Chabbat Béhar

Partager :

Paracha Béhar / פרשה בהר

24/25 mai 2019 – 20 Iyar 5779 / כ’ אייר תשע’ט

Début : 21h18 – Fin : 22h39

Les Horaires :

Vendredi soir :
20h05 : Allumage des bougies et entrée de Chabbat (heure maximum pour l’allumage : 21h18)
19h00 : Chir haChirim
19h15 : Min’ha, suivi de Kabbalat Chabbat et Arvit
Dvar Torah par le Rabbin Mickael MOUYAL

Samedi matin :
09h00 : Cha’harit
Dvar Torah par le Rabbin Mickael MOUYAL
L’office sera suivi d’un kiddouch communautaire.

Samedi après-midi :
19h15 : Etude du Alé Chour du Rav Wolbe et cours mixte sur la Paracha par le Rabbin Mickael MOUYAL
20h30 : Téhilim – Lecture collective des Téhilim – Alpha/Beta
20h45 : Min’ha
Suivi de la Séouda Chélichit, des chants de Chabbat et du D’var Torah par le Rabbin Mickael MOUYAL
21h37 : Shquiya / שקעת החמה

Samedi soir :
22h39 : Fin de Chabbat, Arvit et Havdala

Dimanche matin :
08h00 : Cha’harit

Chabbat Chalom !


Carnet de familles :

Bar Mitsvah
מזל טוב
Nous souhaitons un grand Mazal Tov à Tom KERBEL qui fera sa Bar Mitsvah lundi prochain 27 Mai à la synagogue de Puteaux. Nous souhaitons un grand Mazal tov à ses parents Stéphanie & Damien KERBEL ainsi qu’à ses grands-parents Danielle & Patrick KERBEL et à toute sa famille. Chabbat prochain, Tom participera à la lecture de la Paracha de Bé’ḥoukotaï et à la Téfila pour célébrer sa Bar Mitsvah à l’ACJBB Boulogne SUD.

Mariage
מזל טוב
Nous sommes heureux d’annoncer le mariage de Jacques AMSELEM avec Caroline CHERAKI ce dimanche. Nous souhaitons un grand Mazal Tov aux parents, aux grands-parents, ainsi qu’aux familles AMSELEM, GUETTA, CHERAKI et WEITZ. Nous souhaitons beaucoup de bonheur à Caroline et Jacques, puissent-ils construire un Bayit Nééman bé-Israël.

Naissance
מזל טוב
Nous sommes heureux d’annoncer la naissance d’un petit garçon chez Loren et Nati DORAI. Nous souhaitons un Réfoua Chéléma à maman et au bébé. Nous souhaitons un grand Mazal Tov aux parents, aux grands-parents, Aline et Josué BETTAN, ainsi qu’à toute la famille DORAI et BETTAN.

Décès
ברוך דיין האמת
Les prières des 7 jours de Mordekhay ben Gracia (ז »ל) le frère de notre ami Alain Sabbah auront lieu dimanche soir 26 Mai à 19h45 au domicile de Alain Sabbah au 1 rue Neuve St Germain 1er étage (au niveau du 103 rue du Point du jour) Boulogne Billancourt. Les prières seront suivies d’une Séouda.
Nous renouvelons nos plus sincères condoléances et l’expression de notre parfaite amitié à Alain et à toute sa famille.

Nous avons également appris avec tristesse le décès cette semaine de Zohar bat Hassiba Hennedan née Toledano (ז »ל) la maman de notre amie Karen WEIC.
Nous renouvelons nos plus sincères condoléances et l’expression de notre parfaite amitié à Karen et à toute sa famille.

Nous avons également appris avec tristesse le décès cette semaine Mamah bat Julie Attali (ז »ל), la maman de notre amie Chantal Lévy.
Nous renouvelons nos plus sincères condoléances et l’expression de notre parfaite amitié à Chantal et à toute sa famille.


Offices et cours de la semaine à la Synagogue :

43 rue des abondances

Cha’harit – 1er office :
6h55 : Lundi et jeudi
7h00 : Mardi, mercredi et vendredi
8h00 : Dimanche et jours fériés

Cha’harit – 2ème Office :
7h45 : dans la Soucah/Pergola
suivi d’une étude par le Rabbin Didier Kassabi du lundi au jeudi, et par le Rav Avner Ibgui le vendredi

Min’ha suivi de Arvit :
19h45 : du dimanche au jeudi


Beth Hamidrach :

Le Rabbin Didier Kassabi donne un cours de Guémara pour jeunes adultes chaque lundi soir à 20h00 à la Synagogue de Boulogne Billancourt, 43 rue des abondances.

Retrouvez tous les cours du Rabbin Kassabi sur cette page !!


Talmud Thorah :

Les cours ont lieu chaque dimanche (hors période de vacances scolaires) dans l’enceinte de la Synagogue (43 rue des abondances).
L’avenir de nos enfants passent par une éducation juive de qualité que nous devons leur offrir.

Aucun enfant ne doit rester en marge de cette transmission des valeurs de la Torah.

Continuez à inscrire vos enfants. Nous vous attendons nombreux pour les inscriptions auprès du Rabbin Didier Kassabi.


Assemblée générale de l’ACJBB :

L’assemblée générale de l’Association culturelle juive de Boulogne-Billancourt (ACJBB) aura lieu le jeudi 13 juin à 20h00 dans l’Espace communautaire de la Synagogue de Boulogne, 43 rue des Abondances (entre par la rue de l’Abreuvoir)

Ordre du jour :

  • Rapport moral
  • Rapport financier ACJBB par le Trésorier
  • Rapports du Commissaire aux comptes sur les Comptes 1CJBB au 31/12/2018
  • Rapport financier ACIP-BOULOGNE par le Trésorier
  • Etat des finances et du fonctionnement de l’office ACJBB-Sud
  • Présentation du Centre culturel juif de Boulogne
  • Message du Président

Conformément aux statuts de l’association, la convocation à l’AG par email est autorisée. Cette annonce tient donc lieu de convocation.
Si vous souhaitez poser des questions au Président, au Conseil d’administration ou au Commissaire aux comptes, vous pouvez le faire en cliquant sur ce lien. Les réponses vous seront apportées au cours de l’AG.


Participez à l’écriture d’un Sefer Torah à la mémoire d’Elie Botbol :

La Communauté juive de Boulogne-Billancourt, s’associe au projet de la famille d’Elie (ז״ל) et vous propose de participer à l’écriture du Sefer Tora qui sera écrit à la mémoire et pour l’élévation de l’âme de notre cher ami Eliahou ben Aaron ve Ra’hel BOTBOL (ז״ל)

Le Sefer Tora sera inauguré sDv pour à l’issue de la première année de deuil.
Chaque lettre est à acquérir pour un montant de 52€, et donne droit à un reçu Cerfa.
Vous pouvez acquérir une ou plusieurs lettres, un Passouk ou une Paracha dans ce Sefer Tora.

Tizkou leMitsvoth !

Je participe au Sefer Tora à la mémoire d’Elie Botbol (ז״ל)


« Les AMIS de la REFOUA » – Visite aux malades :

Des bénévoles de Boulogne proposent aux personnes qui le demandent : l’organisation d’une chaine de lecture de Téhilims pour la guérison de nos malades, de prendre de leurs nouvelles et leur rendre visite dans les hôpitaux.
Ces actions se font dans la plus grande discrétion et s’inscrivent dans le cadre du bénévolat.
Vous pourrez joindre – les AMIS de la REFOUA – au 06.03.75.34.15, ou par courriel à : israelalbert1@gmail.com
Vous pouvez aussi faire partie de ces bénévoles, nous vous remercions par avance.


Information ACJBB Boulogne Sud :

Retrouvez toutes les informations de l’office sur : www.acjbb-sud.org.
Si vous souhaitez recevoir par mail la newsletter de l’office, inscrivez-vous en nous envoyant un mail à officeboulognesud@gmail.com.
Retrouvez également toutes les informations sur la page Facebook de l’office : facebook.com/acjbbsud et sur Twitter : twitter.com/acjbbsud.


Sécurité SPCJ :

La sécurité est l’affaire de tous ! Le SPCJ a besoin de chacun d’entre nous !
La protection de la vie communautaire est plus que jamais l’affaire de tous ! Vous en êtes les premiers acteurs ! Votre mobilisation est essentielle et nécessaire !
Si vous souhaitez nous aider à assurer la protection de l’office, rapprochez-vous de nous !
Plus nous serons nombreux à nous mobiliser et assurer des relais de garde, plus nous passerons du temps à prier !


Réservation des espaces communautaires :

Vous souhaitez organiser une manifestation (Brith-Mila, Bar-Mitsvah et Bat-Mitsvah, Mariage, Azkara, Soirée Mikvé Kala, etc… ) dans les espaces de la Synagogue de Boulogne, 43 rue des Abondances, contactez M. Alain Chicheportiche 06.95.62.58.41 – alainchicheportiche92@gmail.com

Vous souhaitez réserver la salle de Boulogne Sud, 134 bis rue du point du jour Boulogne Billancourt, contactez M. Patrick Sebban 06.03.02.30.78 – patrick.sebban2@paris.fr


Mikvé :

Mikvé pour les femmes
Le Mikvé est ouvert tous les soirs, du dimanche au jeudi 10 minutes avant l’heure de la fin du Chabbat précédent, pendant 1h30.
Le samedi soir, le mikvé ouvre 1h après la fin de Chabbat, pendant 1h30.
Pour les vendredis soirs et soirs de fête, prendre rendez-vous avec Mme Kassabi, au moins 2 jours avant au 06 22 76 15 04.

Mikvé vaisselle
Le Mikvé Kélim est ouvert tous les matins du dimanche au vendredi depuis l’heure de la Téfila jusqu’à midi.


Faire un don :

Pour faire vivre et participer activement à cet office, faites un don par internet ou envoyez vos chèques au 134 bis rue du Point du Jour. Toutes les participations sont bienvenues, les petits ruisseaux faisant de grandes rivières, nous parviendrons, tous ensemble, à faire vivre l’Office de Boulogne Sud.

Tizkou Lé-Mitsvot !!


Dons pour le Centre Culturel de Boulogne Billancourt :

Le nouveau centre culturel sera situé à l’angle des rues Marcel Dassault et d’Anjou. Le permis de construire, déposé en mars à la mairie a été purgé. Les travaux devraient commencer prochainement. Il comprendra notamment :

  • Une Synagogue
  • Le Centre Communautaire (CCIBB)
  • Une salle polyvalente
  • Une salle des fêtes
  • Et un Mikvé

Vous pouvez consulter la plaquette de présentation du Centre Culturel de Boulogne

Etat du dossier

Nous finalisons la rédaction des contrats et l’analyse financière et technique des détails de la construction. Le contrat de construction devrait être signé ce mois-ci.

Nous organiserons une cérémonie de début de chantier à laquelle vous serez tous conviés.

Parallèlement, nous travaillons sur le financement du projet.

Nous continuerons de vous aviser ici de l’état d’avancement des opérations.

Devenez acteur du devenir de la vie juive à Boulogne en faisant un don pour la construction du Centre Culturel de Boulogne. Vous pouvez décider de diriger votre don vers la synagogue ACJBB ou vers le CCIBB, en nous l’indiquant par message.

Si vous avez des question, envoyez-nous un message !

Je participe à la collecte pour la construction


Le Rabbin Kassabi : « A l’origine, Béréchit » sur France 2 :

A l’occasion des 20 ans du Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme, le Rabbin Didier Kassabi vous ouvre les portes du musée pour une visite privée, accompagné de son directeur Paul Salmona. C’est ce dimanche 26 mai à partir de 9h15 sur France 2!


CCIBB – Réunion d’informations Oulpan / septembre 2019 :

Le Centre Communautaire Israélite de Boulogne Billancourt, en association avec l’OSM (Organisation Sioniste Mondiale) vous propose une nouvelle formule d’Oulpan à partir de septembre 2019.

Venez nombreuses et nombreux à la réunion d’informations qui se tiendra le mercredi 12 juin 2019 à 20h00 au CCIBB, 20 ter rue des Peupliers, 92100 Boulogne Billancourt.

Informations et inscriptions : Jonathan : 06.21.07.17.09 / boulogne.ccibb@gmail.com


CCIBB – Centre de Loisirs Été 2019 :

Les directeurs du Centre de loisirs Anne-Marie AMSALLEM et Jonathan CAHEN, ainsi que la fantastique équipe d’animation accueilleront pour les prochaines vacances du 8 au 26 juillet 2019 vos enfants de 6 à 13 ans dans une ambiance juive exceptionnelle !!!

Le programme, toujours diversifié, alliera loisirs, sports, culture et identité juive.


Au programme : Parc Astérix, Parc St Paul, Mer de Sable, France Miniature, Bateaux mouches et autres sorties … Stage de hip-hop, stages sportifs, jeux, ateliers artistiques, maccabiades, journée israélienne et de nombreuses surprises …

145 € la semaine (possibilité de bourse) – Places limitées
Informations et réservations auprès de Jonathan 06.21.07.17.09 ou sur ccibb.net.


Dvar Thorah et enseignements :

par le Rav Mikaël Mouyal

Léïlouy Nichmat Avraham Ben Mikhaël, ‘Haï Victor Ben Yakouta, Jaqueline Bat Esther et Paula Yakouta Bat Rosette

Le coin ‘Hidouchim

« Hachem parla à Moché au mont Sinaï » (25, 1) :

Les commentateurs se demandent pourquoi la Thora explicite spécifiquement que la Mitsva de la Chemita a été dite au mont Sinaï ?
En fait, le mont Sinaï a été choisi par Hachem pour y donner la Thora du fait de sa modestie. On apprend de là que quand on se diminue, on devient plus grand. Il en est de même par rapport à la Chemita. Certains pourraient se demander comment vivront-ils si pendant toute une année ils ne travaillent pas la terre. La réponse se trouve dans le mont Sinaï. De même que celui-ci a été béni de par son humilité, ainsi les années qui suivent la Chemita seront bénies du fait de ne pas y travailler la terre. Le point commun entre le mont Sinaï et la Chemita est donc que dans les deux cas, le manque crée la bénédiction. (Ben Ich ‘Haï)

« Qu’un homme ne trompe pas son frère » (25, 14) :

Cet interdit de tromper son prochain dans une affaire commerciale suit immédiatement le passage de la Chemita (repos de la terre de la septième année) et du Yovel (repos et libération de la 50ème année). Quel en est le lien ?
En fait, la Chemita et le Yovel sont des moments où on cesse tout travail agricole. Or, l’agriculture était à l’époque la base de la subsistance. Ainsi, ces années viennent renforcer l’homme dans sa confiance en Hachem, en Qui il doit avoir la foi totale qu’Il continuera à le nourrir même s’il cesse tout activité professionnelle. Celui qui a ainsi comprit que la subsistance vient d’Hachem, en viendra naturellement à être honnête dans ses affaires et ne trompera pas ses clients, car il saura que sa réussite ne vient pas de sa ruse et ses manigances mais uniquement de la Bénédiction Divine. (Sefarim)

« Vous êtes des étrangers et résidents avec Moi » (25, 23) :

Ce verset est étonnant car l’étranger et l’opposée du résident ?!
En fait, Hachem dit dans ce verset que le peuple Juif et Lui, se partagent les titres d’étranger et de résident. Si les Juifs se sentent étrangers dans ce monde, conscients de la précarité de la vie et que ce monde n’est qu’un passage pour accéder au monde futur, alors Hachem sera Résident et résidera parmi eux. Mais si on se sent être des résidents fixes dans ce monde, comme si la vie sur terre était pour toujours, alors Hachem deviendra un Étranger, et retirera Sa Présence du peuple Juif, D.ieu Préserve. (Ohel Yaacov)

« Tu ne prendras pas d’intérêts (sur tes prêts) et tu craindras ton D.ieu » (25, 37) :

Pourquoi la Thora juxtapose l’interdit de prêter à intérêt du fait de craindre Hachem ?
En fait, Hachem, dans Sa grande Bonté, est patient avec l’homme et ne le punit pas comme la rigueur l’exigerait. Néanmoins, Hachem se comporte avec l’homme mesure pour mesure. Ainsi, si un homme prêterait à intérêt et demanderait à son emprunteur de payer plus que ce qu’il doit, alors Hachem Lui aussi se comportera à l’identique avec lui. Il lui fera payer ses fautes plus que ce qu’Il souhaitait le faire au départ dans Sa Bonté. Ainsi, Hachem le punira avec bien plus de rigueur. En cela, l’homme devrait redouter de prêter avec des intérêts, de crainte qu’Hachem aussi lui fasse payer ses fautes avec bien plus de rigueur qu’en temps normal. (Thorat Maharits)

« Et vos frères, enfants d’Israël, ne les dominez pas avec dureté » (25, 46) :

Ce verset nous enseigne qu’un maître ne doit pas demander à son esclave hébreu de faire pour lui un travail inutile, dont il n’a pas en réalité besoin. Mais pourquoi la Thora envisage-t-elle qu’un maître normal, c’est à dire non cruel, ferait une telle chose ?
En fait, les commentateurs expliquent que la libération d’un esclave par son maître est une sorte de souvenir voire même de reproduction de la sortie d’Egypte. Or, les égyptiens ont imposé, dans leur cruauté, aux Hébreux des travaux inutiles. Un maître Juif pourrait donc user de piété mal placée et, pour reproduire le schéma de la sortie d’Egypte, au moment où il libérera son esclave, il cherchera à le libérer également de travaux inutiles, dont il n’a pas besoin. Car seulement alors cette libération ressemblera totalement à la sortie d’Egypte. C’est ainsi que la Thora recommande au maître de ne pas avoir de telles idées et que cela ne constitue en réalité qu’une piété insensée. La Thora trouve donc le besoin d’interdire d’imposer aux esclaves des travaux inutiles. (‘Hatam Sofer)

« Selon ses années, il rendra sa délivrance » (25, 52) :

Le terme “délivrance” et ses déclinaisons, apparaissent 19 fois dans notre Paracha, allusion aux 19 bénédictions de la Amida (prière récitée debout). Cela vient évoquer la loi instituée par nos Sages selon laquelle il faut juxtaposer immédiatement la bénédiction de la délivrance (Gaal Israël) à la récitation de la Amida. Aucune interruption ne doit les séparer. (Baal Hatourim)

« Mes Chabbat vous garderez et Mon Sanctuaire vous craindrez » (26, 2) :

Nos Sages enseignent que si le peuple Juif respectaient deux Chabbat, ils seraient immédiatement délivrés. Or, si le respect de deux Chabbat amène la délivrance, encore plus qu’il préserverait de l’exil et de la destruction du Temple qui est liée à l’exil. Cela est en allusion dans ce verset. Si « Mes Chabbat (au pluriel : allusion à deux Chabbat) vous garderez », alors « Mon Sanctuaire vous craindrez » et vous éviterez sa destruction. (Melo Haomer)

Le coin étude

La Mitsva de la Chemita (arrêt de tout travail agricole la septième année) est présentée dans la Thora comme ayant été dite au mont Sinaï. Rachi se demande pourquoi la Thora relie spécifiquement la Chemita avec le mont Sinaï. Et il répond que la Thora enseigne par là que de même que la Chemita a été donnée dans tous ses détails au mont Sinaï, il en est de même pour toutes les autres Mitsvot.
Mais on peut encore se demander pourquoi est-ce juste la Chemita qui a été choisie pour être la référence pour les autres Mitsvot ?
En fait, nos Sages enseignent que toutes les Mitsvot ont été transmises à trois reprises : sur le mont Sinaï, auprès du Michkan, et dans les plaines de Moav juste avant l’entrée en terre sainte. Mais pourquoi avoir besoin de cette triple répétition ?
C’est que quand les Juifs se sont tenus devant le mont Sinaï, leur mauvais penchant avait disparu et ils étaient revenus au niveau d’Adam avant la faute. A ce stade, ils étaient purs de toute faute. Leur seul et unique occupation n’était alors que de s’investir dans l’étude de la Thora et dans le service d’Hachem, sans avoir aucun besoin de s’occuper d’aucune forme de travail matériel. Mais après ce niveau idéal, ils commirent la faute du veau d’or et chutèrent. Mais malgré tout, ils restèrent accompagnés de Moché et menèrent une vie miraculeuse, se nourrissant de la Manne… Seulement, Moché dut mourir dans le désert et les Juifs allaient entrer en Israël sans lui, perdant cette grandeur.
C’est pourquoi, à chacun de ses états, il fallait enseigner la Thora de nouveau au peuple, pour leur montrer que la Thora les concerne dans tous leurs niveaux. Mais d’après cela, s’il y a bien une Mitsva qui ne devait pas être donnée au mont Sinaï, c’est bien la Mitsva de la Chemita. En effet, comme on l’a dit, devant le mont Sinaï, les Juifs ont atteint le niveau d’Adam avant la faute. A ce niveau, Adam n’avait aucun besoin de travailler la terre, puisque la nécessité d’un tel travail apparut suite à la faute, lorsque Adam reçut la malédiction : « Tu mangeras le pain à la sueur de ton front ». Sa seule occupation était uniquement le Service Divin. Dans un tel contexte, il est clair que la Mitsva de la Chemita n’a pas sa place. Cette Mitsva concerne un état où les Juifs ont des champs qu’ils travaillent pendant six ans. Et que du fait de ce travail, il n’est pas si simple de trouver du temps pour étudier la Thora. C’est dans ce cadre qu’Hachem donna la Chemita, pour se libérer de ses activités pendant un an, et pouvoir être disponible pour le service Divin.
Mais, dans le niveau que les Juifs avaient atteint devant le mont Sinaï, la notion d’occupation matérielle et agricole n’existait pas. De la sorte, quelle est la place de la Chemita qui consiste à se libérer un an de son travail, pour se consacrer à la Thora ?
C’est d’ailleurs peut-être cela la profondeur de la question de Rachi de savoir pourquoi la Thora relie-t-elle la Chemita au mont Sinaï.
C’est que, sous entendu, la Chemita semble être la Mitsva la moins adaptée au Sinaï ! La réponse est que cela vient apprendre que même quand on a atteint des hauteurs spirituelles où le mauvais penchant n’a plus de prise, même quand la matérialité n’a plus d’existence, malgré tout, il faut toujours garder à l’esprit que l’on peut retomber. Comme le dit la Michna : « N’aie pas confiance en toi jusqu’au jour de ta mort ». Il faut toujours redouter la faute, peu importe la sainteté atteinte. C’est pourquoi, même au mont Sinaï, quand le niveau atteint rendait impossible toute occupation matérielle, malgré tout la Thora transmet la Mitsva de la Chemita, car la chute est possible et il faut l’envisager, d’où le besoin de parler malgré tout de la Chemita. Et si l’homme n’est pas à l’abri de la faute, même quand il se trouve au niveau du mont Sinaï, alors encore plus que « toutes les autres Mitsvot également ont été enseignées au mont Sinaï » (c’est cela la réponse de Rachi). En effet, le Zohar enseigne que toutes les Mitsvot sont des conseils contre le mauvais penchant. Et même si un homme se sent élevé au point d’être protégé du mauvais penchant, même s’il imagine ne pas avoir besoin de toutes les Mitsvot, qu’il tire leçon de la Mitsva de la Chemita ! Si même cette Mitsva a été donnée au mont Sinaï, c’est qu’il faut toujours redouter la chute, même quand on est tout en haut. On apprendra donc de la Chemita qui a néanmoins été dite au mont Sinaï, qu’à plus forte raison, les autres Mitsvot viennent du mont Sinaï. Elles sont aussi nécessaires, même si on est au niveau du Sinaï !

Le coin Halakha

Il est interdit de s’interrompre par toute parole entre la mise des Tefilin de la mains et de celles de la tête. S’il a parlé, il devra réciter la bénédiction de “Al Mitsvat Tefilin” avant de mettre les Tefilin de la tête. Les Achkenazes réciteront aussi une deuxième fois “Léhania’h Tefilin” en premier. De même, on veillera à ne faire aucune interruption entre les 2 Tefilin, même silencieusement, par des signes de la main ou des yeux…, et même en laissant passer du temps, ou en remettant sa manche. Mais, on ne récitera la (ou les) bénédiction(s) avant de mettre les Tefilin de la tête que si on a prononcé une parole. Il est d’ailleurs préférable ne ne faire aucune interruption jusqu’à avoir terminé d’enrouler les lanières sur la main (après avoir posé les Tefilin de la tête). Même si on entend un Kadich, une Kedoucha, ou autre Mitsva, on ne répondra pas avant d’avoir mis les Tefilin de la tête, mais on se concentrera sur la réponse des fidèles. Et si on a quand même répondu au Kadich, Kedoucha ou autre Mitsva, on ne dira pas la (ou les) bénédiction(s) sur les Tefilin de la tête. Néanmoins, entre les 2 Tefilin de Rabbénou Tam, on pourra répondre au Kadich ou autre Mitsva.

Le coin histoire

Chaque Roch ‘Hodech (début de mois), Rav Aryé Levin visitait un certain patient dans un hôpital psychiatrique. Un jour qu’il s’y rendit avec son fils, celui-ci lui demanda pourquoi allait-il voir spécifiquement ce malade. Son père lui expliqua : « Un jour où je me rendit dans cet hôpital, j’aperçus que ce patient était frappé et maltraité par l’équipe médical. Quand j’ai demandé pourquoi, on m’expliqua que parfois, ils tapent un malade en crise. Mais quand un patient a de la famille, ils ne le frappent pas, de peur des plaintes des proches. Or, ce malade n’a pas de famille. Ils le frappent donc sans crainte ». Le Rav conclut : « Quand j’entendis cela, je dis à l’équipe que je suis de la famille de cet homme et qu’ils doivent s’en occuper avec attention. Et depuis ce jour, je viens régulièrement visiter ce patient qui est “de ma famille”. Et j’ai remarqué que les infirmiers aussi s’en occupent avec bien plus d’égards. »
Ce récit illustre le niveau de bonté et de sensibilité de nos Maîtres. Jusqu’à où sont-ils prêts à donner de leur temps et de leurs efforts pour aider un inconnu et le considérer comme un proche. Apprenons de là pour déjà encore plus respecter et aimer nos vrais proches.

Le coin ‘Hizouk

Même si on s’est grandement éloigné, on ne désespérera jamais du repentir, car le désespoir n’existe pas pour le peuple Juif. C’est ainsi que le peuple Juif a été bâti par la naissance d’Yts’hak, quand ses parents étaient déjà très âgés, sa mère était stérile, et que tout espoir était perdu. Et même là, Yts’hak est né. Car le désespoir n’existe pas pour un Juif et Hachem peut toujours aider et sauver. (Divré Sofrim)


Chabbat Chalom !

Lien Permanent pour cet article : https://acjbb-sud.org/index.php/2019/05/22/chabbat-behar-5779/

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :