Chabbat Lé’h-Lé’ha

Partager :

Paracha Lé’h-Lé’ha / פרשה לך לך

27/28 octobre 2017 – 8 ‘Hechvan 5778 / ח’ חשון ה-תשע’ח

chabbath-pain-et-bougies-1810

Les Horaires :

Vendredi soir :
18h15 : Min’ha suivi de Chir Hachirim, Kabbalat Chabbat et Arvit
18h15 : Allumage des bougies de Chabbat (heure maximum pour l’allumage : 18h20)
D’var Thora par le Rav Mikaël Mouyal

Samedi matin :
09h10 : Cha’harit
D’var Thora par le Rav Mikaël Mouyal
L’office sera suivi d’un Kiddouch.

Samedi après-midi :
17h00 : Cours mixte sur la Paracha par le Rav Mikaël Mouyal.

17h30 : Téhilim – Lecture collective des Téhilim – Alpha/Beta
17h45 : Min’ha
Suivi de la séouda chélichit.
D’var Thora par le Rav Mikaël Mouyal
18h37 : Shquiya / שקעת החמה

Samedi soir :
19h26 : Fin de Chabbat, Arvit et Havdala

Attention, changement d’heure dans la nuit de samedi à dimanche.

Dimanche matin :
08h00 : Cha’harit


Birkat ha-Lévana :

La Birkat Ha-Lévana (prière pour le renouvellement de la lune) pourra être faite entre le samedi soir 28 octobre et le jeudi soir 2 novembre 2017, lorsque la lune est visible.


Beth Hamidrach :

Le Rabbin Didier Kassabi donne un cours de Guemara pour jeunes adultes chaque lundi soir à 20h00 à la Synagogue de Boulogne Billancourt, 43 rue des abondances.


Talmud Thorah :

Les cours de Talmud Torah reprendront à la rentrée. Vous pouvez cependant déjà prendre contact avec le Rabbin Didier Kassabi pour vous renseigner et pour inscrire vos enfants au Talmud Torah.

Les cours ont lieu chaque dimanche (hors période de vacances scolaires) dans l’enceinte de la Synagogue (43 rue des abondances).
L’avenir de nos enfants passent par une éducation juive de qualité que nous devons leur offrir.

Aucun enfant ne doit rester en marge de cette transmission des valeurs de la Torah.

Continuez à inscrire vos enfants. Nous vous attendons nombreux pour les inscriptions auprès du Rabbin Didier Kassabi.

Parlez-en autour de vous. Dites-le autour de vous.


« Les AMIS de la REFOUA » – Visite aux malades :

Des bénévoles de Boulogne proposent aux personnes qui le demandent : l’organisation d’une chaine de lecture de Téhilims pour la guérison de nos malades, de prendre de leurs nouvelles et leur rendre visite dans les hôpitaux.
Ces actions se font dans la plus grande discrétion et s’inscrivent dans le cadre du bénévolat.
Vous pourrez joindre – les AMIS de la REFOUA – au 06.03.75.34.15, ou par courriel à : israelalbert1@gmail.com
Vous pouvez aussi faire partie de ces bénévoles, nous vous remercions par avance.


Sécurité SPCJ :

La sécurité est l’affaire de tous ! Le SPCJ a besoin de chacun d’entre nous !
La protection de la vie communautaire est plus que jamais l’affaire de tous ! Vous en êtes les premiers acteurs ! Votre mobilisation est essentielle et nécessaire !
Si vous souhaitez nous aider à assurer la protection de l’office, rapprochez-vous de nous !
Plus nous serons nombreux à nous mobiliser et assurer des relais de garde, plus nous passerons du temps à prier !


Information ACJBB Boulogne Sud :

Retrouvez toutes les informations de l’office sur : www.acjbb-sud.org.
Si vous souhaitez recevoir par mail la newsletter de l’office, inscrivez-vous en nous envoyant un mail à officeboulognesud@gmail.com.
Retrouvez également toutes les informations sur la page Facebook de l’office : facebook.com/acjbbsud.


Réservation des espaces communautaires :

Vous souhaitez organiser une manifestation (Brith-Mila, Bar-Mitsvah et Bat-Mitsvah, Mariage, Azkara, Soirée Mikvé Kala, etc… ) dans les espaces de la Synagogue de Boulogne, 43 rue des Abondances, contactez M. Alain Chicheportiche 06.95.62.58.41 – alainchicheportiche92@gmail.com

Vous souhaitez réserver la salle de Boulogne Sud, 134 bis rue du point du jour Boulogne Billancourt, contactez M. Patrick Sebban 06.03.02.30.78 – patrick.sebban2@paris.fr


Faire un don :

Pour faire vivre et participer activement à cet office, faites un don par internet ou envoyez vos chèques au 134 bis rue du Point du Jour. Toutes les participations sont bienvenues, les petits ruisseaux faisant de grandes rivières, nous parviendrons, tous ensemble, à faire vivre l’Office de Boulogne Sud.

Tizkou Lé-Mitsvot !!


Dons pour le Centre Culturel de Boulogne Billancourt :

Le nouveau centre culturel sera situé à l’angle des rues Marcel Dassault et d’Anjou. Le permis de construire, déposé en mars à la mairie a été purgé. Les travaux devraient commencer en automne. Il comprendra notamment :

  • Une Synagogue
  • Le Centre Communautaire (CCIBB)
  • Une salle polyvalente
  • et une salle des fêtes

Vous pouvez consulter la plaquette de présentation du Centre Culturel de Boulogne

Etat du dossier

Le projet architectural a été finalisé suite à de multiples réunions du Comité de pilotage. Le projet a maintenant été transmis à plusieurs constructeurs, qui vont remettre leurs projets détaillé dans les prochaines semaines.

Ces projets feront l’objet d’une analyse, puis d’audition des prestataires retenus.

Nous vous aviserons ici de l’état d’avancement d’opération.

Devenez acteur du devenir de la vie juive à Boulogne en faisant un don pour la construction du Centre Culturel de Boulogne. Vous pouvez décider de diriger votre don vers la synagogue ou vers le CCIBB, en nous l’indiquant par message.

Je participe à la collecte pour la construction


Tirage au sort :

Merci à toutes et à tous pour votre générosité et votre participation lors de ces fêtes de Tichri qui ont été riches et intenses.

Afin de vous remercier, nous organisons un tirage au sort pour vous faire gagner un iPhone 8 et 2 Samsung S8 !!!

Pour participer, rien de plus simple, engagez-vous dans un virement mensuel d’un montant minimum de 26 € et pour une durée minimum de un an et prévenez-nous d’un simple mail à officeboulognesud@gmail.com dès sa mise en place.

Vous trouverez toutes les modalités pour mettre en place vos virements mensuels sur cette page.

Nous annoncerons les gagnants lors de l’office le Chabbat Hanouka le 16 décembre et dans la newsletter.

Afin que votre participation soit prise en compte, votre premier virement ou don doit être effectué avant la fin du mois de novembre.

Tizkou la-Mitsvot, que votre générosité soit récompensée !


Dvar Thorah et enseignements :

par le Rav Mikaël Mouyal

Léïlouy Nichmat Yosseph Ben Avraham, Méïr Ben Yaakov, Avraham Ben Mikhaël, ‘Haï Victor Ben Yakouta, Jaqueline Bat Esther et Paula Yakouta Bat Rosette

Le coin ‘Hidouchim

« Va pour toi… vers la terre que Je te montrerai » (12, 1) :

La terre d’Israël est un endroit providentiel où se cachent des secrets spirituels que tout le monde ne peut discerner. Seules des personnes très élevées méritent de percevoir ces mystères. Hachem dit ici à Avraham que lui, méritera de voir ces choses cachées. Tu iras « vers la terre que Je te montrerai ». C’est à dire que Moi, Je te ferai voir cette terre et ses secrets. Ce que tout un chacun ne peut pas voir par ses propres yeux physiques, Moi Je te le révélerai.
(Rav Yaakov Moché ‘Harlap)

« Sépare-toi de moi… Et Lot leva les yeux » (13, 9-10) :

De là, nous voyons combien il faut faire attention aux paroles des Justes. Chacune de leurs paroles sont puissantes et ont une grande influence. Comme le disent nos Sages : « Fais attention à leurs braises », car leurs paroles sont comme du feu. Dès qu’Avraham dit à Lot : « Sépare-toi de moi », juste après, Lot se sépara effectivement d’Avraham. Cette parole d’Avraham eut un grand impact. Et immédiatement, Lot leva les yeux et vit la contrée de Sedom et désira y habiter, se détachant par là avec force d’Avraham, non seulement physiquement, mais aussi spirituellement, se séparant de ses valeurs et de ses enseignements.
(‘Hidouché Harim)

« Je lève la main vers Hachem… Que tu ne dises pas c’est moi qui aie enrichi Avraham ! » (14, 22-23) :

Pourquoi Avraham a-t-il refusé les cadeaux du roi de Sedom alors qu’il a accepté ceux de Pharaon, en Egypte ?
En fait, en Egypte, il reçut des cadeaux sans avoir fait quelque chose de particulier pour les mériter. C’est Pharaon qui les lui donna de lui-même. Ainsi, il ne ressentirait pas d’orgueil de ces cadeaux, se disant : « C’est par ma force que je les ai reçu ».
En revanche, Avraham mena une guerre pour libérer Lot et sauver Sedom. De ce fait, il serait complètement justifié qu’il reçoive une récompense. Mais alors, Avraham risquerait alors d’avoir l’once d’une pensée d’orgueil, s’attribuant le mérite de ces biens. Car c’est bien lui qui a sauvé Sedom. Ceci est en allusion dans le verset. Avraham dit : « Je lève ma main vers Hachem ». Et, parlant à sa main, il lui dit : « Que tu ne dises pas : c’est moi (la main) qui a enrichi Avraham ». C’est ce que Avraham redoutait le plus. A savoir, que “sa main” ressente un peu d’autosuffisance en faisant croire que c’est sa force qui lui a fait mériter cette richesse. Pour éviter cela, Avraham renonça fermement aux cadeaux du roi de Sedom.
(D’après le Yad Hamelekh)

« Je te donnerai Mon alliance entre Moi et toi » (17, 1) :

Les commentateurs s’interrogent. Nos Sages enseignent qu’Avraham a accompli toutes les Mitsvot avant qu’il n’en reçoive l’ordre. Ainsi pourquoi n’en fit-il pas de même pour la Milah (circoncision) ? Pourquoi attendit-il l’ordre ?
De multiples réponses ont été apportées à cette question. Une d’entre elles est que la Mila constitue le sceau du Roi qu’Il a imprimé dans notre chair, du fait que nous sommes Ses enfants. Or, aucune personne ne peut s’approprier le sceau du roi sans son accord et son autorisation. Il fallait donc que ce soit Hachem Lui-Même Qui enjoigne Avraham de se circoncire, lui confiant et lui transmettant par là Son Sceau.
(Rabbi Mena’hem Mendel de Vorka)

Le coin Halakha

Dans un cas où cela représente un besoin pour Chabbat, il sera autorisé de sortir du congélateur un jus congelé (ou autre type de glace) et le laisser à l’air ambiant jusqu’à ce qu’il fonde et devienne liquide. Et si on est un peu pressé, on pourra même accélérer le processus en mettant le jus congelé près du feu à un endroit où il ne pourra pas atteindre la température de “Yad Soledet Bo (environ 45°)” même s’il y reste jusqu’à la fin du Chabbat. On pourra aussi mettre ce jus dans un ustensile que l’on plongera dans de l’eau chaude obtenue en la versant de l’ustensile où elle a été chauffée (Keli Richone) à un deuxième ustensile (Keli Cheni). Seulement il faudra alors veiller à ce que cette eau chaude ne recouvre pas totalement le jus congelé (de par le problème de Hatmana – enfouir). Bien que certains (le Gaon de Tchibin) pensent qu’il est interdit de mettre un liquide au congélateur pour le congeler, car ceci va le transformer (on rentrerait alors dans le problème de Nolad). Mais beaucoup d’autres décisionnaires pensent que c’est permis. De fait, le Chevet Halevi tranche que dans un cas de besoin, on pourra être indulgent et permettre de congeler un liquide.

Le coin histoire

Un jour, Rabbi Zalman de Vologhin était versé dans son étude. Alors, il ressentit un puissant désir de consulter un certain livre. Mais pour l’atteindre, il fallait soulever une grande armoire. En général, pour soulever ce meuble, il fallait trois personnes. Or, Rabbi Zalman se trouvait alors tout seul. Que fit-il ?
Il se mit à marcher dans la chambre en répétant l’enseignement des Sages : « “La Thora n’est pas dans les Cieux” – mais si elle était dans les Cieux, tu aurais alors dû monter la chercher ! » Il répéta ce message plusieurs fois avec une ardeur et un enthousiasme qu’il est impossible de décrire. Et ce, jusqu’à ce qu’il ressente en lui une force puissante. Alors, il courut avec grande hâte vers l’armoire et la souleva avec ses seules forces et prit le livre qu’il voulait.
Cette histoire nous montre combien grande est la force de la volonté. Celui qui veut vraiment quelque chose, ses forces se décuplent et il arrive à faire des choses qu’il est impossible de réaliser en général.

Le coin étude

L’objectif des épreuves

Avraham a dû, tout au long de sa vie, surmonter 10 épreuves, dont la plupart sont relatées dans notre Paracha. Pour comprendre l’objectif et la raison d’être de ces épreuves, il faut savoir que depuis la création du monde, l’image d’Avraham se trouvait déjà En- Haut. Lorsque Avraham est né, il détenait des forces spirituelles très importantes. Avraham devait, dans sa vie se perfectionner et réaliser ses forces et ses potentiels, jusqu’à en venir à ressembler à l’image d’Avraham qui était En-Haut. Il devait, par son travail, s’efforcer de rendre réel ses forces et de les sortir du potentiel à la réalité. D’après le Ramban, c’est cela tout l’objectif des épreuves. Permettre à l’homme de se dépasser et de sortir ses forces du potentiel au réel. En cela, les épreuves élèvent l’homme. Comme l’expliquent les commentateurs, le terme Nissayone (épreuve), vient du mot Ness, qui signifie aussi “étendard”, qui est toujours placé en hauteur. Car, quand un homme surmonte une épreuve, il s’élève et grandit.
Par les 10 épreuves qu’il surmonta, Avraham se perfectionna et ses potentialités passèrent au réel et se révélèrent, au point que sa forme spirituelle d’en-bas correspondit à la forme qu’il avait à l’origine En-Haut. C’est pourquoi, quand Avraham surmonta sa dixième épreuve, celle de la ligature d’Yits’hak, il acheva son travail de perfectionnement. Alors, l’ange l’appela en disant : « Avraham Avraham ». Il prononça son nom à deux reprises. Et le Midrash en explique la raison : « Avraham en haut, et Avraham en bas ». Car une fois qu’il surmonta toutes ses épreuves, alors la dimension qu’il atteint ici-bas s’identifia à celle qu’il avait En-Haut. Il est alors devenu ce qu’il devait devenir, ce qu’il était prévu qu’il devienne.
Un jour, Rabbi Zouchia d’Anipoli s’exclama : « Si dans le Ciel, on me dit : “Pourquoi n’es-tu pas devenu Avraham ou Moché ?”, cela ne me ferait pas peur. Mais je tremblerai si on me dit : “Pourquoi n’es-tu pas devenu Zouchia !” »… Tout l’objectif d’un homme est d’atteindre son essence, ce qu’il doit être. Il doit révéler et réaliser son potentiel. Et c’est à ce but que sont destinées les épreuves. C’est ainsi qu’en introduction aux 10 épreuves, Hachem s’adressa à Avraham et lui dit : « Va pour toi ». Ou, en d’autres termes : « Va vers toi !» Tout son travail doit être d’aller et se diriger vers lui-même, vers ce qu’il est vraiment. On ne reprochera pas à l’homme de ne pas avoir été au dessus de ses potentialités. On lui reprochera uniquement d’avoir été en dessous de ses forces.
Le Midrash explique qu’au moment où Nimrod s’apprêtait à jeter Avraham dans la fournaise, il y eut un tumulte dans le Ciel. Hachem dit : « Si Avraham est une muraille (qui ne bouge pas et est solide), et qu’il surmonte cette épreuve sans faillir, alors Je ferai de lui une forteresse », il méritera que le peuple d’Israël sorte de lui. « Mais s’il est une porte (qui n’est pas stable), et qu’il ne donne pas sa vie pour sa foi, alors nous l’entourerons de fragiles panneaux de cèdre », qui se dégradent facilement.
Rabbi Bounam de Pchis’ha explique ce Midrash. Il dit que certes, Avraham a été créé avec de grandes forces, de rapprocher la terre entière vers Hachem. Il pouvait “raccommoder” la “déchirure”. L’union entre le haut et le bas était décousue et déchirée. Et Avraham avait cette merveilleuse force de “raccommoder” et réunir de nouveau la terre avec le ciel, pour que le monde entier reconnaisse Hachem et s’attache à Lui. Mais toutes ces forces n’étaient que potentielles, et n’étaient pas révélées. Le moment où Avraham fut placé devant l’épreuve où Nimrod allait le jeter dans la fournaise, était décisif. Tout dépendait de ce jour. S’il est ferme comme une muraille et surmonte l’épreuve, alors il méritera d’être le véritable Avraham, le réel, celui qui correspond à celui qui se trouve En- Haut. Mais s’il se comporte comme une porte et renonce à donner sa vie, alors il se dégradera facilement. Cela signifie que s’il ne surmonte pas l’épreuve, alors on lui enlèvera ses forces et ses aptitudes. Car elles lui ont été confiés à l’unique condition de se réaliser par la réussite de l’épreuve. Si l’homme ne surmonte pas l’épreuve, ses forces ne s’étant pas réalisées, on les lui enlève !
Cela nous apprend un grand principe dans le service d’Hachem. Toutes les forces qu’un homme a, sont suspendues. C’est à dire que si nous n’utilisons pas les forces qu’Hachem nous a données pour se parfaire, alors elles se dégraderont et s’évaporeront. A l’image d’Avraham qui est né avec les forces de devenir “Avraham notre patriarche”, avec tout ce que cela représente. Néanmoins, s’il n’avait pas surmonté l’épreuve de la fournaise, alors toutes ses forces auraient disparues. Il en est de même pour chacun.
Ainsi, il arrive souvent que dans leur jeunesse, certaines personnes étaient brillantes et avaient des aptitudes importantes. Mais dans l’âge adulte, on ne voit plus en eux toutes leurs qualités d’antan. C’est qu’en vérité, ils n’ont plus leurs anciennes potentialités. Car ils ne les ont pas développées dans leur jeunesse. Ses forces sont en attente d’être acquises par l’homme. De faire partie de son être. Mais pour y arriver, il ne faut pas renoncer à surmonter l’épreuve. Il faut utiliser ses forces et les intégrer pour ainsi les acquérir et en faire partie de soi. Au démarrage, les aptitudes n’appartiennent pas à l’homme. Elles ne lui sont que confiées et en dépôt. Mais par ses efforts et ses bonnes actions, il va pouvoir les acquérir pour qu’elles deviennent à lui. Parfois, l’homme risque de se dire qu’il est encore jeune et qu’il a encore du temps devant lui. Il se met à penser qu’il utilisera ses forces quand il grandira.Seulement tout cela est un leurre. Car s’il ne réalise pas ses potentialités maintenant, c’est à dire au moment où se présente à lui l’épreuve, et que ses forces attendent d’être révélées, alors il risque de ne plus retrouver ses capacités dans le futur. Comme pour Avraham. Si le jour de l’épreuve de la fournaise, il s’était dit que plus tard il donnera sa vie pour Hachem, alors on lui aura retiré ses forces.
Tout cela nous permet aussi de comprendre pourquoi beaucoup de commentateurs ne comptent pas l’épreuve de la fournaise parmi les 10 épreuves. C’est peut-être parce qu’en vérité, cette épreuve n’est qu’une sorte de préalable aux 10 épreuves qui suivront. La fournaise était l’occasion de tester Avraham pour savoir s’il est prédisposé et s’il est capable de sortir ses forces du potentiel au réel. En d’autres termes, c’était l’occasion de voir si Avraham était prêt à surmonter ses épreuves. S’il n’avait pas réussi l’épisode de la fournaise, cela aurait prouvé qu’il n’a pas la capacité de surmonter les épreuves. Dès lors, les autres épreuves n’auraient pas eu d’intérêt, car il n’aurait pas eu la force de les surmonter. Cette capacité de surmonter les épreuves et de réaliser ses potentialités, c’est cela qui a été déterminée lors de l’épisode de la fournaise. C’était donc uniquement un préalable et une préparation aux 10 épreuves.
(Basé sur le Ohr Guedaliahou)

Le coin ‘Hizouk

De la même façon qu’il faut croire en Hachem, ainsi il faut croire en soi-même. A savoir, que Hachem s’intéresse vraiment à soi et que ses efforts ne sont pas vains, comme un animal qui, après la mort, disparaît complètement. Non ! Il faut croire que son âme émane de la Source de la vie et que Hachem prend du plaisir et se délecte de lui à chaque fois qu’il fait Sa Volonté.
(Tsidkat Hatsadik)

Chabbat Chalom !!!

Lien Permanent pour cet article : https://acjbb-sud.org/index.php/2017/10/26/chabbat-leh-leha-5778/

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :