Chabbat Roch ‘Hodech Noa’h

Partager :

Paracha Noa’h / פרשה נח

Chabbat Roch ‘Hodech / שבת ראש חודש

20/21 octobre 2017 – 1 ‘Hechvan 5778 / א’ חשון ה-תשע’ח

chabbath-pain-et-bougies-1810

Les Horaires :

Vendredi soir :
18h30 : Min’ha suivi de Chir Hachirim, Kabbalat Chabbat et Arvit
18h30 : Allumage des bougies de Chabbat (heure maximum pour l’allumage : 18h33)
D’var Thora par le Rav Mikaël Mouyal

Samedi matin :
09h10 : Cha’harit
D’var Thora par le Rav Mikaël Mouyal
L’office sera suivi d’un Kiddouch.

Samedi après-midi :
17h00 : Cours mixte sur la Paracha par le Rav Mikaël Mouyal.

17h45 : Téhilim – Lecture collective des Téhilim – Alpha/Beta
18h00 : Min’ha
Suivi de la séouda chélichit offerte par Jean et Corinne BATTINO pour l’année (11 mois) du papa de Jean léilouy nichmat Avraham ben Jenny BATTINO (ז״ל).
D’var Thora par le Rav Mikaël Mouyal
18h49 : Shquiya / שקעת החמה

Samedi soir :
19h38 : Fin de Chabbat, Arvit et Havdala

Dimanche matin :
08h00 : Cha’harit


Roch ‘Hodech ‘Hechvan :

Roch ‘Hodech Mar-‘Hechvan tombera le vendredi 20 et samedi 21 octobre 2017 (à partir de ce jeudi 19 octobre au soir).


Birkat ha-Lévana :

La Birkat Ha-Lévana (prière pour le renouvellement de la lune) pourra être faite entre le samedi soir 28 octobre et le jeudi soir 2 novembre 2017, lorsque la lune est visible.


Beth Hamidrach :

Le Rabbin Didier Kassabi donne un cours de Guemara pour jeunes adultes chaque lundi soir à 20h00 à la Synagogue de Boulogne Billancourt, 43 rue des abondances.


Talmud Thorah :

Les cours de Talmud Torah reprendront à la rentrée. Vous pouvez cependant déjà prendre contact avec le Rabbin Didier Kassabi pour vous renseigner et pour inscrire vos enfants au Talmud Torah.

Les cours ont lieu chaque dimanche (hors période de vacances scolaires) dans l’enceinte de la Synagogue (43 rue des abondances).
L’avenir de nos enfants passent par une éducation juive de qualité que nous devons leur offrir.

Aucun enfant ne doit rester en marge de cette transmission des valeurs de la Torah.

Continuez à inscrire vos enfants. Nous vous attendons nombreux pour les inscriptions auprès du Rabbin Didier Kassabi.

Parlez-en autour de vous. Dites-le autour de vous.


« Les AMIS de la REFOUA » – Visite aux malades :

Des bénévoles de Boulogne proposent aux personnes qui le demandent : l’organisation d’une chaine de lecture de Téhilims pour la guérison de nos malades, de prendre de leurs nouvelles et leur rendre visite dans les hôpitaux.
Ces actions se font dans la plus grande discrétion et s’inscrivent dans le cadre du bénévolat.
Vous pourrez joindre – les AMIS de la REFOUA – au 06.03.75.34.15, ou par courriel à : israelalbert1@gmail.com
Vous pouvez aussi faire partie de ces bénévoles, nous vous remercions par avance.


Sécurité SPCJ :

La sécurité est l’affaire de tous ! Le SPCJ a besoin de chacun d’entre nous !
La protection de la vie communautaire est plus que jamais l’affaire de tous ! Vous en êtes les premiers acteurs ! Votre mobilisation est essentielle et nécessaire !
Si vous souhaitez nous aider à assurer la protection de l’office, rapprochez-vous de nous !
Plus nous serons nombreux à nous mobiliser et assurer des relais de garde, plus nous passerons du temps à prier !


Information ACJBB Boulogne Sud :

Retrouvez toutes les informations de l’office sur : www.acjbb-sud.org.
Si vous souhaitez recevoir par mail la newsletter de l’office, inscrivez-vous en nous envoyant un mail à officeboulognesud@gmail.com.
Retrouvez également toutes les informations sur la page Facebook de l’office : facebook.com/acjbbsud.


Réservation des espaces communautaires :

Vous souhaitez organiser une manifestation (Brith-Mila, Bar-Mitsvah et Bat-Mitsvah, Mariage, Azkara, Soirée Mikvé Kala, etc… ) dans les espaces de la Synagogue de Boulogne, 43 rue des Abondances, contactez M. Alain Chicheportiche 06.95.62.58.41 – alainchicheportiche92@gmail.com

Vous souhaitez réserver la salle de Boulogne Sud, 134 bis rue du point du jour Boulogne Billancourt, contactez M. Patrick Sebban 06.03.02.30.78 – patrick.sebban2@paris.fr


Faire un don :

Pour faire vivre et participer activement à cet office, faites un don par internet ou envoyez vos chèques au 134 bis rue du Point du Jour. Toutes les participations sont bienvenues, les petits ruisseaux faisant de grandes rivières, nous parviendrons, tous ensemble, à faire vivre l’Office de Boulogne Sud.

Tizkou Lé-Mitsvot !!


Dons pour le Centre Culturel de Boulogne Billancourt :

Le nouveau centre culturel sera situé à l’angle des rues Marcel Dassault et d’Anjou. Le permis de construire, déposé en mars à la mairie a été purgé. Les travaux devraient commencer en automne. Il comprendra notamment :

  • Une Synagogue
  • Le Centre Communautaire (CCIBB)
  • Une salle polyvalente
  • et une salle des fêtes

Vous pouvez consulter la plaquette de présentation du Centre Culturel de Boulogne

Etat du dossier

Le projet architectural a été finalisé suite à de multiples réunions du Comité de pilotage.  Le projet a maintenant été transmis à plusieurs constructeurs, qui vont remettre leurs projets détaillé dans les prochaines semaines.

Ces projets feront l’objet d’une analyse, puis d’audition des prestataires retenus.

Nous vous aviserons ici de l’état d’avancement d’opération.

Devenez acteur du devenir de la vie juive à Boulogne en faisant un don pour la construction du Centre Culturel de Boulogne. Vous pouvez décider de diriger votre don vers la synagogue ou vers le CCIBB, en nous l’indiquant par message.

Je participe à la collecte pour la construction


Tirage au sort :

Merci à toutes et à tous pour votre générosité et votre participation lors de ces fêtes de Tichri qui ont été riches et intenses.

Afin de vous remercier, nous organisons un tirage au sort pour vous faire gagner un iPhone 8 et 2 Samsung S8 !!!

Pour participer, rien de plus simple, engagez-vous dans un virement mensuel d’un montant minimum de 26 € et pour une durée minimum de un an et prévenez-nous d’un simple mail à officeboulognesud@gmail.com dès sa mise en place.

Vous trouverez toutes les modalités pour mettre en place vos virements mensuels sur cette page.

Nous annoncerons les gagnants lors de l’office le Chabbat Hanouka le 16 décembre et dans la newsletter.

Tizkou la-Mitsvot, que votre générosité soit récompensée !


Conférence du Grand Rabbin de France Haim Korsia :

La communauté juive de Boulogne vous invite à une conférence du Grand Rabbin de France Haim KORSIA sur le thème : « De la beauté dans le judaïsme ».

Venez nombreuses et nombreux dimanche 22 octobre 2017 à 19h30 à la Synagogue de Boulogne, 43 rue des abondances, 92100 Boulogne-Billancourt.

Entrée libre et public mixte. Un buffet suivra la conférence.


La Grande Halla Bake 2017 :

Plus de places disponibles pour le moment. Nous vous tiendrons au courant si nous pouvons augmenter la capacité.

Fort du succès de ses deux premières éditions au sein de l’école Maïmonide Rambam, la communauté de Boulogne et l’association Emounah mettent les petits plats dans les grands pour rendre l’événement unique. Au sein du Gymnase Denfert Rochereau, cette année promet d’être grandiose !

Nous vous proposons cette année de choisir le nombre de kilos de farine que vous souhaitez utiliser :

1kg : plus facile à pétrir et à tresser : vous mettrez votre pâte avec celle de votre voisine pour faire la brakha à deux.
ou
2kg : une grosse quantité à pétrir et tresser, vous pourrez faire la brakha toute seule.

Nous constituerons des tables de 1kg et des tables de 2kg pouvant contenir jusqu’à 10 participantes.

Mettez vous d’accord avec vos amies sur le nombre de kg à pétrir avant la réservation de votre billet si vous souhaitez être placées dans une même table.

Save the date : le jeudi 26 octobre 2017 à 19h30, au gymnase Denfert Rochereau (42 rue Denfert Rochereau, 92100 Boulogne-Billancourt).

PAF : 10€ / 5€ (pour les 12/18 ans)

Inscription obligatoire ici.


Dvar Thorah et enseignements :

par le Rav Mikaël Mouyal

Le coin ‘Hidouchim

« Hachem vit que la terre était corrompue, car toute chair avait corrompu sa voie sur la terre » (6, 12) :

Quand un homme est atteint d’un certain défaut, il ne peut plus le distinguer et s’en rendre compte. Sa vue spirituelle devient faussée. Cela, parce que l’homme cherche à se voir comme quelqu’un de bien et de droit, et pour cela, il doit camoufler ses défauts, selon l’adage, “tout les défauts un homme peut voir, sauf les siens”. De la sorte, dans la génération du déluge où régnait la corruption, personne ne pouvait distinguer cela, sauf Hachem bien-sûr. C’est ce que dit le verset : « Hachem vit que la terre était corrompue ». Seul Hachem pouvait voir une telle chose et personne d’autre. Cela, « Car toute chair avait corrompu sa voie sur la terre ». Tous les êtres vivants s’étaient corrompus. De la sorte, personne ne pouvait distinguer cela, car on ne voit pas ses défauts.
(Rav Yossef Zevin)

« La colombe revint vers lui au temps du soir, et voici une feuille d’olivier arrachée dans son bec » (8, 11) :

Rachi explique que la colombe fit ici une allusion à Noa’h. C’est comme si elle lui disait : « Que ma nourriture soit aussi amère que l’olive du moment qu’elle me vient d’Hachem, plutôt que douce comme le miel, mais venant de la main d’un homme ! »
Comment comprendre que la colombe fit une allusion si “désagréable” à Noa’h, lui disant qu’il n’est pas intéressé qu’il le nourrisse, alors que celui-ci s’est occupé d’elle avec dévouement pendant toute une année ?!
En fait, lorsque la colombe revint, cela devait prouver à Noa’h que l’eau n’avait pas encore séchée. Ainsi, la colombe n’avait donc pas encore trouvé de lieu pour se poser. Seulement, Noa’h pouvait répliquer que peut-être que l’eau avait séchée et que la colombe aurait pu se poser sur la terre. Seulement elle est revenue parce qu’elle apprécie la nourriture de Noa’h. C’est pour éloigner cette possibilité qu’elle lui fit comprendre qu’en fait elle préférerait la nourriture venant d’Hachem même amère, plutôt que celle d’un homme. Ainsi, si elle est revenue, c’est bien parce qu’elle n’a pas trouvé où se poser, et non pour profiter de Noa’h.
(Michkenot Yaakov)

« Hachem descendit voir la ville et la tour qu’avaient construites les hommes » (11, 5) :

Pourquoi la Thora ne dit-elle pas qu’Hachem descendit voir les hommes, plutôt que la ville ?
En fait, cette génération (qui construisit la tour de Bavel) recherchait à éloigner la Présence d’Hachem de là où ils vivaient. Ils préféraient vivre dans l’obscurité, sans Hachem. Ils désiraient le retrait de la Providence. Ainsi, quand Hachem “descendit” voir la ville, c’est à dire qu’Il se dévoila justement dans le lieu où ils vivaient, alors ils en furent perturbés. Telle était leur sanction, de constater le dévoilement de la Présence Divine, mesure pour mesure, pour avoir cherché son retrait.
(‘Hidouché Harim)

Le coin Halakha

De nos jours où on a l’habitude de presser pratiquement tous les fruits, alors pendant Chabbat il sera interdit de presser tous ces fruits. Néanmoins, il est autorisé de presser un fruit dans de la nourriture solide. En effet, un jus qui est versé sur un aliment solide est considéré comme cet aliment et perd son statut de jus.
Il est autorisé d’essorer un légume qui a été conservé, pour enlever le liquide qui y a été imprégné, en vue de le préparer à être mangé. Par contre, il sera interdit de l’essorer dans le but de récupérer ce liquide parce qu’il le veut justement (pour le boire par exemple).
Il est autorisé de consommer un pamplemousse coupé en deux, avec une cuillère, et même si du jus sort de ce fruit pendant qu’il le mange (par la pression de la cuillère).
Il est interdit d’écraser un glaçon ou de la neige en petits morceaux, pour les faire fondre. Par contre, on pourra mettre un glaçon dans un verre d’eau ou de vin, de sorte à ce qu’il fonde tout seul dans le verre.

Le coin histoire

Un jour, le ‘Hazon Ich marchait dans une rue de Bené Brak, accompagné de Rabbi ‘Haïm Kanievski, qui était encore jeune.
Soudain, le ‘Hazon Ich s’arrêta devant un arbre puis s’écria avec enthousiasme, en disant : « Ici ils ont étudié ! Ici ils ont étudié ! » Après une petite enquête, il s’avéra que deux heures plus tôt, deux jeunes étudiants de Yéchiva s’étaient assis près de cet arbre et s’étaient mis à étudier la Thora. Le ‘Hazon Ich avait senti cela.
Cette anecdote montre que ce que l’homme fait à un certain endroit (de bien ou de mal) laisse une empreinte dans cet endroit. Et ce, au point que quelqu’un qui se trouverait en ce même lieu pourra même être influencé, en bien comme en mal, par l’empreinte qui y aura été laissée.

Le coin étude

Une arche réparatrice

Dans la Paracha de la semaine, Hachem souhaite détruire le monde suite aux dépravations qui s’y trouvent. Il se prépare à envoyer le déluge. Mais, Il veut épargner Noa’h et sa famille. En effet, Noa’h a trouvé grâce aux Yeux d’Hachem. Ainsi, Il lui enjoint de construire une arche, où il se trouverait pendant la destruction et y serait sauvé. De même, Il demande à Noa’h d’y réunir un échantillon de tous les êtres vivants, pour épargner la création.
Seulement, les commentateurs s’interrogent (notamment Rachi). Hachem dispose de beaucoup de moyens pour mettre à l’abri et sauver. Pourquoi avoir choisi d’épargner Noa’h en le mettant précisément dans une arche, ce qui représentait beaucoup d’effort ?!
De nombreuses réponses ont été proposées pour répondre à cette question. Nous allons approfondir un aspect de ce sujet. .» )קנים – Lorsqu’Hachem a décrit à Noa’h la confection de l’arche, Il lui dit : « Tu feras cette arche en cellules (littéralement : en nids Pourquoi parler de “nids” ? Le Midrash explique que le nid regroupe des oiseaux. Ce terme peut ainsi faire référence aux sacrifices du lépreux qui étaient composés d’oiseaux, . Et le Midrash d’en déduire que de même que ce nid purifie le lépreux de son impureté, ainsi l’arche purifiera Noa’h. Mais, de quelle impureté fallait-il purifier Noa’h ? Quelle impureté avait-il contracté ?
Nos Sages soulignent que Noa’h avait de quoi se reprocher. Le Midrash précise que lui aussi devait périr dans le déluge. Il n’a été sauvé que parce qu’il a trouvé grâce devant Hachem, et non par son mérite propre. Mais quelle était sa faute ?
Le Zohar explique qu’il aurait dû prier pour sa génération, ce qu’il n’a pas fait. Et c’est pour cela que le déluge se nomme aussi “les eaux de Noa’h”. Comme si Noa’h en était responsable. Et cela parce qu’il n’a pas prié pour ses contemporains.
Seulement, à quoi bon prier pour que des impies soient sauvés ? Au contraire, il est préférable qu’ils disparaissent !
Ainsi, ce que nos Sages reprochent à Noa’h, c’est surtout qu’il n’a pas cherché de lui-même à rapprocher les gens d’Hachem. Il aurait dû les influencer à se repentir et à corriger leurs fautes. Comme le dit le Seforno : « Il n’a pas enseigné à sa génération à connaître Hachem, comme l’ont fait Avraham, Moché, Chemouel, et encore d’autres ». Telle était sa faute. Il n’a pas cherché à rapprocher les impies.
Cela nous permet de mieux comprendre les deux opinions que propose Rachi sur la piété de Noa’h. Selon la première, si Noa’h vivait dans une génération de Justes, il aurait été encore plus grand. Et selon la deuxième opinion, s’il avait vécu dans la génération d’Avraham, il n’aurait eu aucune valeur. Contrairement aux apparences, non seulement ces deux avis ne se contredisent pas, mais en plus, ils se complètent. Si Noa’h vivait dans une génération de Justes et que tout son entourage avait été méritant, alors, il n’aurait pas eu de manquement en ne les influençant pas. En effet, si tout le monde était Juste, son entourage n’aurait pas eu besoin de son influence. De la sorte, il aurait été encore plus grand. Mais, s’il vivait dans la génération d’Avraham, qui était entouré d’idolâtres et ne cessait de les rapprocher d’Hachem, alors Noa’h n’aurait eu aucune valeur. Car alors, il aurait fauté en ne les influençant pas, tandis qu’Avraham se donnait corps et âme pour les corriger. Comparé à Avraham, Noa’h n’aurait pas eu d’importance.
Cette faute de Noa’h de ne pas faire de son mieux pour améliorer sa génération avait un certain lien avec la faute de sa génération. Nos Sages enseignent que le décret du déluge a été scellé du fait du vol qui y régnait. Or le vol est l’opposé de la bonté. En effet, la bonté c’est le fait de donner aux autres. Le vol, c’est l’extrême opposé. Le vol c’est prendre des autres. Noa’h aussi a fait preuve d’une déficience au niveau de la bonté. Il n’a pas essayé de ramener le monde au repentir pour ainsi les sauver ! C’est cela qui lui était reproché. Et c’est de cela qu’il devait se purifier. Tel était le but de l’arche : purifier Noa’h de cette faute.
En effet, tous les êtres vivants étaient réunis dans cette arche et, comme le dit le Midrash, Noa’h et sa famille n’avait de cesse. Ils s’occupaient constamment de chaque créature, les nourrissant, étanchant leur soif… Ils ne pouvaient même pas s’accorder le luxe de dormir. Ainsi, dans cette arche, ils se parfirent dans la qualité de bonté et de don de soi.
La bonté n’est pas qu’une simple valeur. C’est aussi la base sur laquelle le monde est construit, comme le dit le verset des Psaumes : « Le monde est construit sur la bonté ». Sans bonté, le monde ne peut exister. C’est pourquoi, Hachem le détruisit par le déluge. C’est parce qu’il était empli de vol, l’opposé de la bonté. Pour reconstruire à nouveau le monde, il fallait se perfectionner dans la bonté. C’est ce que Noa’h fit dans cette arche. C’était un lieu d’entraînement et de préparation à la construction d’un nouveau monde, basé sur la bonté. C’était une sorte de maison d’étude, pour y apprendre la bonté. Voilà pourquoi il fallait que Noa’h construise une arche. Ce n’était pas seulement pour y être sauvé du déluge. Pour cela, certes Hachem avait d’autres moyens pour le sauver. C’était surtout pour construire un microcosme où on apprendra et où on se perfectionnera dans l’attribut de bonté. D’une part, pour que Noa’h y purifie et répare son défaut précédent. Mais aussi pour y préparer la constitution du monde qui allait être construit.
A présent, on peut aussi comprendre pourquoi, même lorsque les eaux avaient séché après une année entière, Noa’h ne sortit pas de l’arche. Il attendait qu’Hachem lui enjoigne de sortir, ce qui peut paraître étonnant. En effet, si l’arche n’était là que pour le sauver, alors il aurait pu sortir quand le monde avait séché et qu’il n’avait plus besoin de cette arche pour vivre. Mais comme l’arche venait surtout pour l’entraîner et le corriger dans la qualité de bonté, alors Seul Hachem savait quand sa purification et son entraînement étaient suffisants. Seul Hachem pouvait donc lui dire quand il pouvait sortir. (Basé sur le Assoufat Ma’arakhot)

Le coin ‘Hizouk

Parfois, trop d’humilité peut provoquer que l’homme s’éloigne du service d’Hachem. Car, dans sa modestie à outrance, il ne croit pas que l’être humain, par sa prière et sa Thora, génère un flux de vitalité dans tous les mondes, au point que même les anges se nourrissent de son service d’Hachem. Si seulement l’homme avait foi en tout cela, combien aurait-il servi Hachem avec joie et vigilance ?!
(Baal Chem Tov)

Chabbat Chalom !!!

Lien Permanent pour cet article : https://acjbb-sud.org/index.php/2017/10/19/chabbat-roch-hodech-noah-5778/

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :