Chabbat Nasso

Partager :

Paracha Nasso / פרשה נשא

14/15 juin 2019 – 12 Sivan 5779 / י’ב סיון ה-תשע’ט

Début : 21h37 – Fin : 23h02

Les Horaires :

Vendredi soir :
20h20 : Allumage des bougies et entrée de Chabbat (heure maximum pour l’allumage : 21h37)
19h15 : Chir haChirim
19h30 : Min’ha, suivi de Kabbalat Chabbat et Arvit
Dvar Torah par le Rabbin Mickael MOUYAL

Samedi matin :
09h00 : Cha’harit
Dvar Torah par le Rabbin Mickael MOUYAL
L’office sera suivi d’un kiddouch

Samedi après-midi :
19h30 : Etude du Alé Chour du Rav Wolbe et cours mixte sur la Paracha par le Rabbin Mickael MOUYAL
21h00 : Téhilim – Lecture collective des Téhilim – Alpha/Beta
21h15 : Min’ha
Suivi de la Séouda Chélichit, des chants de Chabbat et du D’var Torah par le Docteur Elie BOTBOL sur le thème « Transmission de la filiation et de l’identité religieuse dans les PMA et GPA ».
21h55 : Shquiya / שקעת החמה

Samedi soir :
23h02 : Fin de Chabbat, Arvit et Havdala

Dimanche matin :
08h00 : Cha’harit

Chabbat Chalom !


Carnet de familles :

Naissances
מזל טוב
Nous avons la joie d’annoncer la naissance d’une petite fille chez Daniel et Joanna Elkabetz. Nous souhaitons Réfouah Chéléma à la maman et au bébé et adressons un grand Mazal Tov aux parents, aux grands-parents, nos amis Linda et Michel BOUSSIDAN et à toute la famille !

Nous avons également la joie d’annoncer la naissance d’une petite fille chez Julien et Johanna Ditchi. Nous souhaitons Réfouah Chéléma à la maman et au bébé et adressons un grand Mazal Tov aux parents, aux grands-parents, nos amis Danielle et Alain Floury et à toute la famille.


Birkat ha-Lévana :

La Birkat ha-Lévana (prière pour le renouvellement de la lune) pourra être récitée entre le lundi 10 juin au soir et le dimanche 16 juin 2019 au soir, lorsque la lune est visible.


Offices et cours de la semaine à la Synagogue :

43 rue des abondances

Cha’harit – 1er office :
6h55 : Lundi et jeudi
7h00 : Mardi, mercredi et vendredi
8h00 : Dimanche et jours fériés

Cha’harit – 2ème Office :
7h45 : dans la Soucah/Pergola
suivi d’une étude par le Rabbin Didier Kassabi du lundi au jeudi, et par le Rav Avner Ibgui le vendredi

Min’ha suivi de Arvit :
20h00 : du dimanche au jeudi


Beth Hamidrach :

Le Rabbin Didier Kassabi donne un cours de Guémara pour jeunes adultes chaque lundi soir à 20h00 à la Synagogue de Boulogne Billancourt, 43 rue des abondances.

Retrouvez tous les cours du Rabbin Kassabi sur cette page !!


Talmud Thorah :

Les cours ont lieu chaque dimanche (hors période de vacances scolaires) dans l’enceinte de la Synagogue (43 rue des abondances).
L’avenir de nos enfants passent par une éducation juive de qualité que nous devons leur offrir.

Aucun enfant ne doit rester en marge de cette transmission des valeurs de la Torah.

Continuez à inscrire vos enfants. Nous vous attendons nombreux pour les inscriptions auprès du Rabbin Didier Kassabi.


Conférence du Docteur Elie botbol :

Chabbat 15 juin 2019 à 20h10, à la Synagogue de Boulogne
Conférence sur le thème Bioéthique et judaïsme : quel monde voulons-nous pour demain?


Conférence du Rav Emmanuel Bensimon :

Venez nombreuses et nombreux à la conférence du Rav Emmanuel Bensimon sur le thème « Etre maître de son destin ? », ce dimanche 16 juin à 20h30 à la Synagogue de Boulogne Billancourt.


Participez à l’écriture d’un Sefer Torah à la mémoire d’Elie Botbol :

La Communauté juive de Boulogne-Billancourt, s’associe au projet de la famille d’Elie (ז״ל) et vous propose de participer à l’écriture du Sefer Tora qui sera écrit à la mémoire et pour l’élévation de l’âme de notre cher ami Eliahou ben Aaron ve Ra’hel BOTBOL (ז״ל)

Le Sefer Tora sera inauguré sDv pour à l’issue de la première année de deuil.
Chaque lettre est à acquérir pour un montant de 52€, et donne droit à un reçu Cerfa.
Vous pouvez acquérir une ou plusieurs lettres, un Passouk ou une Paracha dans ce Sefer Tora.

Tizkou leMitsvoth !

Je participe au Sefer Tora à la mémoire d’Elie Botbol (ז״ל)


« Les AMIS de la REFOUA » – Visite aux malades :

Des bénévoles de Boulogne proposent aux personnes qui le demandent : l’organisation d’une chaine de lecture de Téhilims pour la guérison de nos malades, de prendre de leurs nouvelles et leur rendre visite dans les hôpitaux.
Ces actions se font dans la plus grande discrétion et s’inscrivent dans le cadre du bénévolat.
Vous pourrez joindre – les AMIS de la REFOUA – au 06.03.75.34.15, ou par courriel à : israelalbert1@gmail.com
Vous pouvez aussi faire partie de ces bénévoles, nous vous remercions par avance.


Information ACJBB Boulogne Sud :

Retrouvez toutes les informations de l’office sur : www.acjbb-sud.org.
Si vous souhaitez recevoir par mail la newsletter de l’office, inscrivez-vous en nous envoyant un mail à officeboulognesud@gmail.com.
Retrouvez également toutes les informations sur la page Facebook de l’office : facebook.com/acjbbsud et sur Twitter : twitter.com/acjbbsud.


Sécurité SPCJ :

La sécurité est l’affaire de tous ! Le SPCJ a besoin de chacun d’entre nous !
La protection de la vie communautaire est plus que jamais l’affaire de tous ! Vous en êtes les premiers acteurs ! Votre mobilisation est essentielle et nécessaire !
Si vous souhaitez nous aider à assurer la protection de l’office, rapprochez-vous de nous !
Plus nous serons nombreux à nous mobiliser et assurer des relais de garde, plus nous passerons du temps à prier !


Réservation des espaces communautaires :

Vous souhaitez organiser une manifestation (Brith-Mila, Bar-Mitsvah et Bat-Mitsvah, Mariage, Azkara, Soirée Mikvé Kala, etc… ) dans les espaces de la Synagogue de Boulogne, 43 rue des Abondances, contactez M. Alain Chicheportiche 06.95.62.58.41 – alainchicheportiche92@gmail.com

Vous souhaitez réserver la salle de Boulogne Sud, 134 bis rue du point du jour Boulogne Billancourt, contactez M. Patrick Sebban 06.03.02.30.78 – patrick.sebban2@paris.fr


Mikvé :

Mikvé pour les femmes
Le Mikvé est ouvert tous les soirs, du dimanche au jeudi 10 minutes avant l’heure de la fin du Chabbat précédent, pendant 1h30.
Le samedi soir, le mikvé ouvre 1h après la fin de Chabbat, pendant 1h30.
Pour les vendredis soirs et soirs de fête, prendre rendez-vous avec Mme Kassabi, au moins 2 jours avant au 06 22 76 15 04.

Mikvé vaisselle
Le Mikvé Kélim est ouvert tous les matins du dimanche au vendredi depuis l’heure de la Téfila jusqu’à midi.


Faire un don :

Pour faire vivre et participer activement à cet office, faites un don par internet ou envoyez vos chèques au 134 bis rue du Point du Jour. Toutes les participations sont bienvenues, les petits ruisseaux faisant de grandes rivières, nous parviendrons, tous ensemble, à faire vivre l’Office de Boulogne Sud.

Tizkou Lé-Mitsvot !!


Dons pour le Centre Culturel de Boulogne Billancourt :

Le nouveau centre culturel sera situé à l’angle des rues Marcel Dassault et d’Anjou. Le permis de construire, déposé en mars à la mairie a été purgé. Les travaux devraient commencer prochainement. Il comprendra notamment :

  • Une Synagogue
  • Le Centre Communautaire (CCIBB)
  • Une salle polyvalente
  • Une salle des fêtes
  • Et un Mikvé

Vous pouvez consulter la plaquette de présentation du Centre Culturel de Boulogne

Etat du dossier

La négociation avec Eiffage construction est terminée, les contrats sont prêts à être signés. Pour permettre la construction de la première tranche, il reste à finaliser le financement. Plusieurs subventions et financements sont en cours de décision (Conseil Régional, Conseil départemental, Fondation Rothschild, Banque, etc.).

Il faut aussi recueillir des dons !

Les dons déductibles de l’IRPP peuvent être faits par chèque ou par don sécurisés en ligne sur HelloAsso, http://bit.ly/2K1u8cX . Les reçus CERFA sont délivrés immédiatement par e-mail.
Par courrier en adressant un chèque à Synagogue de Boulogne – 43 rue des Abondances – 92100 Boulogne, à l’ordre de ACJBB-Construction

Nous continuerons de vous aviser ici de l’état d’avancement des opérations.

Devenez acteur du devenir de la vie juive à Boulogne en faisant un don pour la construction du Centre Culturel de Boulogne. Vous pouvez décider de diriger votre don vers la synagogue ACJBB ou vers le CCIBB, en nous l’indiquant par message.

Si vous avez des question, envoyez-nous un message !

Je participe à la collecte pour la construction


CCIBB – Centre de Loisirs Été 2019 :

Les directeurs du Centre de loisirs Anne-Marie AMSALLEM et Jonathan CAHEN, ainsi que la fantastique équipe d’animation accueilleront pour les prochaines vacances du 8 au 26 juillet 2019 vos enfants de 6 à 13 ans dans une ambiance juive exceptionnelle !!!

Le programme, toujours diversifié, alliera loisirs, sports, culture et identité juive.


Au programme : Parc Astérix, Parc St Paul, Mer de Sable, France Miniature, Bateaux mouches et autres sorties … Stage de hip-hop, stages sportifs, jeux, ateliers artistiques, maccabiades, journée israélienne et de nombreuses surprises …

145 € la semaine (possibilité de bourse) – Places limitées
Informations et réservations auprès de Jonathan 06.21.07.17.09 ou sur ccibb.net.


Dvar Thorah et enseignements :

par le Rav Mikaël Mouyal

Léïlouy Nichmat Avraham Ben Mikhaël, ‘Haï Victor Ben Yakouta, Jaqueline Bat Esther et Paula Yakouta Bat Rosette

Le coin ‘Hidouchim

« Élève la tête (c’est à dire : compte) des enfants de Guerchon » (4, 21) :

Le terme Nasso (élève) s’écrit “נשא”, et sont les initiales de “נשר (aigle), שור (le taureau), אריה (le lion)”, trois formes apparentes dans le Char Céleste, qui symbolisent les 3 patriarches (Avraham, Yits’hak et Yaacov). Et Guerchon, formé de la racine “גרש (Garach)”, signifie “renvoyer”. Cela vient enseigner que quand les Juifs sont renvoyés en exil et ne savent plus comment servir Hachem dans cet état d’expulsion, on doit alors tirer sa force en s’attachant aux qualités de nos ancêtres.

« Ils avouerons leurs fautes qu’ils ont faites » (5, 7) :

Les mots “qu’ils ont faites” semblent être en trop. Le verset n’aurait-il pas pu se contenter de dire : « Ils avoueront leurs fautes » ?
En fait, nos Sages enseignent que “la faute entraîne la faute”. Quand quelqu’un commet une transgression, celle-ci a été causée par une autre faute antérieure qui est la source de cette dernière. Et quand un homme se repent de ses péchés, il doit aussi reconnaître la cause et avouer la faute antérieure qui a entraîné le péché pour lequelle il se repent. C’est ainsi que le Texte dit : « Ils avoueront leurs fautes », mais en même temps ils doivent remonter à la racine et reconnaître aussi celles « qu’ils ont faites » dans le passé et qui ont occasionné les fautes présentes. (Beit Yaacov)

« Hachem a parlé à Moché en disant » (5, 11) :

Ce verset, qui introduit ici le passage de la Sota (la femme suspectée d’adultère), est expliqué dans le Midrash comme devant être appliqué pour les générations futures. C’est que dans le désert, la loi de la Sota n’était pas d’actualité. En effet, nos Sages enseignent que la Manne élucidait si la femme avait fauté ou non. Quand un homme suspectait sa femme de l’avoir trompé, si la portion de Manne revenant à cette femme se déposait à la porte de la maison du mari, on savait que la femme était innocente. Mais si sa part tombait près de la porte de la maison du père de cette femme, on savait alors qu’elle avait fauté. On n’avait donc pas besoin de tout le processus de la Sota avec l’eau amère qu’elle devait boire pour savoir si elle avait trompé son mari. Tout cela n’était donc nécessaire que dans le futur, après l’entrée en terre sainte, quand la Manne cessera de tomber. (Tiferet Yehonatan)

« Et le Cohen prendra de la terre qui se trouvait sur le sol du Michkan » (5, 17) :

Le Cohen symbolise le Sage, le pieux et celui qui se dévoue au Service Divin. En revanche “la terre du sol” symbolise l’homme le plus simple et le plus ignorant, dont son insignifiance permet de le comparer à de la terre. Et le verset vient faire allusion que « Le Cohen », l’homme le plus élevé, « prendra », c’est à dire “apprendra”, prendra et tirera des enseignements même « de la terre qui se trouvera sur le sol… », c’est à dire même des gens les plus simples qui sont comparés à de la terre. La Thora prône l’humilité. Et le Sage doit aussi savoir se “rabaisser” et apprendre de tous. Comme le disent nos Sages : « Qui est le vrai Sage ? C’est celui qui apprend de tout homme », et même du plus ignorant ! (Baal Chem Tov)

« Et si un (de ses proches) meurt soudainement » (6, 9) :

Ce verset envisage le cas où un Nazir perd un proche soudainement et qu’il se rend impur pour l’enterrer, malgré l’interdiction). Mais on peut s’interroger. En effet, le Cohen Gadol (le grand prêtre) aussi n’a pas le droit de se rendre impur même pour un proche. Ainsi, pourquoi la Thora envisage le cas d’une mort soudaine d’un proche pour le Nazir et non pour le Cohen Gadol ?
En fait, avant son voeu, le Nazir avait le droit de se rendre impur au contact d’un mort. Mais, il a décidé de devenir Nazir et de prendre sur lui des interdits et des rigueurs supplémentaires comme le fait de ne pas se rendre impur par un mort. Or, quand quelqu’un s’ajoute volontairement des interdits et se crée une pression supplémentaire qu’il n’avait pas auparavant et que personne ne lui a demandé, alors le mauvais penchant fera tout pour le faire tomber. Ainsi, il se pourra qu’il arrive qu’il perde un proche soudainement.
Le Satan entraînera cela pour l’éprouver du fait de cette rigueur qu’il a pris sur lui alors qu’il en était dispensé. Mais le Cohen, qui a l’interdit de se rendre impur de par son état naturel, et il ne se l’est pas imposé, pour lui le Satan ne s’évertuera pas à le faire trébucher, et il sera bien plus rare que cette situation de mort soudaine d’un proche n’arrive. (Rabbi Baroukh de Stotchin)

« Ainsi vous bénirez les enfants d’Israël » (6, 23) :

La Thora fait ici allusion au fait qu’il convient de bénir chacun tel qu’il est. On ne doit pas attendre qu’il se se parfasse et devienne un pieux pour le bénir. « Ainsi », c’est à dire “tel qu’il est”, “ainsi qu’il est”, « vous bénirez les enfants d’Israël ». (Admour de Modzits)

« Celui qui a offert le premier jour son sacrifice était Na’hchon fils d’Aminadav, de la tribu de Yehouda » (7, 12) :

Pour les sacrifices des autres jours, la Thora précise que celui qui a offert était « le prince (de la tribu de…) ». Excepté pour Na’hchon où la Thora dit qu’il était « de la tribu de Yéhouda » et non « prince de Yéhouda ». Pourquoi cette différence ?
En fait, comme Na’hchon était le premier à offrir, cela risquait d’éveiller en lui de l’orgueil. Pour éviter cela, la Thora ne le nomme pas comme “prince”, mais en tant qu’homme simple. Mais les autres tribus, qui se sont déjà rabaissés en offrant leurs sacrifices après, la Thora pouvait les qualifier de “prince”, sans craindre qu’ils s’en enorgueillissent. (‘Hizkouni)

Le coin étude

Notre Paracha reprend le déroulement de ce qui suivit la fabrication du Michkan. Les chefs de tribus offrirent six chariots pour transporter les ustensiles du Michkan pendant les déplacements dans le désert. Le Midrash précise que cette idée venait de la tribu de Yissakhar. En récompense, il reçut l’intelligence, comme il est dit : « Les enfants d’Yissakhar connaissaient l’intelligence pour fixer les moments », il s’agit de l’intelligence pour fixer le calendrier et instaurer les différentes fêtes. Mais on peut s’interroger. Pourquoi une telle récompense pour une telle idée ? Quel est le “mesure pour mesure” de cette récompense ?
De plus, quand dans le livre de Béréchit, Yosseph se révéla à ses frères, il envoya des chariots pour porter leur père. Quand Yaacov vit ces chariots, il sut que Yossef était en vie, malgré ses doutes d’avant. Le Zohar précise que ces chariots firent allusion aux chariots qu’offrirent les chefs de tribu dans notre Paracha. Mais pourquoi cette allusion assura à Yaacov que Yosseph était bien en vie ?
En fait, le Midrash rapporte que quand les chefs de tribu offrirent ces chariots, Moché pensait les refuser, car il n’en avait pas reçu d’ordre de la part d’Hachem. Mais Hachem lui dit : « Prends-les d’eux ». Alors Moché s’inquiéta, pensant que l’esprit prophétique l’avait quitté pour se reposer sur les chefs de tribu. Mais Hachem le rassura et lui dit : « Si Je souhaitait transmettre ce message, c’est bien à toi que Je l’aurai dit. Malgré tout, “Prends-les d’eux” (le terme “d’eux” est en trop. Il vient enseigner que) c’est “d’eux” que vint l’initiative. Leur esprit (humain) a rejoint Mon Esprit (Divin). » L’explication de ce Midrash est qu’il y a des enseignements qu’Hachem souhaite révéler aux hommes. Pour cela, Il passait par l’intermédiaire de Moché. Ces messages relèvent de la dimension de la Thora écrite, révélée par Hachem à Moché. Mais il y a aussi des Volontés Divines qu’Hachem ne veut pas révéler aux hommes.
Il souhaite que ces projets soient découverts par les hommes eux-mêmes, ici bas. Parfois, Hachem attend que l’homme s’éveille et arrive à rejoindre par son esprit, la Volonté Divine. C’est la dimension de la Thora orale, qui émerge des hommes, après des efforts importants dans l’étude de la Thora. Il en est ainsi de ces chariots. La tribu de Yissakhar a réussi à cibler et à retrouver la Volonté Divine qu’Il attendait de ressortir des hommes. Ce n’est pas par hasard que ce conseil concernait les chariots servant à déplacer les ustensiles du Michkan pendant les déplacements. En temps normal, quand le Michkan était érigé, la Présence Divine s’y révélait et transmettait, d’En-Haut, Ses enseignements à Moché pour le peuple. Mais, pendant les déplacements, le Michkan était plié et la Présence Divine ne s’y révélait plus de la même façon. Ces déplacements symbolisent les temps d’exil, où le peuple Juif erre et se déplace d’endroit à endroit. C’est une situation où la Présence Divine est cachée. Dans de telles conditions de voilement, c’est à l’homme ici-bas de s’éveiller et faire des efforts pour retrouver la Volonté Divine de par lui-même. L’homme doit retrouver Hachem, même s’Il ne se montre pas. C’est pourquoi, ce conseil d’offrir des chariots pour le transport du Michkan pendant ces déplacements, ne devaient pas venir d’Hachem, mais des hommes. Car en exil, c’est l’homme qui doit s’efforcer de retrouver la Lumière Divine.
Et celui qui a réussi cela en donnant ce conseil, c’est la tribu d’Yissakhar. Sa récompense devait donc être de recevoir l’intelligence pour fixer les fêtes. Car le calendrier est établi justement par les hommes, par les Sages. Ce sont eux qui disposent de cette force et ont cette initiative de fixer les dates des nouveaux-mois. Si la sainteté de Chabbat vient d’En-Haut, celle des fêtes vient d’en-bas. Et Hachem donne Son Accord sur cette date fixée par les hommes. Cela est la juste récompense pour Yissakhar qui a procédé de la même façon, en donnant son idée qu’Hachem a acquiescé.
Yaacov craignait qu’en Egypte, dans le fond des ténèbres de son exil, Yosseph ne meurt spirituellement. Mais quand il vit ces chariots, symbolisant que même en déplacement et en exil, l’homme peut se renforcer et traverser victorieusement toutes les épreuves, en restant toujours connecté avec Hachem, même s’Il se voile, alors il sut que Yosseph avait survécu, même spirituellement.

Le coin Halakha

Avant de réciter le Birkat Hamazon (bénédiction après un repas à base de pain), il convient de penser explicitement à s’acquitter de cette Mitsva, car les Mitsvot nécessitent une intention. Malgré tout, même s’il n’a pas eu cette pensée, il reste quitte, car finalement, il sait qu’il est en train de faire cette Mitsva du Birkat Hamazon. Il ne faut pas s’interrompre pendant le Birkat Hamazon, même par un silence, et encore plus par des paroles. Même s’il entend un Kadich ou une Kedoucha pendant le Birkat Hamazon, il ne répondra pas, la règle étant identique que pour la Amida. Il est préférable que tous les convives récitent le Birkat Hamazon chacun pour soi et ne s’en acquittent pas en écoutant l’un d’entre eux. En effet, comme c’est une longue bénédiction, il est difficile de se concentrer tout le long à s’en acquitter. Si pendant le Birkat Hamazon, entre dans la pièce un homme Sage ou âgé, on se lèvera devant lui. On récitera le Birkat Hamazon assis, même si on a mangé debout. Il en est de même de la bénédiction Méein Chaloch (Al Hami’hya) que l’on devra réciter assis. Même si ce n’est pas obligatoire, il est très encouragé de porter un chapeau et une veste pendant le Birkat Hamazon. On ne fera aucune autre action pendant Birkat Hamazon, même réunir les couverts par exemple, qui est en rapport avec le repas.

Le coin histoire

Quand les armées de Napoléon assiégèrent la ville de Prechbourg en Hongrie, et qu’ils mirent la ville à feu, les dirigeants de la communauté juive transportèrent les Sifré Thora (rouleaux de la Thora) dans la ville voisine de Yirgan, pour les mettre en sécurité.
Alors, le ‘Hatam Sofer, qui était le Rav de Prechbourg, déclara qu’il voyait là de manière évidente l’Intervention de la Providence Divine, mesure pour mesure. En effet, quelque temps auparavant, un grand incendie se déclara à Yirgan et de nombreuses maisons prirent feu, ainsi que tous les Sifré Thora (D.ieu Préserve). Alors, les Juifs de Prechbourg récoltèrent des fonds pour les aider à reconstruire les maisons. Mais ils refusèrent de leur prêter des Sifré Thora. Et voilà qu’à présent, c’est Prechbourg qui est en feu, et malgré eux, ils doivent déplacer tous les Sifré Thora dans la ville de Yirgan, pour ne pas qu’ils brûlent !..
Ce récit montre comment Hachem dirige le monde, avec une précision inimaginable. Nous devons nous habituer à percevoir Sa Main dans les événements de la vie, et de savoir qu’aucun hasard ne se produit dans le monde.

Le coin ‘Hizouk

Il est écrit : « Au commencement, Hachem créa ». Cela fait allusion au fait qu’Hachem créa la force de pouvoir toujours se dire : « Je suis au commencement, comme un enfant qui vient de naître ». Et même s’il s’est enfoncé dans la faute, l’homme ne doit jamais se désespérer et il se considérera toujours comme “au début”, et recommencer sa vie sur la bonne voie. Telle est la force du repentir. (Thorat Chimon)


Chabbat Chalom !

Lien Permanent pour cet article : https://acjbb-sud.org/index.php/2019/06/12/chabbat-nasso-5779/

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :