Paracha Vaét’hanan – Chabbat Na’hamou

Partager :

Paracha Vaét’hanan / פרשה ואתחנן

Chabbat Na’hamou / שבת נחמו

16/17 août 2019 – 16 Av 5779 / ט’ז אב ה-תשע’ט

Début : 20h47 – Fin : 21h56

Les Horaires :

Vendredi soir :
20h00 : Allumage des bougies et entrée de Chabbat (heure maximum pour l’allumage : 20h47)
19h00 : Chir haChirim
19h15 : Min’ha, suivi de Kabbalat Chabbat et Arvit
D’var Thora par Aryé Afergan

Samedi matin :
09h00 : Cha’harit et lecture des 10 Commandements
D’var Thora par Aryé Afergan
L’office sera suivi d’un kiddouch communautaire

Samedi après-midi :
19h00 : Cours mixte sur les halakhot, les lois de Chabbat par Aryé Afergan
20h00 : Téhilim – Lecture collective des Téhilim – Alpha/Beta
20h15 : Min’ha
Suivi de la Séouda Chélichit, des chants de Chabbat et du D’var Torah par Aryé Afergan
21h03 : Shquiya / שקעת החמה

Samedi soir :
21h56 : Fin de Chabbat, Arvit et Havdala

Dimanche matin :
08h00 : Cha’harit

Chabbat Chalom !


Offices et cours de la semaine à la Synagogue :

43 rue des abondances

Cha’harit – 1er office :
6h55 : Lundi et jeudi
7h00 : Mardi, mercredi et vendredi
8h00 : Dimanche et jours fériés

Cha’harit – 2ème Office :
7h45 : dans la Soucah/Pergola
suivi d’une étude par le Rabbin Didier Kassabi du lundi au jeudi, et par le Rav Avner Ibgui le vendredi

Min’ha suivi de Arvit :
19h30 : du dimanche au jeudi

Retrouvez les horaires de la synagogue ici.


Comptes-rendus de l’AG de l’ACJBB :

Retrouvez tous les comptes-rendus de l’Assemblée Générale de l’ACJBB sur le blog de la Synagogue de Boulogne Billancourt : http://synaboulogne.blogspot.com/


Beth Hamidrach :

Le Rabbin Didier Kassabi donne un cours de Guémara chaque lundi soir à 20h00 à la Synagogue de Boulogne Billancourt, 43 rue des abondances. Les cours reprendront en septembre !

Retrouvez tous les cours du Rabbin Kassabi sur cette page !!


Talmud Thorah :

Les cours ont lieu chaque dimanche (hors période de vacances scolaires) dans l’enceinte de la Synagogue (43 rue des abondances).
L’avenir de nos enfants passent par une éducation juive de qualité que nous devons leur offrir.

Aucun enfant ne doit rester en marge de cette transmission des valeurs de la Torah.

Continuez à inscrire vos enfants. Nous vous attendons nombreux pour les inscriptions auprès du Rabbin Didier Kassabi.


Bné Akiva de Boulogne :

Les activités du Bné Akiva de Boulogne vont reprendre ב’ה à la rentrée !!!
Le Bné Akiva de Boulogne et l’agence juive recherchent 1 appartement 3P pour loger 2 jeunes filles qui arrivent en Septembre pour accompagner le Bné Akiva pendant l’année.
Si vous connaissez des opportunités, merci de nous en faire part


Participons à la collecte des fondations du Centre Culturel Juif de Boulogne Billancourt :

La construction du Centre Culturel Juif de Boulogne a été lancée le 23 juin 2019. En plus de la campagne de collecte, nous avons décidé d’entreprendre une collecte « des Fondations du Centre Culturel« . A l’image de la construction du Michkan, où Moché a demandé à tous les Bnei Israel de verser un demi-shekel pour financer les socles qui soutiennent les poutres du Michkan, nous invitons tous les boulonnais, hommes, femmes et enfants, à contribuer aux fondations du Centre Culturel.

La liste de tous les contributeurs sera affichée pour que chacun puisse dire qu’il a fait partie des fondateurs.

Le montant est unique pour que dans cette phase, chacun puisse avoir une part égale à son voisin, quels que soient ses moyens et sa générosité, chacun à part égale.

Nous invitons donc tous les fidèles de notre communauté à participer et surtout à inviter tous nos coreligionnaires, familles, amis, voisins à participer aussi au projet.

Ainsi nous aurons collectivement le mérite de répondre à l’injonction divine de la Paracha Térouma :
« וְעָשׂוּ לִי, מִקְדָּשׁ; וְשָׁכַנְתִּי, בְּתוֹכָם. » – « Et ils me construiront un sanctuaire, pour que je réside au milieu d’eux » Amen !

Robert Ejnes
Président

Mobilisons-nous :
Je participe à la collecte des fondations du Centre Culturel Juif !


Participez à l’écriture d’un Sefer Torah à la mémoire d’Elie Botbol :

La Communauté juive de Boulogne-Billancourt, s’associe au projet de la famille d’Elie (ז״ל) et vous propose de participer à l’écriture du Sefer Tora qui sera écrit à la mémoire et pour l’élévation de l’âme de notre cher ami Eliahou ben Aaron ve Ra’hel BOTBOL (ז״ל)

Le Sefer Tora sera inauguré sDv pour à l’issue de la première année de deuil.
Chaque lettre est à acquérir pour un montant de 52€, et donne droit à un reçu Cerfa.
Vous pouvez acquérir une ou plusieurs lettres, un Passouk ou une Paracha dans ce Sefer Tora.

Tizkou leMitsvoth !

Je participe au Sefer Tora à la mémoire d’Elie Botbol (ז״ל)


« Les AMIS de la REFOUA » – Visite aux malades :

Des bénévoles de Boulogne proposent aux personnes qui le demandent : l’organisation d’une chaine de lecture de Téhilims pour la guérison de nos malades, de prendre de leurs nouvelles et leur rendre visite dans les hôpitaux.
Ces actions se font dans la plus grande discrétion et s’inscrivent dans le cadre du bénévolat.
Vous pourrez joindre – les AMIS de la REFOUA – au 06.03.75.34.15, ou par courriel à : israelalbert1@gmail.com
Vous pouvez aussi faire partie de ces bénévoles, nous vous remercions par avance.


Information ACJBB Boulogne Sud :

Retrouvez toutes les informations de l’office sur : www.acjbb-sud.org.
Si vous souhaitez recevoir par mail la newsletter de l’office, inscrivez-vous en nous envoyant un mail à officeboulognesud@gmail.com.
Retrouvez également toutes les informations sur la page Facebook de l’office : facebook.com/acjbbsud et sur Twitter : twitter.com/acjbbsud.


Sécurité SPCJ :

La sécurité est l’affaire de tous ! Le SPCJ a besoin de chacun d’entre nous !
La protection de la vie communautaire est plus que jamais l’affaire de tous ! Vous en êtes les premiers acteurs ! Votre mobilisation est essentielle et nécessaire !
Si vous souhaitez nous aider à assurer la protection de l’office, rapprochez-vous de nous !
Plus nous serons nombreux à nous mobiliser et assurer des relais de garde, plus nous passerons du temps à prier !


Réservation des espaces communautaires :

Vous souhaitez organiser une manifestation (Brith-Mila, Bar-Mitsvah et Bat-Mitsvah, Mariage, Azkara, Soirée Mikvé Kala, etc… ) dans les espaces de la Synagogue de Boulogne, 43 rue des Abondances, contactez M. Alain Chicheportiche 06.95.62.58.41 – alainchicheportiche92@gmail.com

Vous souhaitez réserver la salle de Boulogne Sud, 134 bis rue du point du jour Boulogne Billancourt, contactez M. Patrick Sebban 06.03.02.30.78 – patrick.sebban2@paris.fr


Mikvé :

Mikvé pour les femmes
Pendant le mois d’août, le Mikvé est ouvert en prenant rendez-vous avec Mme Kassabi, au 06 22 76 15 04.

Mikvé vaisselle
Le Mikvé Kélim est ouvert tous les matins du dimanche au vendredi depuis l’heure de la Téfila jusqu’à midi.


Faire un don :

Pour faire vivre et participer activement à cet office, faites un don par internet ou envoyez vos chèques au 134 bis rue du Point du Jour. Toutes les participations sont bienvenues, les petits ruisseaux faisant de grandes rivières, nous parviendrons, tous ensemble, à faire vivre l’Office de Boulogne Sud.

Tizkou Lé-Mitsvot !!


Dons pour le Centre Culturel de Boulogne Billancourt :

Le nouveau centre culturel sera situé à l’angle des rues Marcel Dassault et d’Anjou. Le permis de construire, déposé en mars à la mairie a été purgé. Les travaux devraient commencer prochainement. Il comprendra notamment :

  • Une Synagogue
  • Le Centre Communautaire (CCIBB)
  • Une salle polyvalente
  • Une salle des fêtes
  • Et un Mikvé

Vous pouvez consulter la plaquette de présentation du Centre Culturel de Boulogne

Etat du dossier

Le mardi 25 juin 2019, le contrat de construction a été signé avec Eiffage Construction. Les travaux commenceront d’ici le mois d’août.

Vous avez une occasion unique d’inscrire votre nom, celui de vos familles, celui de vos disparus, dans un projet qui marquera l’avenir de la vie juive à Boulogne-Billancourt.

Devenez acteur du devenir de la vie juive à Boulogne en faisant un don pour la construction du Centre Culturel de Boulogne. Vous pouvez décider de diriger votre don vers la synagogue ACJBB ou vers le CCIBB, en nous l’indiquant par message.

Si vous avez des question, envoyez-nous un message !

Je participe à la collecte pour la construction


Dvar Thorah et enseignements :

par le Rav Mikaël Mouyal

Léïlouy Nichmat Avraham Ben Mikhaël, ‘Haï Victor Ben Yakouta, Jaqueline Bat Esther et Paula Yakouta Bat Rosette

Le coin ‘Hidouchim

« Tu as commencé à montrer à ton serviteur… » (3, 24) :

Moché fut l’homme qui a le plus perçu la grandeur d’Hachem, tant par l’ampleur des miracles qu’Hachem a réalisés par son intermédiaire, tant par la connaissance extraordinaire de Thora qu’Hachem lui a révélée. C’était l’homme qui a eu la Connaissance d’Hachem la plus grande de ce qu’un être humain peut atteindre. Et malgré tout, quand il décrit son niveau, il dit : « Tu as commencé à montrer à ton serviteur ». Tout cela n’était à peine qu’un commencement. Tout ce qu’un homme peut appréhender du Divin n’est éternellement qu’un début. Hachem est Infini et on ne pourra jamais connaître de Lui plus qu’un début. (Baal Chem Tov)

« Et vous, qui êtes attachés à Hachem, vous êtes tous vivants aujourd’hui » (4, 4) :

Le terme « vous », se dit dans le Texte  »Atem- אתם  », qui est composé des mêmes lettres que le mot  »Emet- אמת  », qui veut dire  »la vérité ». Ce verset vient faire allusion au fait que si un homme s’attache à la Vérité, il sera automatiquement attaché à Hachem, car Hachem est la Vérité. Celui qui cherche la vérité sincèrement, avec authenticité, sans accepter la moindre tromperie, ni la moindre incohérence, finira par trouver Hachem et s’attachera à Lui. (Déguel Ma’hané Efraïm)

« Tout ce qu’Hachem votre D.ieu vous a fait en Égypte à vos yeux » (4, 34) :

L’Égypte symbolise les souffrances et les difficultés de la vie, quand la situation est étroite et serrée. Ainsi, « Mitsraïm- מצרים (l’Égypte) », peut aussi se lire  »Métsarim », c’est à dire  »les étroitesses » ou  »les détresses ». Ce verset vient faire allusion au fait que « tout ce qu’Hachem… fait en Egypte », c’est à dire tous les malheurs et les souffrances qu’Hachem envoie, quand on ressent que la situation est étroite, sans solution, tout cela Il ne le fait qu’« à vos yeux ». Ce ne sont que les yeux humains, les yeux de chairs, qui voient les difficultés et la détresse, parce que l’homme a une vision limitée et influencée par son ego. Mais, du point de vue du Regard d’Hachem, Qui voit en profondeur, aucun malheur ni aucune souffrance n’existe vraiment. (R. Baroukh de Mezibogh)

« Hachem vous a parlé de l’intérieur du feu » (5, 4) :

Pourquoi la Thora a-t-elle été donnée dans le feu ?
En fait, nos Sages disent que « le livre et l’épée sont descendus ensemble du Ciel ». C’est à dire que si l’homme respecte ce qui a été ordonné dans le livre, dans la Thora, alors il sera épargné de l’épée. Mais s’il ne respecte pas la Thora, alors il sera livré à l’épée. Pour faire allusion que le non respect de la Thora entraîne des châtiments, c’est pourquoi la Thora a été donnée dans du feu, qui brûle. Cela vient dire que celui qui s’écarte de la Thora, joue avec le feu et prend le risque d’être sanctionné par le feu. (Oznaïm LaThora)

« Ce jour là, nous avons vu qu’Hachem parla à l’homme et il resta vivant » (5, 21) :

Lors du don de la Thora, le peuple Juif a fait l’expérience du fait que l’on peut rester vivant même si Hachem parle à l’homme. Mais le verset qui suit semble contredire cela : « Et maintenant… si on continue d’entendre la Voix d’Hachem… nous mourrons » Mais s’ils ne sont pas morts après avoir entendu la Voix d’Hachem, pourquoi craignirent-ils de mourir s’ils continuent de L’entendre ?
La réponse à cette question est en allusion dans le verset qui suit encore : « Car quelle chair a entendu la Voix d’Hachem… et est restée vivante ? » Dans ce verset, l’homme est qualifié de  »chair ». En effet, ce terme évoque la dimension matérielle, corporelle et physique de l’être humain, son côté charnel. Et effectivement, quand cette dimension  »charnelle » et physique de l’homme se renforce, il ne peut pas entendre la Voix d’Hachem et rester vivant. Pour survivre à une telle expérience, il faut neutraliser cette dimension corporelle. Or, quand Hachem commença à parler au peuple d’Israël, la terrible crainte que ressentit le peuple, neutralisa leur côté matériel et charnel. Ils purent donc rester vivant même en entendant Hachem. Mais ensuite, ils s’habituèrent à la Voix Divine.
Alors, leur crainte s’atténua et leur dimension de  »chair » reprit le dessus. Désormais, s’ils continuent à entendre la Voix d’Hachem dans cet état, ils ne pourront pas survivre. Car  »qui est la chair qui peut entendre la Voix Divine et rester vivante ? » (Haamek Davar)

« Tu aimeras Hachem ton D.ieu » (6, 5) :

En quoi consiste le fait d’aimer Hachem ?
En fait, aimer Hachem c’est être heureux et se réjouir de faire ce qui peut être agréable à Ses Yeux. L’amour d’Hachem s’exprime par cette recherche constante et insatiable de Lui faire plaisir. (Seforno)

« Hachem nous a ordonné de faire tous les décrets… pour notre bien tous les jours » (6, 24) :

Ce verset signifie qu’Hachem souhaite que l’on respecte les Mitsvot, car il veut nous récompenser et nous accorder un Bien réel et éternel, dans le monde futur. Mais cela, c’est la Vision d’Hachem Qui aime tellement faire le bien qu’Il souhaite que nous faisions les Mitsvot pour notre bien. Mais, le verset qui suit dit : « Et ce sera un bienfait pour nous que nous observions pour faire toute cette Mitsva ». C’est ce que nous répondons à Hachem. Si Lui, Il souhaite que nous faisions Ses Mitsvot pour nous récompenser, nous, en revanche, nous lui répondons que « pour nous », le plus grand bienfait et la plus grande rétribution que nous pouvons espérer, ce n’est pas de recevoir une quelconque récompense, mais c’est tout simplement de pouvoir observer et faire les Mitsvot. Tout notre bonheur n’est que de mériter de pouvoir faire les Mitsvot, bien plus que d’en retirer les plus grandes récompenses éternelles. (‘Hatam Sofer)

Le coin étude

Dans notre Paracha, nous trouvons un verset qui évoque la raison pour laquelle Hachem a choisi le peuple d’Israël. « Ce n’est pas parce que vous êtes le plus nombreux de tous les peuples qu’Hachem vous a désiré et vous a choisi, mais parce que vous êtes le plus petit de tous les peuples ». Nos Sages se demandent en quoi le fait qu’Israël est un petit peuple explique qu’Hachem le choisisse.
Aussi, ils proposent d’expliquer cela à un niveau moral. Hachem vous a choisi parce que vous êtes un peuple qui se fait petit, qui se rabaisse devant Lui. C’est l’humilité qu’Hachem aime dans le peuple d’Israël. Mais d’après cela, on doit se demander quel est le sens de la première partie de ce verset : « Ce n’est pas parce que vous êtes le plus nombreux… qu’Hachem vous a… choisi… ». Cela sous-entend que l’on aurait pu penser qu’Hachem ait choisi le peuple Juif parce qu’il est nombreux. Mais que signifie cela ? Surtout que dans le sens de l’explication de nos Sages, il est clair qu’on ne peut pas envisager qu’Hachem ait pu choisir Israël parce qu’il se considère comme grand et est orgueilleux, pour ensuite dire que c’est au contraire l’humilité qu’Hachem aime. Car il est évident que jamais Hachem n’aimera quelqu’un pour son orgueil, défaut qu’Hachem a en horreur ! Alors que signifie cette partie de ce verset ?
En fait, l’élection d’Israël remonte à Avraham qui est le premier homme qu’Hachem a choisi. La première fois qu’Avraham apparaît, c’est quand Hachem lui dit de quitter son pays pour aller dans le lieu qu’Il lui montrera. C’est alors qu’Hachem le choisit. Mais avant cela, la Thora ne parle pas des mérites d’Avraham, ni de ses bonnes actions, ni même de l’épreuve extraordinaire où il accepte de se jeter dans la fournaise pour sa foi. Pourquoi la Thora ne parle-t-elle pas de tout cela ? Pourquoi la Thora évoque l’élection d’Avraham sans même rapporter les raisons qui justifient ce choix ? Certes on pourrait répondre qu’Hachem n’a pas voulu faire dépendre ce choix de quelconques bonnes actions pour ne pas que l’on pense que si un jour il n’en avait plus, Il cesserait de l’aimer. Aucune raison n’est rapportée pour ce choix, car Hachem aime le peuple d’Israël indépendamment de tout mérite et de toute cause. Mais malgré tout, il est clair qu’Hachem n’a pas choisi Avraham pour rien. Ce sont bien ses actes remarquables qui ont fait de lui l’élu d’Hachem. Il est donc néanmoins étonnant que la Thora ne justifie d’aucune raison cette élection d’Avraham, comme si n’importe quel autre individu aurait tout autant pu être choisi ! C’est que la Thora veut ici enseigner que toutes les bonnes actions du monde qu’un homme pourrait réaliser ne sauraient suffire pour justifier qu’Hachem le choisisse. Car devant Hachem, Qui est la Perfection Absolue, aucune créature ne peut prétendre être assez Juste. Au point que nos Sages enseignent que si Hachem jugeait les hommes avec la stricte justice, même nos patriarches ne pourraient se tenir debout devant Lui. Personne ne peut prétendre être assez parfait pour mériter qu’Hachem le choisisse. C’est pour cela que la Thora n’évoque pas les qualités d’Avraham. Pour ne pas que l’on commette l’erreur de penser que ce sont ses qualités qui ont justifiées qu’Hachem le choisisse. Mais de l’autre côté, ne commettons pas l’autre erreur, totalement absurde, d’imaginer que puisque personne n’est suffisamment méritant, alors à quoi bon s’efforcer à faire le bien.
Certes, Hachem choisit Avraham sans évoquer ses mérites, car ils ne pourraient suffire. Mais en même temps, Hachem choisit celui qui tente de toutes ses forces à être méritant. On peut ainsi formuler le paradoxe suivant : celui qui se donne à fond méritera qu’Hachem lui fasse la bonté gratuite de le choisir. Car même une fois qu’Hachem l’aura élu, il ne devra pas penser que ses mérites ont été suffisants pour justifier cela. « Ce n’est pas parce que vous êtes le plus nombreux… qu’Hachem vous a… choisi ». C’est à dire, certes vous avez de très nombreux mérites. Mais malgré tout, ce n’est pas du fait de ces nombreux mérites qu’Il vous a choisi. Car aucun mérite ne pourrait suffire. « C’est parce que vous êtes petits », vous savez justement rester humbles et petits. Et malgré tous vos nombreux mérites, vous savez vous dire que malgré tout, Hachem vous choisit gratuitement. D’un côté, vous abondez en qualités.
Mais de l’autre, vous restez petits, conscients que tous ses mérites ne sauraient jamais suffire pour justifier qu’Hachem vous choisisse.

Le coin Halakha

Il est préférable de rester debout pendant toute la répétition de la Amida. Malgré tout, celui qui le souhaite, aura le droit de s’asseoir une fois que la Kédoucha aura été prononcée ainsi que la bénédiction de  »HaEl Hakadoch ». Mais, on ne pourra pas s’asseoir dans le périmètre de 4 coudées (environ 2 mètres) tout autour de l’officiant qui récite la répétition, à part pour une personne âgée ou malade qui souffrent de faiblesse, qui pourront s’asseoir même aux alentours de l’officiant. Quand l’officiant arrivera au texte de Modim, on devra se mettre debout et se courber en prononçant les 3 mots de  »Modim Ana’hnou Lakh » puis on poursuivra sur le paragraphe appelé  »Modim Dérabanan ». Un officiant qui s’est trompé et pendant la répétition, il a oublié de prononcer la Kédoucha. S’il s’en est rappelé pendant le te xte de »Ata Kadoch », on récitera là la Kédoucha puis il reprendra de nouveau à  »Ata Kadoch ». S’il a conclu  »HaEl Hakadoch », on dira là la Kédoucha sans reprendre à Ata Kadoch mais il poursuivra  »Ata ‘Honen ». Mais s’il a commencé le texte de  »Ata ‘Honen », alors il faudra recommencer la répétition au début de la Amida et prononcer la Kédoucha comme il se doit.

Le coin histoire

Un jour, un certain Rav prit un taxi pour se rendre chez le Rav Chakh. Apprenant qu’il se trouve chez le grand de la génération, le chauffeur de taxi voulut lui aussi descendre pour lui demander une bénédiction urgente pour un malade. Et là, le Rav raconte qu’à sa stupéfaction, le chauffeur demanda au Rav Chakh un  »Mi Chébérakh (texte traditionnel de bénédiction) » pour… sa chienne malade !
Le Rav voulut le disputer mais, à son étonnement, le Rav Chakh l’écouta avec toute son attention et son sérieux. Il demanda au chauffeur de quelle maladie souffre l’animal, et depuis combien de temps elle est malade. Le Rav Chakh était tout empli de considération pour cet homme et de compassion pour la chienne. Finalement, il se prépara à réciter le  »Mi Chéberakh ». Il ouvrit le livre de prière et demanda le nom de la chienne. L’homme répondit, et le Rav Chakh poursuivit : « Fille de qui ? »…
C’est seulement alors que le chauffeur comprit qu’il n’était pas le plus adapté de demander une telle bénédiction pour une chienne…
Ce récit montre combien on peut réussir à faire prendre conscience à un autre de son erreur, en lui accordant respect, considération et patience, bien plus qu’en le disputant. D’autant que cela a laissé une très grande impression sur le chauffeur non-religieux.

Le coin ‘Hizouk

Nos Sages disent que l’expression :  »Et maintenant ( ועתה -Véata) » fait allusion au repentir. En effet, même si un homme a fauté et est empli d’impureté et de mal. Malgré tout, immédiatement, au moment où il se laisse traverser par des pensées de repentir, à ce moment là, il sera séparé de l’impureté pour se relier à la sainteté. Ainsi, le repentir a une force et est efficace à l’instant même,  »maintenant ». (Devach Lefi)


Chabbat Chalom !

Lien Permanent pour cet article : https://acjbb-sud.org/index.php/2019/08/14/paracha-vaethanan-chabbat-nahamou-5779/

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :