiser une manifestation (Brith-Mila, Bar-Mitsvah et Bat-Mitsvah, Mariage, Azkara, Soirée Mikvé Kala, etc… ) dans les espaces de la Synagogue de Boulogne, 43 rue des Abondances, contactez M. Alain Chicheportiche 06.95.62.58.41 – alainchicheportiche92@gmail.com

Vous souhaitez réserver la salle de Boulogne Sud, 134 bis rue du point du jour Boulogne Billancourt, contactez M. Patrick Sebban 06.03.02.30.78 – patrick.sebban2@paris.fr


Mikvé :

Mikvé pour les femmes
Dimanche 19h-21h
Lundi au jeudi 20h-22h
Vendredi soir : sur rendez vous auprès de Mme Yaël Kassabi au 0622761504 (merci d’envoyer un SMS )
Samedi soir : 1h après Shabbat pendant 2h.

Mikvé vaisselle
Le Mikvé Kelim est ouvert tous les matins du dimanche au vendredi depuis l’heure de la Tefila jusqu’à midi.


Faire un don :

Pour faire vivre et participer activement à cet office, faites un don par internet ou envoyez vos chèques au 134 bis rue du Point du Jour. Toutes les participations sont bienvenues, les petits ruisseaux faisant de grandes rivières, nous parviendrons, tous ensemble, à faire vivre l’Office de Boulogne Sud.

Tizkou Lé-Mitsvot !!


Dons pour le Centre Culturel de Boulogne Billancourt :

Le nouveau centre culturel sera situé à l’angle des rues Marcel Dassault et d’Anjou. Le permis de construire, déposé en mars à la mairie a été purgé. Les travaux devraient commencer prochainement. Il comprendra notamment :

  • Une Synagogue
  • Le Centre Communautaire (CCIBB)
  • Une salle polyvalente
  • et une salle des fêtes

Vous pouvez consulter la plaquette de présentation du Centre Culturel de Boulogne

Etat du dossier

Nous attendons cette semaine la remise des projets des constructeurs interrogés. Ces projets vont maintenant faire l’objet d’une analyse, puis d’audition des prestataires retenus.

Nous vous aviserons ici de l’état d’avancement d’opération.

Devenez acteur du devenir de la vie juive à Boulogne en faisant un don pour la construction du Centre Culturel de Boulogne. Vous pouvez décider de diriger votre don vers la synagogue ou vers le CCIBB, en nous l’indiquant par message.

Je participe à la collecte pour la construction


Dvar Thorah et enseignements :

par le Rav Mikaël Mouyal

Léïlouy Nichmat Avraham Ben Mikhaël, ‘Haï Victor Ben Yakouta, Jaqueline Bat Esther et Paula Yakouta Bat Rosette

Le coin ‘Hidouchim

« Tu t’installeras en terre de Gochen et tu seras proche de moi » (45, 10) :

Yosseph vivait au centre de l’Egypte. S’il souhaitait rapprocher sa famille de lui, il aurait dû les installer eux aussi dans le centre ?
Seulement, Yosseph craignait qu’il y ait des malentendus et des disputes entre sa famille et les gens de la cour qui vivaient autour de Yosseph, et que cela se répercute sur ses relations avec sa famille. C’est pourquoi, il choisit d’installer ses proches un peu à l’écart, à Gochen, de manière à éviter ces heurts et de maintenir une bonne entente au sein de sa famille. De cette façon, « tu seras proche de moi », c’est à dire que la proximité des cœurs et l’affection entre nous seront préservées.
(Rabbi Méir de Primichlan)

« Mon fils est encore vivant, je vais aller le voir avant de mourir » (45, 28) :

Yaacov avait du mal à croire que Yosseph ait pu rester vivant spirituellement et qu’il ne se soit pas assimilé, malgré le fait qu’il ait vécu au sein de la grande impureté d’Egypte pendant 22 ans. C’est pour s’assurer de sa survie spirituelle qu’il désirait le voir. En effet, Yaacov détenait la sagesse de lire dans le visage. Toutes les actions d’une personne laissent une trace sur son visage. Yaacov voulait voir Yosseph pour examiner son visage et vérifier s’il est toujours rester Juste et vivant spirituellement.
(Alchikh)

« Il offrit des sacrifices au D.ieu de son père Yits’hak » (46, 1) :

Pourquoi Yaacov a-t-il mentionné à propos de ces sacrifices le D.ieu de Yits’hak, plutôt que de dire « au D.ieu de ses ancêtres » ?
En fait, Yits’hak est le seul patriarche qui n’est pas descendu en Egypte. Ainsi, le mérite de la Terre d’Israël l’accompagnait. Yaacov voulait ici invoquer le mérite de Yits’hak, comme pour formuler le souhait que cette descente en Egypte ne soit que provisoire. Il présenta le mérite de Yits’hak, qui ne descendit jamais en Egypte, pour que ce mérite le conduise à vite remonter de l’Egypte et à ne pas s’y éterniser.
(Kedouchat Levi)

« Vous direz : “tes serviteurs sont des bergers…” Car tout berger est une répugnance pour l’Egypte » (47, 34) :

En général, les gens aiment bien plaire devant les autorités et avoir une certaine importance devant le monde extérieur. Pour cela, ils s’efforcent de dire des choses qui trouveront grâce à leurs yeux. Mais Yosseph n’a pas agi ainsi. Au contraire. C’est justement parce qu’il savait que l’Egypte répugne les bergers, qu’il a dit que ses frères sont des bergers. Il a justement dit ce qui n’allait pas favoriser leur intégration. Et ce, pour ne pas que se crée de proximité entre les égyptiens et sa famille.
(‘Hidouché Harim)

« Yosseph réunit tout l’argent se trouvant en Egypte et en Canaan » (47, 14) :

L’une des raisons pour laquelle Yosseph souhaitait réunir tout l’argent, était que Yosseph savait qu’Hachem avait promis à Avraham que ses descendants allaient remonter de l’Egypte avec de grandes richesses. Et il voulait préparer la réalisation de cette promesse, en regroupant tout l’argent, pour que cette richesse évoquée dans cette promesse puisse être importante.
(Sefarim)

Le coin Halakha (lois de Chabbat)

L’interdiction de pétrir s’applique à toute forme de pâte et pas uniquement avec de la farine. Ainsi, il est aussi interdit de faire une sorte de pâte avec un fruit ou un légume qui serait écrasé. Il est donc interdit d’y verser un liquide ou d’y mélanger de la mayonnaise, car ce liquide rendrait cette préparation pâteuse. En revanche, si le mélange a été fait avant Chabbat, et que pendant Chabbat on constate que l’huile est remontée à la surface, on pourra alors de nouveau mélanger l’huile dans la salade pendant Chabbat.
Si le fruit n’est pas coupé finement, il n’y aura pas de problème de faire une pâte. Ainsi, on pourra mélanger de la mayonnaise avec des pommes de terre en morceaux, si les morceaux ne sont pas très fins.
Il est permis de mélanger des corn-flakes dans du lait.

Le coin histoire

Une nuit de Pessa’h, quand Rabbi Yosseph Dov Solovetchik (le Beit Halevi) rentra chez lui pour le Seder, il remarqua un homme qui sortait de sa maison avec des objets en argent et en verre à la main. Il était entré chez le Rav pendant que la maison était vide et lui avait dérobé ces ustensiles. Quand le voleur vit que le maître de maison avança vers lui, il en perdit ses moyens et fut pétrifié sous l’effet du choc.
Mais, Rabbi Yosseph Dov ne voulait en aucune façon faire honte au voleur. C’est pourquoi, il s’approcha de lui avec un visage rayonnant, et lui souhaita, selon l’usage : « Pessa’h Cacher VéSaméa’h ». Puis, il lui dit : « Je vois que tu es venu chez moi me déposer ces objets en tant que gage pour que je te prête de l’argent. Aussi, je te propose de les laisser chez moi. Tu viendras me voir pendant ‘Hol Hamoed (les demi-fêtes) et alors je te prêterai de l’argent ».
Le voleur reprit son souffle et bien-sûr, se dépêcha de faire ce que le Rav lui avait recommandé avec tant de sagesse. Il restitua les objets puis repartit, soulagé. Et le Beit Halevi avait réussi, même dans une telle situation, à préserver l’honneur et la dignité d’autrui.
Combien doit-on veiller au respect des autres. Mais cette histoire nous montre que même envers celui qui nous cause du tord, il convient de se comporter avec respect et user de perspicacité pour ne pas le blesser ou le mettre mal à l’aise.

Le coin étude

L’unité des tribus

La Paracha de Vayigach décrit les retrouvailles entre Yaacov et son fils Yosseph. Nos Sages rapportent que quand Yaacov vit son fils, il s’est mis à lire le Chema. Cela est étonnant. Pourquoi Yaacov eut-il une telle réaction en voyant son fils ?
En fait, les patriarches ont, chacun, apporté une certaine réparation à la faute originelle d’Adam. Ainsi, à un niveau individuel, Yaacov acheva la réparation de cette faute. C’est ainsi que nos Maîtres disent que la beauté de Yaacov était comparée à la beauté d’Adam le premier homme. Il s’agit d’une beauté spirituelle, liée à une plénitude. Car Yaacov avait achevé la réparation de la faute. Mais, Adam regroupait en lui toutes les âmes de l’humanité. Ainsi, la faute n’était pas que personnelle et individuelle. Elle était aussi collective.
L’ensemble des âmes contenues en Adam fut entaché par la faute. C’est pourquoi, une fois que la réparation individuelle réalisée par les patriarches fut atteinte, il fallait procéder à une réparation collective. C’est là qu’intervint le travail des tribus. Chacune des tribus devait atteindre son perfectionnement personnelle. Puis ensuite, ils devaient tous se réunir pour créer un ensemble, une collectivité, et c’est par cela que la réparation collective de la faute pourra être obtenue. S’il manquait une seule tribu, la collectivité ne serait pas complète et donc la réparation collective ne pourrait pas être obtenue. C’est cela qui perturba le plus Yaacov dans la disparition de Yosseph, encore plus que sa peine personnelle. Yaacov tenait tellement à réaliser la réparation générale, il avait placé cet objectif comme le but même de son existence, que quand Yosseph disparut, c’était toute cette réalisation qui était compromise.
Dans le programme, il était prévu qu’une fois toutes les tribus assemblées et une fois la réparation réalisée, la Présence d’Hachem pourrait reposer sur eux. Tel était l’objectif universel, à savoir que les enfants d’Israël puissent recevoir la ¨Présence Divine.
En effet, lorsque le peuple d’Israël sera un réceptacle pour la Lumière d’Hachem, alors la création dans son ensemble pourra être parachevée. Car alors, le monde entier pourra accepter la Royauté Divine. Ainsi, pour récapituler, le programme était le suivant : obtenir l’union des tribus pour atteindre la réparation collective de la faute. Par cela, la Présence Divine pourra résider sur cet ensemble. Et à travers cela, le monde entier pourra reconnaître la Royauté d’Hachem. Une fois, cela atteint, le monde aura obtenu son objectif. C’est alors que pourra se réaliser la promesse du prophète : « En ce jour là, Hachem sera Un et Son Nom sera (aussi) Un ».
En fait, c’est précisément cela le sens du premier verset du Chema : « Ecoute Israël, Hachem est notre D.ieu, Hachem est Un ». Rachi explique ce verset de la façon suivante. Il dit qu’à présent, Hachem est notre D.ieu. Il est le D.ieu d’Israël. Mais dans les temps futurs, il finira par devenir “Un” pour toute l’humanité. Toutes les nations finiront par reconnaître Son Unicité absolue. Cela signifie que pour atteindre ce but universel de l’Unicité Divine pour tous, il faut tout d’abord passer par l’étape où « Hachem est notre D.ieu ». C’est par le fait que le peuple d’Israël reçoive la Royauté Divine, que cette Royauté pourra alors ensuite se diffuser à l’humanité entière.
Mais, la base et l’origine de tout ce processus se trouve dans l’union de toutes les tribus. L’Unicité d’Hachem ne peut résider que sur un peuple qui est déjà en lui-même uni. C’est pourquoi, il était si important pour Yaacov que tous ses enfants soient rassemblés. Car cela est la condition même pour qu’Hachem réside en leur sein. C’est ainsi que nos Maîtres disent que du jour où Yaacov avait perdu Yosseph, la prophétie le quitta. L’explication simple de cela est que la prophétie ne peut se trouver que dans la joie. Et après la disparition de Yosseph, Yaacov ne pouvait plus être joyeux, la prophétie le quitta donc. Mais, il y a aussi une autre raison plus profonde à cela. La prophétie ne peut être obtenue que quand la Présence Divine repose sur le prophète. Or, quand Yosseph disparut, les tribus n’étaient plus réunies et ne constituaient plus un ensemble. La Présence Divine quitta donc Yaacov. Car c’est l’union des tribus qui constitue le réceptacle de cette Présence. Et cette union a été ébréchée.
A présent, on peut comprendre pourquoi, quand il vit Yosseph, Yaacov dit le Chema. Car à présent que Yosseph a été retrouvé, l’unité des tribus était de nouveau obtenu. De ce fait, la Présence Divine pourrait reposer sur eux, et de là l’Unicité allait pouvoir se diffuser dans le monde entier. Et c’est précisément cela le sens du Chema. D’abord, “Hachem est notre D.ieu”, et réside en notre sein. Et de là, “Hachem est Un”, et sera reconnu dans le monde entier. Mais la condition à tout cela, c’est l’unité et le rassemblement des tribus. Car c’est cela qui permet de réaliser que “Hachem est notre D.ieu” et que Sa Présence réside parmi nous, comme cela a été expliqué.
D’après cela, on peut comprendre un Midrash à la Paracha de Vaye’hi, qui dit qu’avant de mourir, Yaacov rassembla tous ses enfants pour leur révéler la fin des Temps. Mais alors, la Présence Divine le quitta. Alors, il eut peur qu’il y ait une inaptitude parmi eux. De ce fait, ses enfants lui dirent : « “Ecoute Israël (deuxième nom de Yaacov) ! Hachem est notre D.ieu, Hachem est Un”. De même que dans ton cœur Il est Un, ainsi Il est Un aussi dans nos cœurs ».
En fait, Yaacov tenait à rassembler ses enfants pour leur révéler la fin des Temps, car la Présence Divine ne peut résider en eux que quand ils sont rassemblés, dans l’union et l’amour. Comme nous l’avons dit, cette Présence quitta Yaacov après la disparition de Yosseph, car alors l’union entre les tribus fut ébréchée, et Hachem dût retirer Sa Présence, Qui ne repose que dans l’union. C’est ainsi que lorsque Yaacov apprit que Yosseph était en vie et que l’union allait être rétablie, alors « l’esprit de Yaacov reprit vie », la Présence Divine put de nouveau résider sur lui. C’est en les rassemblant que Yaacov allait pouvoir leur révéler la fin des temps. Car, c’est le rassemblement et l’union des tribus qui rapprochera la fin des Temps. En effet, comme on l’a expliqué, l’union des tribus permet à la Présence d’Hachem de résider parmi eux, et de là, Sa Royauté se diffusera sur le monde entier. C’est justement cela le secret de la fin des Temps, lorsque le monde reconnaîtra la Royauté Divine. Mais alors, la Présence Divine quitta Yaacov. Il pensa qu’il y avait une inaptitude parmi eux, c’est à dire que l’union entre eux n’était pas complète, ce qui expliquerait le retrait de cette Présence, et ce qui entraverait l’avènement de la fin des Temps. Ses enfants le rassurèrent que l’union était bien réelle parmi eux. Ce n’était pas pour cela que la Présence Divine quitta Yaacov. En fait, certes à présent leur union était solide. Mais, dans le futur par contre, ce problème se posera. Car le dernier exil est venu précisément à cause de la haine gratuite et des dissensions. C’est en voyant ces temps-là de division future que la Présence Divine le quitta. Car l’Unicité Divine ne peut se poser que dans l’unité du peuple et c’est cela qui permettra à l’objectif de la création de se réaliser.
(Basé sur le Mizmor Ledavid)

Le coin ‘Hizouk

Dans notre génération, où l’obscurité est tellement grande et que l’on ne voit pas de lumière, Hachem est encore plus proche de celui qui souhaite se rapprocher de Lui. Et, alors que dans les générations passées, il fallait beaucoup d’effort et de peine pour se rapprocher de Lui, à notre époque, toute action qu’un Juif fait pour se rapprocher, lui donne le mérite d’obtenir des niveaux encore plus élevés.
(Beit Avraham)


Chabbat Chalom !

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

%d blogueurs aiment cette page :